Formation au départ

Pour être pertinentes, les modalités d’accompagnement du volontaire doivent être adaptées à la forme d’engagement choisi. Un chantier de trois semaines ne nécessite pas le même type de préparation qu’une mission de volontariat de deux ans…

Toutefois, quels que soient le projet d’engagement et sa durée, une préparation au départ est vivement recommandée, en complément de la préparation administrative. Elle permet en effet une projection sur le temps passé en expatriation, une réflexion sur les questions de solidarité internationale et les positionnements à adopter, et ouvrant à la dimension interculturelle, atténue le choc culturel.

Finalités et objectifs de la préparation au départ :

Vivre son engagement en tant que volontaire (savoir) :

  • Connaître l’organisme de rattachement : son histoire, ses valeurs, son fonctionnement, ses actions.
  • Comprendre les spécificités du statut de volontaire : ses droits, ses devoirs, ses responsabilités.
  • Définir son positionnement : clarifier ses positions, ses valeurs, ses représentations ; faire la distinction entre mythes et réalités.

Réaliser la mission (savoir-faire) :

  • Connaître le contexte du pays : le contexte géographique, économique, sociopolitique, environnemental.
  • Comprendre le contexte de sa mission : son rôle, son mode d’intervention, les limites de son action, dans le contexte local.
  • Prendre en considération les acteurs liés au projet : les bénéficiaires, les partenaires du Sud, les membres de l’organisme qui accueille. Acquérir de nouvelles compétences.
  • S’inscrire dans une démarche « projet » : élaboration du projet, identification des partenaires, recherche de subvention.
  • Sortir d’une vision « modélisée » de son métier, de ses compétences.
  • Ajuster éventuellement le projet en fonction des réalités du pays, des besoins du partenaire du Sud.
  • Préparer son retour : définir le(s) mode(s) de restitution de la mission, réfléchir à une réorientation professionnelle.

Vivre et agir en milieu interculturel (savoir-être) :

  • Être sensibilisé/acquérir des connaissances sur la coopération internationale dans un contexte mondial, les relations Nord/Sud, le développement, la solidarité internationale.
  • Se préparer à découvrir un contexte différent, à vivre l’interculturel, à gérer des « chocs culturels ».
  • Se sentir appartenir à une association, à un groupe : connaissance du groupe, vie en collectivité.
  • S’initier à la vie de groupe/vivre le partenariat : prise de position commune, décision collective, répartition des responsabilités.
  • Prendre conscience de sa position d’ « invité » : avoir une attitude d’écoute, de respect, de tolérance.
  • Travailler sur ses propres représentations, préjugés, stéréotypes. Prendre éventuellement part à des actions concrètes de solidarité.

Partir à l’étranger (être) :

  • S’informer sur les démarches administratives (en France et dans le pays d’accueil).
  • S’informer sur les démarches statutaires.
  • S’informer sur les conditions de vie sur place.
  • S’informer sur les conditions sanitaires.
  • S’informer sur les conditions de sécurité.

Téléchargez l’étude sur l’accompagnement du volontaire « Recueil des pratiques d’accompagnement des organismes de VIES », réalisée en 2010 par le cabinet Dewynter Conseil pour France Volontaires.

Attention, le VSI, est dans cette étude considérée comme une famille de VIES. La nouvelle Charte des VIES considère désormais le VSI non plus comme une famille mais bien comme un dispositif.

« L’apprentissage interculturel » du Conseil de l’Europe
Guide « un visa pour le voyage » du CCFD-Terre Solidaire
Plus d’infos sur le guide "En route vers l’Inter-action !" du RJSI RA

Le VSI

Dans le cadre du VSI, le dispositif de préparation est obligatoire dans la loi de 2005.
Chaque structure d’envoi a son propre dispositif de préparation.

Dans le cas de France Volontaires en tant que structure d’envoi :

France Volontaires propose un accompagnement du volontaire qui englobe toute son expérience, de la sélection à son retour de mission. En amont de la mission, le volontaire participe à un stage de Préparation à l’expérience de volontariat.

Objectifs

  • Savoir situer sa place et son rôle en tant que VSI dans un système d’acteurs ;
  • Se préparer à agir dans des situations complexes et environnements socio-culturels différents ;
  • Identifier les capacités et ressources à mobiliser et se projeter dans sa mission ;
  • Prendre conscience et connaissance de ses droits, devoirs, responsabilités en tant que VSI ;
  • Contractualiser l’engagement et s’affilier aux organismes sociaux.

Il s’agit d’utiliser la dynamique de groupe, tout en s’appuyant sur 3 principes : le respect de la parole, l’écoute et la confiance.

