Conférence "L’aide publique au développement" le 28 mars à Paris

L’IRIS, dans le cadre de son programme humanitaire et développement, et Cobasa organisent une conférence-débat sur l’aide publique au développement, le 28 mars à Paris de 18h30 à 20h30.

15/03/2019

Cette conférence-débat, animée par Henri de Villeneuve, directeur général de Cobasa, réunira :

  • Hervé Berville, député des Côtes d’Armor, porte-parole du groupe parlementaire La République en marche, membre parlementaire du conseil d’administration de l’Agence française de développement (AFD)
  • Laurent Bigot, directeur général de Gaskiya, co-fondateur de Emergence Executive Coaching, ancien diplomate
  • Patrice Fonlladosa, président de (Re)sources, président du comité Afrique du Medef international, vice-président du Conseil de chefs d’entreprise France Arabie Saoudite
  • Pierre Jacquemot, ancien ambassadeur, chercheur associé à l’IRIS, président du GRET– Professionnels du développement solidaire
  • Grégory Villeneuve, chargé de mission auprès du directeur général adjoint de l’AFD

Jeudi 28 mars de 18h30 à 20h30
Pot de bienvenue de 17h30 à 18h30
IRIS, espace de conférences, 2 bis rue Mercœur, 75011 Paris 

 S’inscrire à la conférence Inscription gratuite et obligatoire

A propos de cette conférence :

Alors que le Président de la République a décidé un renforcement des moyens de l’Agence française de développement, l’aide publique au développement semble être la seule réponse qu’envisagent les États les plus riches pour répondre aux problèmes des plus pauvres. Chaque Etat évalue et semble se satisfaire de son effort au seul regard de la proportion de cette aide par rapport à son PIB. Parallèlement, les organisations internationales paraissent consacrer des ressources inépuisables pour financer les besoins intarissables des pays bénéficiaires de cette manne financière. Des voix s’élèvent en Afrique pour remettre en question les principes et les modalités de cette aide, au motif qu’elle entretiendrait le continent africain dans une dépendance sans fin. Du côté des donateurs et prêteurs, certains s’interrogent sur l’adéquation de cette aide avec les objectifs poursuivis.
Et si le développement économique de l’Afrique requerrait plutôt une nouvelle logique d’intervention, passant notamment par les investissements privés ?

Visitez le site de l’IRIS