Eva, Ambassadrice de l’engagement citoyen au Cambodge

© Espace Volontariats Cambodge

Après le succès de la première vague des "Ambassadeurs de l’engagement citoyen à l’international" en 2016, l’aventure se renouvelle en 2017 ! Découvrez le portrait d’Eva au Cambodge.

07/02/2017

Après une formation de trois jours au siège de France Volontaires Paris où ils ont été sensibilisés aux enjeux de la solidarité internationale et du volontariat ; participer à des rencontres avec d’anciens volontaires en Service Civique ainsi qu’avec les référents des pays d’accueil ; assister à la présentation des outils et supports réalisés par les premiers Ambassadeurs ; ou encore participer à des mises en situation sur le thème de l’interculturalité ; nos deux volontaires sont arrivés samedi 28 janvier au Cambodge pour effectuer leur mission.
Voici les premières impressions d’Eva quelques jours après avoir commencé sa mission.

Qui est-tu ?

Peux-tu te présenter en 4 mots ?

Je m’appelle Eva, j’ai 21 ans, je suis originaire de Lille et je suis actuellement en mission pour 4 mois au Cambodge dans le cadre du projet "Les Ambassadeurs de l’engagement citoyen à l’international".

Pour quelle raison ce projet d’engagement en Service Civique ?

A la suite d’un Service Volontaire Européen (SVE) en Grèce dans le secteur de l’environnement, j’ai eu envie de partir plus longtemps, d’avoir une expérience à l’étranger et changer de cadre.

Je m’attends à m’enrichir culturellement et humainement tout en découvrant et m’ouvrant à une autre culture afin de trouver des pistes pour mes futurs projets professionnels notamment.

Quels objets as-tu apportés avec toi dans tes valises et pourquoi ?

Des jeux de cartes pour les enfants et beaucoup de médicaments.

L’interculturalité

Quelles ont été tes premières impressions à ton arrivée ?

En ce qui concerne l’école, beaucoup de belles images avec les enfants qui sont très heureux et plein de joie de vivre. Les gens du village sont très bavards et aiment bien discuter.

Quelles sont les différences qui t’ont le plus marquée entre la France et le Cambodge ?

Il y en a beaucoup. Différence de niveau de vie, de culture, de langue. C’est vraiment très marqué avec la vie rurale, les campagnes sont vraiment différentes. Surtout pour les enfants, ils travaillent beaucoup. J’ai eu l’occasion de visiter une usine de fabrication de briques, c’est très impressionnant, les femmes y travaillent jusqu’à un âge très avancé.

La mission

Quelles sont les actions que tu as réalisées pour le moment ?

J’ai commencé par des réunions de préparation dans nos associations respectives (Développement Rural Cambodge) et à l’Espace Volontariats du Cambodge, avant de partir sur le terrain. Le but est dans un premier temps de faire le point sur nos actions et de rencontrer les équipes sur place. Nous avons été accompagnés de Madame Voleak Sok, Représentante Nationale de France Volontaires au Cambodge.

En ce qui concerne mon travail au sein de la structure locale, pour le moment j’ai donné quelques cours d’anglais avec les enfants, ainsi que des cours sur l’environnement et les déchets et des cours d’informatique avec les adultes. Aujourd’hui, j’ai effectué une mission de prévention sur l’hygiène, accompagnée par une infirmière. Nous avons appris aux enfants à se brosser les dents et leur avons ensuite distribué des brosses à dents et du dentifrice.

Au cours de ta mission de volontariat, quelles sont les trois compétences que tu as acquises jusqu’ici ?

Pour le moment je suis encore au début de ma mission, je cherche à savoir comment je peux me rendre utile en analysant les situations, comprendre le contexte, préparer notre emploi du temps et prévoir les moments où nous pouvons faire les interventions en petit groupe avec les enfants. Par exemple sous forme d’atelier entre les classes pour ne pas empiéter sur les cours des enfants et trop changer leur rythme scolaire.

Quelles sont les difficultés que tu as rencontrées (techniques, humaines, intellectuelles etc.) ?

Pour le moment ce sont les difficultés de langage avec mes interlocuteurs. Je n’ai aucun problème à m’adapter avec la culture et la vie ici et à m’intégrer à l’équipe.

En tant qu’Ambassadrice de l’engagement citoyen à l’international, quelles sont selon toi les trois qualités essentielles pour devenir volontaire ?

Selon moi, il faut savoir s’adapter et être flexible, ouvert d’esprit et il être à l’aise pour aller vers les autres.

Si tu devais promouvoir l’engagement citoyen à l’international en une phrase…

Je dirais que ça influencerait les jeunes à s’ouvrir plus au monde, pour apprendre une langue et découvrir une culture et aussi en apprendre sur soi-même. S’engager permet de faire des échanges interculturels, améliorer son niveau en langue, découvrir ses capacités et trouver sa voie professionnelle.

Et après ?

Quels sont tes projets post-volontariat ?

J’aimerais bien reprendre une formation mais je ne sais pas encore tout à fait laquelle. J’attends de cette mission, qu’elle m’aide à trouver un secteur vers lequel je peux m’orienter après, peut-être que je découvrirai un centre d’intérêt pour ma future formation de retour en France.

Un conseil aux futurs volontaires ?

Ne pas avoir peur de partir, ça ne peut être qu’une expérience positive.

Pour plus de renseignements, contactez l’Espace Volontariats du Cambodge : par mail ev.cambodge@france-volontaires.org