IVO4All : les 8 recommandations pour faciliter l’inclusion sociale de la jeunesse

Mardi 6 juin 2017, France Volontaires, avec l’appui des partenaires d’IVO4All, a organisé, au Comité Economique Social et Européen de Bruxelles, la conférence européenne de restitution du projet IVO4ALL (International Volunteering Opportunities for All) : « Levons les obstacles au volontariat à l’international, pour faciliter l’inclusion sociale des jeunes ». Y ont été présentées huit recommandations favorisant l’accès au volontariat au plus grand nombre, présentées ce jour.

28/06/2017

Conférence Européenne du projet IVO4ALL, le 6 juin, à Bruxelles

Mardi 6 juin 2017, France Volontaires, avec l’appui des partenaires d’IVO4All, a organisé, au Comité Economique Social et Européen de Bruxelles, la conférence européenne de restitution du projet IVO4ALL (International Volunteering Opportunities for All) : « Levons les obstacles au volontariat à l’international, pour faciliter l’inclusion sociale des jeunes ».

Convaincu que le volontariat, notamment à l’international, n’est pas seulement une façon d’impliquer les jeunes, mais est surtout une immense opportunité pour révéler à la société tout leur potentiel, comme le souligne Jean-Daniel Balme, Délégué général de France Volontaires, huit partenaires de 5 pays membres de l’Union Européenne, la France, l’Italie, la Lituanie, le Luxembourg et le Royaume-Uni, ont expérimenté durant trois ans des mesures pour encourager l’inclusion sociale de la jeunesse. En sont nées huit recommandations favorisant l’accès au volontariat au plus grand nombre.

 

L’inclusion de la jeunesse, une réflexion sociétale

La fin d’IVO4ALL a été l’opportunité de rassembler tous les acteurs autour d’une problématique commune : le volontariat, comme outil d’inclusion sociale des jeunes. Véritable enjeu de société, l’engagement à l’international a pu être discuté et appréhendé par les angles complémentaires : du volontaire, de la structure d’envoi, d’accueil et du politique. En effet, animée par Sophia Hocini, journaliste à La Zep, la conférence a réuni 120 participants, issus de l’Union Européenne ou hors de l’UE, avec notamment la présence de Victoire Dogbé, Ministre du Développement à la Base, de l’Artisanat, de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes, du Togo ou Mohamed Dehmane, Directeur de l’EVO du Maroc. Mais aussi, des représentants d’institutions européennes et internationales (Organisation internationale de la francophonie, Commission et Parlement Européens, Conseil de l’Europe), de ministères, de collectivités territoriales, de plateformes associatives européennes dont le Forum européen de la jeunesse, d’associations nationales et locales, d’agences Erasmus +, d’Instituts de la jeunesse et de volontaires IVO4ALL. Rarement autant d’acteurs de la société civile et d’institutions ont eu ce temps de partage de points de vue.

Deux ateliers ont mis en synergie les pensées et retours sur expériences des représentants d’associations, de collectivités, d’organisations internationales ainsi que de jeunes volontaires ayant participé au projet. L’après-midi, le thème « Une approche inter-sectorielle pour lever les obstacles au volontariat à l’international pour améliorer l’inclusion des jeunes » a été enrichi de partages de réflexions par politiques et professionnels.

 

Comment faciliter l’accès aux opportunités de volontariat pour l’ensemble des jeunes ?

Des échanges intéressants lors des ateliers ont mis en exergue l’intérêt du volontariat pour un jeune.
Djamel BENIA de l’association ADICE a rappelé que l’engagement volontaire d’un jeune n’est pas seulement une simple occupation mais relève bien d’une étape dans son processus d’intégration dans la société. En effet, une expérience de volontariat à l’international offre au volontaire d’apprendre sur les valeurs d’une nouvelle culture, de comprendre l’environnement dans lequel il évolue mais il est également un vecteur important pour son développement personnel. Pour que ce processus se déroule dans les meilleures conditions, Marie-Agnès SABLAYROLLE, responsable du bureau de Mobilité de la Mission Locale de Montpellier a souligné la nécessité de proposer des programmes ciblés en fonction des différents publics et insiste sur l’importance de former les conseillers aux opportunités de mobilités.

Le second atelier axé sur la formation a proposé d’évaluer les apports du projet IVO4ALL auprès des associations et des jeunes. Marc-André HERMAN, directeur de l’association Service Civil International a encouragé l’ensemble des associations à étendre leurs relations au niveau national sous forme de partenariat dans le but de construire ensemble des outils ou bien à terme de mutualiser des pratiques. Il est aussi important de créer des projets dans les zones dites défavorisées selon Teresa CONSTANÇA LISBOA SAMPAIO DA NÓVOA, représentante de l’association portugaise Palombar. En effet, c’est en développant des projets dans ces zones que les jeunes pourront voir les différentes opportunités et à leur tour s’engager dans la création de nouveaux projets sur leur territoire.

 

Huit recommandations pour une meilleure inclusion des jeunes

La conférence plénière de l’après-midi a été ouverte par Floor VAN HOUDT, Responsable des politiques Jeunesse auprès de la DGEAC de la Commission européenne, Pavel TRANTINA, Président de la section emploi, affaires sociales et citoyenneté au Comité Economique Social Européen, Silvia COSTA Députée européenne et Luigi BOBBA Secrétaire d’Etat italien.

