Le Volontariat de Solidarité Internationale (VSI)

Famille de volontariat de coopération, d’appui au développement et d’action humanitaire

Crédits photo Espace Volontariats Vietnam - Laos

Le volontariat de solidarité internationale (VSI) est un dispositif encadré par la loi du 23 février 2005. Il a pour objet « l’accomplissement d’une mission d’intérêt général à l’étranger dans les domaines de la coopération au développement et de l’action humanitaire ». Ce contrat consistue un service civique effectué à l’étranger (Loi du 10 mars 2010). Le VSI engage mutuellement un organisme d’envoi et un volontaire. Il est contractuel. En mars 2015, 29 organisations sont agréées par l’Etat pour l’envoi de VSI.

En 2014, on comptait 2 013 VSI dans le monde (source : Ministère des Affaires étrangères – MAE), chiffre qui varie peu d’une année à l’autre. Les principaux pays d’accueil de VSI sont Madagascar, le Cambodge les Philippines et le Cameroon. 


Qui ?

  • Le VSI s’adresse aux personnes majeures, célibataires ou en couple (certaines organisations n’acceptent les couples que si, les conjoints ont chacun une mission), sans condition de nationalité et sans limite d’âge.
  • En pratique la majorité ont entre 18 et 40 ans (En 2014, 46% ont entre 26 et 30 ans*).
  • Ce sont pour la plupart des professionnels diplômés (en 2014, 58% ont un Bac + 5*, soit une nette progression depuis 2011), expérimentés ou non.

*(source MAE)

Pourquoi ?

Intérêt pour le partenaire d’accueil

Le partenaire d’accueil peut être une association, une collectivité territoriale, un bureau d’étude, une organisation bilatérale ou multilatérale, une structure étatique locale… Et plus précisément une structure :

  • européenne opérateur de projets dans un pays d’accueil
  • européenne soutenant une structure locale
  • locale d’un pays d’accueil.

Leurs intérêts peuvent être :

  • technique : Le VSI répond à des demandes spécifiques en assistance technique ou en formation des acteurs locaux dans tous les domaines du développement, de la réhabilitation et parfois de l’urgence. 
  • politique : Le VSI investi d’un rôle de médiation, de représentation et de témoignage, facilite les relations de coopération internationale, leur communication extérieure.
  • économique : Le VSI permet au partenaire d’accueil de bénéficier des services d’un professionnel engagé. En outre, cet apport peut être valorisé comme contrepartie pour l’obtention d’un financement international.

Intérêt pour le partenaire d’envoi

Le partenaire d’envoi est une association de solidarité internationale agréée par le Ministère des Affaires étrangères et habilitée à conclure un contrat de VSI, pouvant mobiliser des volontaires pour son compte ou celui d’une autre organisation. Le VSI mène des projets de développement, d’urgence ou de réhabilitation dans les pays d’accueil.
Leurs intérêts peuvent être :

  • Politique/éthique : Contribuer au rapprochement de deux pays. Servir au mieux les intérêts des structures d’accueil, en accompagnant et en mettant en œuvre une assistance humaine et technique de qualité.
  • Économique : Préserver les équilibres économiques de l’association.
  • Professionnel : Le VSI peut être une pépinière de futurs salariés, et le volontariat peut être assimilé à une période d’apprentissage.

Intérêt pour le volontaire

Le volontariat de solidarité international satisfait un désir d’engagement. Il offre :

  • un cadre éthique
  • une utilité sociale et sociétale
  • un parcours sécurisé au plan administratif et financier
  • une expérience et un tremplin professionnels. 

Le VSI participe à l’apprentissage du volontaire, il lui permet d’exercer des responsabilités et d’affirmer ses compétences, ses aptitudes dans un contexte inter culturel. En ce sens, il permet de se réaliser au plan tant humain que professionnel.

Comment ?

Quels domaines d’intervention ?

Enseignement, action sanitaire et sociale, information et communication, développement durable, gestion de projets, administration publique et territoriale…

Quels types de projet ?

  • renforcement des capacités et des compétences professionnelles des acteurs locaux dans des domaines variés tels que la formation, la gestion de projet, la recherche de financement, la communication interne et externe, l’appropriation de techniques ou de technologies spécifiques, etc.
  • contribution à leur ouverture sur le monde extérieur (travail en réseaux).

Le VSI ne peut s’exercer qu’en dehors de l’Espace économique européen.

Quelle durée ?

Minimum de 12 mois et 24 mois au maximum. L’expérience est plafonnée à 6 ans au cours de la vie.

Quelles garanties statutaires ?

Le volontaire signe un contrat de VSI avec une association agréée.

Quelles modalités spécifiques ?

La préparation au départ est obligatoire pour pouvoir devenir volontaire. Autant que la qualification professionnelle, l’engagement de la personne est déterminant pour devenir volontaire.

Combien ça coûte ?

L’Etat français

Soutient la structure d’envoi par :

  • une participation forfaitaire aux coûts de couverture sociale et de gestion des volontaires
  • une aide forfaitaire aux coûts de formation avant départ
  • une aide forfaitaire pour l’appui au retour des volontaires
  • une indemnité de réinstallation (sous conditions ; versée directement au volontaire)
  • une prime forfaitaire de réinsertion professionnelle (sous conditions ; versée directement au volontaire)

L’organisme agréé d’envoi

Garantit au volontaire :

  • une indemnité mensuelle (100 euros minimum hors hébergement et nourriture)
  • une protection sanitaire et sociale complète
  • une assurance vieillesse
  • ses frais de voyage aller retour sur le lieu de la mission.
  • une préparation avant départ et un appui au retour de mission.
  • une indemnité de réinstallation (sous condition de durée de séjour).
  • 2 jours minimum de congé par mois de mission effectué si le contrat a une durée égale ou supérieure à 6 mois.

Le partenaire d’accueil

  • si c’est une organisation étrangère au pays d’accueil

Elle contribue financièrement pour tout ou partie, aux frais suivants : voyage, complémentaire santé, indemnité de volontariat, logement, complément de coûts de formation…

  • si c’est une organisation du pays d’accueil

Par principe il contribue même de façon modeste, en nature ou en argent, aux conditions de séjour du volontaire. Cette participation pour l’hébergement, la nourriture, les moyens de travail est… très variable.

Le Volontaire

Il peut être mis à contribution, notamment si son indemnité de volontariat est trop faible ou si la structure d’accueil ne peut financer, il devra la compléter.

Pour aller plus loin :

Téléchargez :

Plus d’informations sur :

Stéphanie - VSI France Volontaires à Hanoï... par EV_Vietnam_Laos