Olivia, volontaire de solidarité internationale au sein de l’Alliance française de Diego Suarez à Madagascar

Olivia, au centre, devant le Culturbus de l'Alliance française de Diego Suarez.

Depuis octobre 2016, Olivia, jeune réunionnaise, est volontaire de solidarité internationale (VSI) au sein de l’Alliance française de Diego Suarez à Madagascar. A l’occasion de la journée internationale de la francophonie célébrée le 20 mars, Olivia nous partage son expérience et sa vision de la francophonie.

20/03/2019

Comment est perçue la francophonie dans ton pays de mission  ? Le français est-il pratiqué au quotidien  ?

La francophonie à Madagascar est perçue comme un véritable atout pour le développement du pays et les Malgaches sont, je crois, très fiers d’appartenir à la francophonie.

Il s’agit d’un pays très francophile, notamment à Diego Suarez où j’habite, où la grande majorité des gens savent très bien s’exprimer en français.

En témoigne le nombre d’Alliances françaises existantes à Madagascar : 29 alliances françaises sur tout le territoire. En 2017, le réseau des alliances françaises de Madagascar s’affiche à la première place mondiale en nombre d’apprenants de français avec plus de 30 000 apprenants.

Cela n’a pas toujours été le cas, puisqu’après la décolonisation de Madagascar, le président Ratsiraka en 1975 a procédé à la malgachisation du pays et de l’éducation. Tous les manuels de cours et l’enseignement devaient se faire en malagasy. Il existe donc une génération qui parle peu ou pas le français. C’est aussi depuis cette époque que la plupart des villes portent deux noms, un nom francisé et un nom malagasy (comme Diego Suarez et Antsiranana ou Fort-Dauphin et Tôlanaro).

Mais aujourd’hui, le français est de retour dans les salles de classes et est redevenu la deuxième langue officielle du pays, avec le malagasy. Le français est donc employé tous les jours, à l’école, dans les bureaux ou dans les réunions parfois si un étranger est présent.

Que représente la francophonie pour toi  ? Selon toi, est-il important de promouvoir la langue française, et plus globalement la francophonie  ? Pourquoi  ?

Pour moi la francophonie, c’est avant tout une alliance, l’union d’un ensemble de pays qui ont un héritage en commun : la langue française. Qu’elle soit utilisée comme langue officielle ou co-officielle, comme langue seconde ou langue étrangère, tous ces pays ont un lien historique très fort avec la France, et la francophonie consolide ce qui les rassemble.

Je crois qu’il est important de promouvoir la francophonie et la langue française dans la mesure où celle-ci peut être un moteur pour l’éducation et le développement. Surtout dans des pays plurilingues comme il en existe tant en Afrique, elle peut permettre une certaine unité et aider à la communication entre les différentes ethnies. Dans un monde de plus en plus globalisé, l’apprentissage du français est un atout considérable pour les jeunes désirant travailler dans les secteurs de l’économie ou du tourisme, ou désirant étudier dans des pays francophones. Un bon enseignement de la langue française favorise l’égalité des chances au niveau de l’insertion professionnelle.

Cependant, je crois que la promotion du français ne doit pas se faire au détriment des langues vernaculaires parlées dans les pays francophones (autres langues nationales et/ou maternelles, dialectes, créoles, ..).

Que ce soit à La Réunion dans mon entourage, ou ici à Diego Suarez, je constate que l’on préfère souvent élever les enfants en français « pour qu’ils réussissent à l’école et dans la vie ». Ou encore que dans le langage courant, le français prend de plus en plus de place et remplace le créole réunionnais ou du sakalava. 

Et je crois justement que la force de la francophonie réside sur la diversité culturelle et linguistique de ses pays membres. C’est par ailleurs là l’une des principales valeurs de l’Organisation Internationale de la Francophonie.

Enfin, je pense qu’il est primordial d’accepter le fait que la langue française évolue et s’enrichit perpétuellement et de considérer qu’il n’existe pas un seul mais plusieurs français.

Quelles sont les actions que tu mènes en faveur de la francophonie  ?

A l’Alliance française de Diego Suarez, nous défendons les missions et valeurs de la francophonie à travers nos trois missions principales :

  • L’apprentissage du français via notre offre de cours et de certifications,
  • La promotion de la lecture publique grâce à notre médiathèque,
  • Une programmation culturelle riche et variée.

Je travaille principalement sur la partie culturelle et tente d’offrir une programmation éclectique, mélangeant arts visuels et arts du spectacle vivant, en langue française et en malagasy. Par exemple, nous allons fréquemment dans les quartiers ou dans les villages isolés, à l’aide de notre Culturbus, annexe mobile de l’Alliance française, afin d’y mettre à disposition un grand nombre d’ouvrages, ou encore de projeter des films et des courts métrages, en français et en malagasy. Nous organisons également beaucoup de spectacles, théâtre, slam, danse ou des concerts qui sont assez souvent bilingues. Nous tenons à ce que les deux langues soient valorisées dans notre programmation.

Nous employons exclusivement le français lorsqu’il s’agit de programmes plus pédagogiques tels que les ateliers de vacances ou les animations médiathèques. Récemment, nous avons organisé un concours d’éloquence, avec 6 semaines de préparation - largement inspiré du concours Eloquencia - et le tout s’est déroulé uniquement en français, car nous considérons qu’il s’agit atout pour les candidats de savoir bien s’exprimer en français.

Es-tu impliquée dans lorganisation d’événements autour du 20 mars, journée internationale de la francophonie  ? Lesquels  ?

Tous les ans, les alliances françaises organisent la semaine de la francophonie.
Cette année, nous organisons 3 jours d’événements :

  • La journée de la francophonie, riche et variée se déroulera au sein de l’Alliance française :
    Le matin, nous accueillerons plus de 200 enfants de trois écoles partenaires afin de procéder à la « Kermesse de la francophonie » avec différents jeux et ateliers autour des dix mots de la francophonie. L’après-midi, de nouvelles animations auront lieu au sein de notre médiathèque. Puis dans la salle de spectacle, aura lieu la demi-finale de notre concours d’éloquence. Enfin, la journée se terminera en Francofolies avec une soirée jeux, blindtest et quizz et une dégustation de mets français.
  • La deuxième journée aura lieu dans un des quartiers de Diego Suarez : Morafeno. A l’aide de notre Culturbus, nous nous installerons dans un axe central du quartier afin donner accès à un grand nombre de livres, de jeux et à des tablettes numériques. La journée se terminera avec une projection de film en français.
  • Enfin, la semaine se terminera vendredi par un concert de plusieurs musiciens diegolais, qui reprendront ensemble un répertoire de chansons en français.

Un message pour la jeunesse francophone  ?

Soyez fiers d’être francophones et d’être ambassadeurs de notre belle langue française. Et si le français n’est pas votre (seule) langue maternelle, soyez tout aussi fiers des autres langues que vous pratiquez. Parler plusieurs langues est synonyme d’ouverture d’esprit, de richesse intellectuelle et de tolérance. Et c’est là je pense, toute la force de la francophonie.

Lire aussi l’interview d’Olivia sur le site Réunionnais du monde