Floor VAN HOUDT a rappelé le cadre du programme Erasmus+ et des réformes politiques engagées. Les recommandations du projet IVO4ALL « ne pouvaient pas mieux tomber, il est important de capitaliser l’ensemble des recommandations dans le développement de nouveaux projets ». La députée Silvia COSTA s’est félicitée du travail accompli par le consortium du projet IVO4ALL. Il est important selon elle que l’ensemble des jeunes européens se sentent concernés par cette initiative à un moment de crise. Elle encourage les décideurs européens à soutenir les actions de volontariat en dotant le Corps de Solidarité Européen des fonds nécessaires et en transposant le modèle du volontariat international à l’ensemble des pays membres comme c’est déjà le cas en France avec l’Agence du Service civique ou en Italie avec le Service civil italien. Luigi BOBBA a quant à lui illustré l’importance du volontariat via des exemples concernant la nouvelle législation italienne en vigueur. La loi encadrant le service civique italien doit permettre à tous jeunes qui le souhaitent de s’engager, d’effectuer 3 mois de volontariat dans un pays étranger (IVO4ALL), et recevra par la structure une attestation d’acquisition des compétences dite soft skills.

Le cabinet Ernst & Young, évaluateur du projet a ensuite présenté les 8 recommandations de l’expérimentation.

  1. Définir : définir des objectifs d’inclusion clairs, à concevoir un parcours cohérent pour les volontaires (avant, pendant et après le volontariat) et supprimer les obstacles juridiques et politiques possibles.
  2. Mettre en œuvre : créer un environnement favorisant la coordination entre tous les acteurs concernés (nationaux et du pays d’accueil) ; sensibiliser les parties prenantes sur l’importance de mobiliser les JAMO (Jeunes A Moindre Opportunités) dans les programmes internationaux de volontariat, et accroître leurs connaissances ; soutenir les acteurs de la mise en œuvre des programmes de volontariat dans leurs efforts pour améliorer l’accessibilité des dispositifs : renforcement de capacités, soutien financier, etc.
  3. Evaluer : réaliser des évaluations ex-ante pour apprécier la situation initiale et déterminer les mesures qui doivent être mises en place ; mettre en place des processus clairs pour le suivi de la qualité des pratiques et de l’atteinte des objectifs d’inclusion ; évaluer les résultats et l’impact des pratiques
  4. Partenariats : développer et/ou renforcement les partenariats entre les principaux acteurs des pays d’origine et d’accueil en vue d’améliorer l’accessibilité et les pratiques d’inclusion.
  5. Recrutement : définir clairement des objectifs de recrutement en matière de diversité et mettre en œuvre des processus inclusifs de communication, recrutement et sélection.
  6. Missions : concevoir les missions en tenant compte des objectifs d’inclusion et d’accessibilité
  7. Soutien : accroître le soutien apporté aux volontaires JAMO par rapport aux volontaires « classiques », tout au long du processus.
  8. Qualité : assurer le suivi de la qualité des pratiques et de l’atteinte des objectifs d’inclusion

Pour Lénaïk Lepoul, Responsable du projet IVO4ALL, une approche intersectorielle est essentielle afin d’améliorer l’accès aux dispositifs. "Les effets positifs de la mise en œuvre de ces 8 recommandations seront de ce fait considérables."

La vidéo dédiée en 360 ° illustre concrètement ces 8 préconisations.

 

Jean-Benoît DUJOL, Délégué interministériel à la jeunesse en France a évoqué l’importance d’un portage politique à tous les niveaux. L’interministériel participe selon lui à renforcer les partenariats et la coordination des acteurs. Il rejoint aussi le Ministre italien sur l’importance de la reconnaissance des acquis de l’expérience.

Victoire DOGBE, Ministre chargée de la jeunesse au Togo a insisté sur le bien être des jeunes volontaires. La jeunesse d’un pays est selon elle l’un des principaux moteurs de la société. Les décideurs doivent veiller à offrir des opportunités, quel que soit le milieu du jeune. Selon la Ministre, le volontariat à l’international est une porte ouverte vers « un monde meilleur », il permet au jeune de se développer, de se former et ainsi de forger sa propre façon de penser.

Jean-Daniel BALME, confirme en effet un « consensus sur la pertinence à promouvoir des politiques publiques nationales et européennes ambitieuses de volontariat international, levier puissant et transversal de développement de nos sociétés » mais rappelle néanmoins la condition essentielle d’ « (…) une approche partenariale et intersectorielle en Europe et au-delà pour qu’elles soient véritablement inclusives et en démultiplier leurs impacts ». A l’image du projet IVO4ALL.

 

Pour l'inclusion sociale des jeunes

De gauche à droite :
Jean-Daniel Balme, Délégué général de France Volontaires
Jean-Benoît Dujol, Délégué interministériel à la jeunesse, en France
Victoire Dogbé, Ministre de la jeunesse, au Togo
Lénaïk Lepoul, Responsable du projet IVO4All

 

- Toutes les photos de la conférence ici -

Revivez la conférence avec le #ivo4all sur Twitter.

 Toutes les informations sur : www.ivo4all.eu