Florian, au Cameroun : "Découvrir le monde mais aussi se redécouvrir."

Qui es-tu ?

Peux-tu te présenter en 4 mots ?

  • Détendu,
  • Réfléchi,
  • Social, 
  • Artiste.

Pour quelle raison ce projet d’engagement en Service Civique ?

Pour découvrir le monde, apprendre de cultures différentes, pouvoir mettre en pratique certaines de mes compétences et les développer, chose que je ne pouvais pas faire en travaillant en France, et vivre une expérience de solidarité internationale.

Quels objets as-tu apportés avec toi dans tes valises et pourquoi ?

Un téléphone rempli de musique car elle est la chose qui me procure le plus de bien-être dans ma vie et j’en éprouve un grand besoin en France comme n’importe où ailleurs dans le monde. Mon ordinateur pour pouvoir rester en contact avec mes amis et ma famille, et pouvoir me détendre avec des livres, jeux, vidéos et liens internet qui sont dessus. Je ne me sers pas de mon téléphone pour ces choses là étant peu à la page sur toutes les nouvelles applications mobile...

L’interculturalité 

Quelles ont été tes premières impressions à ton arrivée ?

Forcément le climat ! Passer du froid au très chaud est très fatiguant, et j’ai mis un peu de temps à m’habituer. L’accueil que font les Camerounais : ils très portés sur les échanges et le fait de pouvoir discuter avec (presque) n’importe qui est quelque chose qui m’a fait très plaisir. Le fait enfin de se faire très régulièrement aborder dans la rue fait bizarre au début, et encore une fois il a fallu un temps d’adaptation.

Quelles sont les différences qui t’ont le plus marqué entre la France et ton pays d’accueil ?

Comme je l’ai dit, ce sont tout d’abord les échanges entre "inconnus". Beaucoup viennent nous aborder pour savoir d’où l’on vient, ce que l’on fait ici, et au final on se met facilement à échanger un tas de choses avec eux. Le fait de pouvoir faire un tas de petits achats dans la rue est aussi quelque chose que l’on ne peut pas faire en France. Enfin la nourriture, qui change de ce qu’on peut manger en France, et leur tendance à vouloir mettre du piment partout !

La mission

Quelles sont les actions que tu as réalisées pour le moment ?

Je donne des cours d’informatique à des élèves de niveau primaire dans deux écoles différentes et je travaille depuis un moment sur un projet de micro jardinage associé à une action de recyclage.

Au cours de ta mission de volontariat, quelles sont les trois compétences que tu as acquises jusqu’ici ?

  • La patience.
  • Savoir mieux gérer des relations propices à malentendus et autres complications.
  • Savoir prendre sur soi dans des moments difficiles.

Quelles sont les difficultés que tu as rencontrées ?

Une façon d’aborder le temps qui est très différente de chez nous dans le sens où les camerounais sont très peu ponctuels. Nombre de gens peuvent arriver à 11h pour un rendez vous fixé à 10h, et c’est une manière d’être tout à fait normale et acceptée ici. Le fait d’être très serré dans les transports (taxis et bus) peut parfois être un peu difficile à vivre, mais c’est en même temps une expérience mémorable ! Jamais je n’aurais cru un jour être à 11 dans une petite voiture ! J’étais avec seulement deux adultes, les autres étaient des enfants, mais je n’ai jamais été autant serré dans une voiture et je m’en souviendrais toute ma vie ! Mais je n’ai pas vraiment rencontré de réelles difficultés depuis mon arrivée.

En tant qu’Ambassadeur de l’engagement citoyen à l’international, quelles sont selon toi les trois qualités essentielles pour devenir volontaire ?

Être ouvert d’esprit est la plus importante. Savoir être un minimum indépendant et enfin savoir accepter les difficultés pour pouvoir aller au-delà de celles-ci.

Si tu devais promouvoir l’engagement citoyen à l’international en une phrase ?

Découvrir le monde mais aussi se redécouvrir.

Et après ? 

Quels sont tes projets post-volontariat ?

En apprendre plus sur les techniques d’agriculture non conventionnelles (la permaculture notamment). Mener des activités associatives autour de ma passion qu’est la musique.

Un conseil aux futurs volontaires ?

Renseignez-vous sur le pays dans lequel vous allez vivre cette expérience, afin de vous aider à vous y préparer. Renseignez vous sur la mentalité des gens, leurs coutumes culturelles, leur façon de penser et de vivre. Essayez de rencontrer plein de monde, ne vous renfermez pas sur vous mêmes en cas de difficultés. Profitez vraiment au maximum de toutes les possibilités que vous offre cette expérience !


Pour plus de renseignements, contactez l’Espace Volontariats du Cameroun : par mail ev.cameroun@france-volontaires.org