Anaïs, en France : "l’engagement citoyen, une expérience enrichissante que tous les jeunes sans exception devraient vivre"

© France Volontaires

Anaïs, originaire du Burkina Faso participe au troisième volet du projet "Les Ambassadeurs de l’engagement citoyen à l’international" et réalise sa mission de Service Civique de réciprocité de 4 mois en France.

Qui es-tu ?

Portrait Chinois : Si tu étais…

  • Un personnage célèbre : Nelson Mandela
  • Un animal : Un lion
  • Un objet : Un couteau
  • Un plat : Le riz gras aux légumes et au poulet
  • Une couleur : Le rose
  • Une chanson : Reine de Dadju
  • Un film : Rampage hors de contrôle
  • Un livre : L’enfant noir de Camara Laye
  • Un sport : La natation
  • Un métier : Manager de projets
  • Un mois de l’année : Août
  • Un proverbe : "La grandeur existe en chacun de nous"

Pour quelle(s) raison(s) ce projet d’engagement en service civique ?

Ce projet d’engagement en service civique a d’abord été nourrit par l’envie de développer mon expérience professionnelle, tout en mettant à profit le peu d’expérience que j’ai réussi à acquérir auparavant. Aussi il y a eu bien sûr cette envie de découvrir un pays étranger, une autre culture, une autre manière de vivre et de voir les choses.

Que faisais-tu avant de partir en service civique ?

Avant de partir en service civique je faisais des études en communication pour le développement. J’ai aussi fait un service civique qui a duré six mois dans mon pays.

La mission

Quelles actions as-tu réalisé jusqu’à présent ?

Jusque-là, en rapport avec ma mission j’ai réalisé pas mal de choses. À savoir des ateliers pour promouvoir le service civique tant en France qu’à l’étranger auprès des jeunes, sensibiliser sur la mobilité internationale et aussi faire connaitre mon pays le Burkina Faso aux jeunes français à travers un diaporama que j’ai fait. De plus, je suis chargée de l’organisation de la documentation et de l’affichage en salle jeune. Il m’est aussi arrivé d’aider les jeunes pour la mise en page et rédaction de leur CV et lettres de motivation, de réaliser des émissions radio sur divers thèmes, puis des jeux grâce au logiciel Kahoot. En plus j’ai tenu des stands service civique lors de forums ou activités menés par la mission locale.

Peux-tu citer les compétences acquises au cours de ta mission de volontariat ?

Comme compétences acquises je peux m’estimer heureuse car j’en ai reçu plusieurs qui me serviront très certainement dans l’avenir. Il s’agit donc de la capacité de m’exprimer aisément devant des personnes inconnues pour mener un débat ou animer un atelier, de l’usage critique des technologies, de la prise d’initiative et de l’organisation d’un programme de travail.

Quelles ont été les difficultés rencontrées (techniques, humaines, intellectuelles etc.) ?

Les difficultés je n’en ai pas rencontré tellement parce que j’ai réussi à les surmontés avec le temps. Par contre, au niveau du climat j’ai eu du mal (rire) parce que je suis arrivée en plein hiver et deux jours après j’ai eu de la neige toute la semaine. J’étais gelée comme je ne l’avais jamais imaginé (rire). Contente de voir la neige pour la première fois certes mais je n’ai pas assumé le froid qu’il y avait derrière (rire).

Quelles sont selon toi les trois qualités essentielles pour devenir volontaire ?

elon moi les trois qualités essentielles sont bien sûr la volonté, la motivation, et l’engagement.

Si tu devais promouvoir l’engagement citoyen à l’international en une phrase…

En juste quelques mots je dirais : l’engagement citoyen, une expérience enrichissante que tous les jeunes sans exception devraient vivre.

Culture

Quelles sont les plus grandes différences entre le Burkina Faso et la France ?

Les différences que je peux observer entre le Burkina Faso et la France se situent au niveau du rythme de vie qui est très rapide selon moi en France surtout à Paris (rire). Les gens sont tout temps pressés et courent après le temps. Chez moi ce n’est pas pareil, on prend tout notre temps pour faire les choses (rire). À côté de cela, il y a le mode de vie et le niveau de vie qui est beaucoup plus élevé que chez moi. Je me retiens d’ailleurs de convertir en Francs CFA quand je fais des achats en France (rire).

Quel est ton souvenir le plus fort ?

Mon souvenir le plus fort est d’avoir fait un manège à sensation. C’était trop émouvant, j’ai tellement eu peur que je ne pense pas recommencer (rire). Et aussi d’avoir été sur les plages du débarquement. C’était très impressionnant d’être sur ces lieux de combats qui se sont déroulés il y a 73 ans de cela. Et j’ai même retrouvé des morceaux de canon, chars ou fusil je ne sais pas trop (en tout cas des morceaux de fer rouillés) dans la mer (rire).

Et après ?

Quels étaient tes projets post-volontariat avant de réaliser ta mission ? Ont-ils évolué suite à ton service civique ?

Mon projet post volontariat était de reprendre mes études afin d’obtenir plus de diplômes et accroître mes chances sur le marché de l’emploi. Je peux dire que ce projet a évolué suite à mon service civique parce qu’en plus de la reprise de mes études je nourris l’idée d’entreprendre de créer ma propre entreprise, ou pourquoi pas créer une association (rire). L’idée est en cours et je pense la murir avec le temps.

Selon toi, qu’apporte un service civique à l’international dans un parcours de vie (insertion professionnelle…) ?

Pour moi un service civique à l’internationale est une expérience très enrichissante dans un parcours de vie tant personnel que professionnel. Sur le plan personnel, cela permet de se familiariser à d’autres cultures, les vivre en vrai et à effacer certaines idées préconçues qu’on avait d’elles au départ. Aussi nous apprenons à mieux connaître les gens, les comprendre et se faire de nouveaux contacts.
Sur le plan professionnel, je pense que cette expérience peut, développer nos compétences, nous permettre de nous redécouvrir, valoriser notre CV et accroitre nos chances pour l’emploi.

Un conseil à donner aux futurs volontaires ?

Motivez-vous pour effectuer une mission de service civique tant national, qu’international, vous n’avez rien à perdre. Au contraire, avec le service civique on apprend beaucoup, on découvre, on se fait des amis et on gagne toujours ! C’est que du bonheur et de belles surprises !

Pour plus de renseignements, contactez Noémie Do Linh : noemie.dolinh@france-volontaires.org