En pratique :

  • Durée : 6 jours
  • Où : en internat, en région parisienne ou en province
  • Coût : 150 €
  • Obligatoire
  • Quand : 4 sessions en 2018
  • Capacité : environ 25 volontaires

En complément :

  • Possibilité d’un temps chez le partenaire selon la mission

Le Service Civique à l’international :

Dans le cadre du Service Civique, le volontaire est accompagné tout au long de son expérience par un tuteur.

L’Agence du Service Civique incite fortement les structures d’envoi à consacrer un temps de préparation, qui a pour objectif de préparer un jeune volontaire à une expérience formative en lui donnant les moyens de :

  • se préparer à l’action dans un contexte interculturel,
  • situer sa mission dans le contexte de la solidarité internationale,
  • se positionner dans son parcours d’engagement.

Pour cela est mis à disposition des structures :

Les thèmes abordés sont :

  • Connaissance de l’environnement et des fonctionnements sociaux du pays d’accueil. Il s’agit de resituer le contexte et de provoquer la curiosité ; de pouvoir en donner des grilles de lecture.
  • Sensibilisation à l’interculturel.
  • Éléments de compréhension de la langue du pays d’accueil : expression d’une façon de penser - pour mieux communiquer, pour faciliter la rencontre de l’autre et pour vivre l’interculturalité.
  • Connaissance de soi, de ses capacités et de ses limites.
  • Travail en équipe et en partenariat (dont interface entre tuteurs/ institutions/territoires).
  • Gestion de la rupture : temporelle, affective, sociale, culturelle et sociétale, statutaire.
  • Informations sur les questions de santé, de sécurité, de prévention et de gestion des risques et des prises de risques.
  • Place du volontariat dans la société : volontariat, bénévolat, engagement, militantisme, citoyenneté locale et internationale.
  • Sensibilisation aux concepts de solidarité internationale, d’urgence et de développement et aux enjeux des relations internationales.

Plus d’infos sur : le Service Civique

Téléchargez :

JSI-VVV/SI

Dans le cadre des dispositifs JSI-VVV/Si, le groupe constitué doit être parrainé par une association. Lors des demandes de subvention, XXX doit préciser son rôle dans l’élaboration du projet, sa réalisation et son suivi.

L’association qui parraine s’engage à :

  • aider les acteurs de l’action à monter leur projet,
  • les informer des difficultés qu’ils peuvent rencontrer,
  • veiller à ce que l’action s’inscrive dans la durée, favorise la citoyenneté et renforce le partenariat entre l’association porteuse du projet, les organisations de solidarité internationale, les collectivités territoriales et les partenaires.

« Elle est le garant moral du suivi technique et financier du projet vis-à-vis des pouvoirs publics français et des autorités du pays d’accueil. Elle doit vérifier scrupuleusement le respect des critères d’éligibilité du dossier. Si le projet est retenu, elle est destinataire des crédits accordés par le ministère des Affaires étrangères. L’action de parrainage fait l’objet d’une convention signée entre le parrain et l’association parrainée. » Source : Annexe 1d.

Note technique VVV/SI

  • Pour les associations locales affiliées à des structures nationales, la structure nationale sera leur parrain.
  • Si la requête émane d’associations françaises locales, non rattachées à des fédérations ou mouvements de jeunesse membres de collectifs d’associations de solidarité internationale, elles devront impérativement solliciter le parrainage d’une association habilitée.

Sont seules habilitées à parrainer les actions, les associations membres de l’un des sept collectifs partenaires du ministère des Affaires étrangères.

Téléchargez les documents relatifs aux dispositifs JSI et VVV/SI

LE SVE

Le volontaire est tenu de participer à un cycle de formation SVE. Ce cycle comprend notamment une formation à l’arrivée dans le pays d’accueil, une réunion à mi-parcours et une évaluation finale. Le volontaire tient alors un carnet de route spécifique tout au long de son parcours, avant, pendant, après.

Par ailleurs l’Info-Kit complète la préparation au départ. Il est demandé de le lire et d’en discuter avec le tuteur. Il a pour but de soutenir les volontaires et les organisations d’envoi durant la phase préparatoire du Service et doit être mis à disposition du volontaire avant son départ. Le contenu du Kit peut varier d’un pays à l’autre mais 4 composants sont imposés par la Commission Européenne et sont donc communs à tous les volontaires :

Enfin, les "lignes directrices pour la formation des volontaires SVE" s’adressent à tous les acteurs impliqués dans la formation des volontaires SVE. La formation des volontaires SVE joue un rôle clé dans les conseils et l’assistance apportés aux volontaires. Les lignes directrices et les normes de qualité minimale garantissent aux volontaires une formation appropriée et de qualité tout au long de son projet.

Site : Toutes les informations auprès d’Erasmus +