Chloé : l’ingénieur-agronome au service du développement

© Espace Volontariats Madagascar

Au cours de l’année 2017, l’association Cœur de Forêt (CDF) d’Antsirabe, a accueilli Chloé dans le cadre du Volontariat de Service Civique.

25/07/2017

Qui est-elle ?

A 24 ans, Chloé est tout récemment diplômée de l’école ISTOM, une école d’ingénieur en Agro-Développement international. Sa formation lui a permis de réaliser un grand nombre de stages en Outre-Mer et à l’étranger dans le développement et l’agronomie : en Guadeloupe pour faire un état de lieu de la situation des agriculteurs vis-à-vis des aides financières publiques ; au Togo où elle a travaillé pour une coopérative agricole ; ou encore au Maroc dans un projet dans l’agriculture biologique des oliveraies. Cependant Chloé désirait toujours plus de nouvelles expériences, c’est pourquoi elle a décidé de s’engager dans une mission de Service Civique dans le secteur de l’agro développement.

L’association

C’est grâce à son école - l’ISTOM - qu’elle a entendu parler de Cœur de Forêt (CDF). Cette association qui œuvre pour la protection, la valorisation des forêts ainsi que pour le développement des populations qui y vivent. La structure est implantée dans plusieurs pays du monde dont la Bolivie, l’Indonésie ou encore Madagascar. C’est sur le site du Service Civique que la jeune femme a trouvé l’offre de mission de l’association CDF. Elle y a donc postulé et contacté dans le même temps l’équipe à Madagascar. Après quelques échanges sur les détails de la mission, Chloé fut enthousiasmée du fait que la mission proposait un travail de terrain à la fois sur le domaine agricole et sur la thématique du développement.Elle a donc rejoint les rangs de l’association Cœur de Forêt à Madagascar en tant que « Chargé de suivi des expérimentations agricoles de CDF ».

La mission

Sa mission consiste à s’occuper principalement des essais au champ tout au long de l’année. Elle doit - par exemple - rédiger les protocoles expérimentaux concernant les essais d’association de culture (Géranium-Soja, Géranium-Cacahuète, Géranium-haricot, Géranium-tagètes) et gérer les essais de fertilisation (avec différentes doses d’engrais de fiente de chauve-souris). La volontaire assure le suivi de ces cultures au long de l’année (maladie, ravageurs) et s’occupe des bilans de l’expérimentation : résultats, rendements. En plus de ces activités, Chloé participe aux autres actions de Cœur de Forêt : animation de la coopérative de production d’huile essentielles EQUIMADA, distillation, plantation des cultures, organisation et réalisation plan de reboisement.

Son ressenti

Chloé est très heureuse de sa mission au sein de CDF, les tâches qu’elle réalise sont diverses et nécessitent une grande polyvalence. Ses relations avec ses collègues sont excellentes, notamment avec Bruto, l’ingénieur malgache en charge des projets agronomiques de l’association. Leur coopération se passe extrêmement bien et elle est très enrichissante pour la jeune femme car Bruto lui fait profiter de sa connaissance des pratiques agronomiques malgaches.

Outre sa mission, Chloé s’est très bien adaptée à la vie sur la Grande Île. Antsirabe est une ville où il fait bon vivre et où les gens sont chaleureux. Le seul problème que Chloé rencontre dans sa mission et dans son quotidien : c’est la barrière de la langue. Pour surmonter cette difficulté, la jeune volontaire prend des cours de malgaches toutes les semaines, ce qui l’aide à s’intégrer de plus en plus et à échanger petit à petit avec les paysans qu’elle est amenée à rencontrer.

Chloé apprend beaucoup à Madagascar. Grâce à sa mission, elle a acquis de nombreuses connaissances en agriculture. Son autonomie s’est aussi accrue et elle est satisfaite cette expérience professionnalisante dans le monde des huiles essentielles et du développement rural. Certaines choses l’ont surpris à Madagascar, notamment les transports : taxi-brousse, cyclo-pousse et pousse-pousse qu’elle trouve assez atypiques. La jeune femme a été assez étonnée par les relations étrangers / malgaches, surtout dans la capitale. Elle trouve qu’à Tananarive il est très dur de s’intégrer en tant qu’étranger. Mais la volontaire a également été agréablement ravie par la bonne ambiance qu’on peut trouver dans les gargottes, ces petits bars où l’on vient s’asseoir sur de petites tables entre amis en dégustant de petites brochettes autour d’un verre. Ces endroits ne payent pas de mines aux premiers abords, mais ils sont très conviviaux et chaleureux !

Et après ?

Après sa mission, Chloé aimerait continuer à travailler pour l’association CDF si on le lui propose. Mais si ce n’est pas le cas, elle aimerait tout de même rester à Madagascar pour réaliser un Volontariat de Solidarité Internationale pour une autre association, toujours dans le secteur agricole et du développement rural.

En savoir plus sur l’association Coeur de Forêt

Pour plus de renseignements, contactez l’Espace Volontariats Madagascar : ev.madagascar@france-volontaires.org