Les objectifs

Le projet vise à développer la dimension européenne et internationale des politiques qui concerne le volontariat. Il prévoit de tester un processus de gestion alternatif des programmes de volontariat international qui permettrait d’assurer une meilleure inclusion des jeunes avec moins d’opportunités, et de tester des mesures spécifiques innovantes.

Les finalités

  • Comparer les moyens de développer l’internationalisation des dispositifs nationaux de service volontaire jeunesse, en identifiant et expérimentant des mesures favorisant l’égal accès de tous les jeunes ;
  • Permettre un apprentissage entre les parties-prenantes du champ du volontariat international ;
  • Améliorer les dispositifs nationaux et européens de volontariat grâce au partage transfrontalier d’expériences et de connaissances ;
  • Partager les résultats et recommandations avec les autres Etats membres de l’Union Européenne.

 

La portée

  • Tester des dispositifs de volontariat transfrontaliers ; cibler les jeunes, y compris les NEET et jeunes ayant moins d’opportunités
  • Trois pays d’expérimentation (France, Italie, Royaume-Uni) et deux pays chargés de la dissémination (Lituanie et Luxembourg)
  • Au total, cinq cents jeunes volontaires sont ciblés par l’expérimentation, seulement la moitié d’entre eux bénéficieront de ces mesures alternatives, dans le but de comparer l’efficacité et l’impact de ces mesures.

 

La production

  • D’outils et de méthodes sur les processus d’inclusion à destination des praticiens et professionnels de la jeunesse
  • De documents de références pour les décideurs politiques et opérateurs dans le domaine de la jeunesse à l’échelle européenne
  • De recommandations sur des protocoles communs et des politiques nationales et/ou locales visant à mieux accompagner les jeunes, en particulier ceux ayant le moins d’opportunités

Les résultats seront communiqués durant toute la durée du projet et partagés à tous les niveaux pertinents : aux décideurs politiques locaux, régionaux, nationaux et européens, aux agences et organismes, aux praticiens et/ou travailleurs dans le domaine de la jeunesse, enfin et surtout, aux jeunes.

Le consortium partagera aussi les résultats aux autres Etats membres et aux institutions européennes à travers une conférence européenne finale et des publications, y compris en ligne.

Plus d’informations surle site d’IVO4All