Aprilia, coordinatrice des programmes de la Fondation SOSUCAM en VSI

Aprilia est coordinatrice de programmes de la Fondation SOSUCAM en VSI (Volontaire de Solidarité Internationale). Elle nous raconte son parcours et nous présente ses principales missions, notamment le projet de réhabilitation de école maternelle de Mbandjock.

19/12/2017

Peux-tu te présenter en quelques mots ? Quel est ton parcours ?

Intriguée par les enjeux de la solidarité internationale, j’ai effectué à 18 ans ma première mission bénévole en Afrique, et plus précisément au Bénin. Suite à un Master 2 à la Sorbonne en « Gestion de crises, intervention d’urgence et de Développement », je suis rapidement entrée dans la famille des volontaires. J’ai réalisé un service civique de 9 mois dans la région Ouest du Cameroun. Actuellement, je termine une mission de coordination des programmes en tant que Volontaire de Solidarité Internationale (VSI) au centre du Cameroun.

Pour quelle(s) raison(s) ce projet d’engagement ?

J’ai souhaité m’engager de nouveau auprès d’une structure de développement local afin non seulement d’approfondir mes compétences en coordination des projets, mais également de revivre une expérience enrichissante d’échanges culturels.

Quelle est ta mission en tant que volontaire ?

En tant que volontaire et en étroite collaboration avec un salarié national, j’anime et je veille au bon fonctionnement de la Fondation SOSUCAM. En binôme nous devons appuyer et suivre les groupes de la société civile souhaitant mettre en place des projets de développement local. En tant que volontaire, je dois veiller à prendre en considération les réalités du terrain, tout en contribuant avec mes particularismes culturels, à l’élaboration de solutions alternatives.

Peux-tu nous parler d’un projet plus précisément ?

Le projet de réhabilitation de l’école de Mbandjock que nous développons en ce moment illustre parfaitement la plus value que représente le recours à un VSI pour les structures locales des pays en développement. En effet, implantée depuis plus de 6 ans, la Fondation SOSUCAM maîtrise les réalités locales de Mbandjock et dispose d’une expertise en termes de structuration des groupes de la société civile. Ainsi, l’APEE de l’école maternelle de Mbandjock s’est donc organisée et a mobilisé tous les parents afin d’améliorer les conditions d’enseignements. Plusieurs travaux ont été réalisés. Malheureusement, certains d’entre eux n’ont pu être couverts par ces fonds. C’est ainsi, qu’avec la présence d’un VSI français, de nouvelles solutions de mobilisations de fonds ont été mises en place. Parmi elle, une grande collecte de fonds a été lancée au niveau international. 

Qu’as-tu appris/transmis ?

J’ai appris de nombreuses choses, que ce soit des compétences ou des leçons de vie. La principale qualité que j’ai développée lors de ma mission est la capacité à être à l’écoute de l’autre afin de pouvoir vivre ou travailler avec des personnes de culture différente.

Quels sont tes meilleurs souvenirs jusqu’ici ?

Il est très difficile pour moi de citer qu’un ou deux souvenirs. Toutes mes expériences de solidarité internationale furent mémorables.

Quelles ont été tes premières impressions à ton arrivée ?

Dès mon arrivée au Cameroun, je me suis sentie très à l’aise. Les populations locales se sont montrées bienveillantes envers moi et France Volontaires m’a rapidement proposé un soutien.

Quelles ont été les plus grandes difficultés rencontrées ?

J’ai eu du mal à trouver un équilibre de vie qui me permette de dormir assez, manger équilibré, travailler sereinement et dégager des moments de divertissement.

Que retiens-tu du pays jusqu’à présent ?

Je retiens principalement la capacité de résilience des populations. Cette énergie qui se dégage de la société civile à des moments clefs m’a appris à réfléchir toujours à des solutions alternatives lorsque l’on se retrouve bloqué.

L’école maternelle de Mbandjock est aujourd’hui confrontée à un besoin urgent : réhabiliter ses locaux et permettre à ses 160 élèves d’étudier et de grandir dans un environnement sain, sécuritaire et propice à leur développement. France Volontaires lance un appel aux dons pour soutenir ce projet : cliquez-ici pour en savoir plus !

Pour plus de renseignements, contactez l’Espace Volontariats du Cameroun : ev.cameroun@france-volontaires.org