Jean, en France : "N’attendez pas de voir le monde changer, changez-le par votre participation à l’engagement citoyen à l’international"

Qui es-tu ?

Portrait Chinois : Si tu étais…

  • Un personnage célèbre : Justin Bieber
  • Un animal : Un pingouin
  • Un objet : Un carnet
  • Un plat : Des sushis
  • Une couleur : Rouge
  • Une chanson : Diamond
  • Un film : Le voyage de Chihiro
  • Un livre : Cher John
  • Un sport : La natation
  • Un métier : Propriétaire
  • Un mois de l’année : Décembre
  • Un proverbe : Sois original Soi toi-même

Pour quelle(s) raison(s) ce projet d’engagement en service civique ?

Franchement, avant de décider d’être engagé dans une structure ou une mission de volontariat, on ne voit pas seulement l’objectif de cette mission, mais aussi les aspects et les visions en dehors du cadre de la mission. Alors, personnellement la raison pour laquelle j’ai décidé de partir est de savoir ce qu’est le service civique, la vie en France et le plus important pour découvrir une autre partie de moi.

Que faisais-tu avant de partir en service civique ?

Avant de partir, j’étais salarié du gouvernement français au Cambodge. J’avais travaillé pour l’ambassade de France dans la section consulaire et avant j’ai été employé à l’Institut français du Cambodge en tant qu’assistant d’administration.

La mission

Quelles actions as-tu réalisé jusqu’à présent ?

La mission se déroulant au service Pôle International de la Mission Locale, mes activités ont été :
- La préparation d’événements tel que le café polyglotte.
- La préparation de réunions d’information collectives visant à présenter les dispositifs, les offres de mobilité et de volontariat.
- L’organisation d’événements tels que le concours de danse Hip-Hop avec l’association Black & White ; Le ciné-débat avec l’association Echoppe.
- La préparation des jeunes pour le stage Erasmus à travers des ateliers d’anglais.
- L’animation de la page Facebook de la Mission Locale.
- La gestion de la Newsletters du Pôle International.
- L’organisation d’activités, de jeux pour promouvoir les cultures cambodgienne et togolaise. 

Peux-tu citer les compétences acquises au cours de ta mission de volontariat ?

Nous apprenons sans cesse si nous vivons, ma mission m’apporte vraiment des compétences non-scolaires. Comme d’être autonome, créatif et bien organisé. En plus j’ai pu avoir des nouvelles de connaissances et beaucoup de souvenirs dont je me souviendrais tout au longue de ma vie.

Quelles ont été les difficultés rencontrées (techniques, humaines, intellectuelles etc.)

À part du climat au Nord, en France j’apprécie vraiment la structure qui m’accueille depuis mon pays jusqu’à maintenant. Une excellente équipe.

Quelles sont selon toi les trois qualités essentielles pour devenir volontaire ?

Je suppose qu’être motivé c’est important mais comme tout le monde va peut-être dire ça, alors mes trois qualités essentielles sont :
Ne te mets jamais dans une situation de « je ne peux rien changer ou je ne peux pas contribuer à la société ».
Ne te mets jamais dans un état d’infériorité « il faut que tu parles et t’exprimes sans avoir peur de la barrière de la langue, oses dire non si tu n’es pas d’accord ».
Sois original et positif « tu trouveras la meilleure version de toi ».

Si tu devais promouvoir l’engagement citoyen à l’international en une phrase…

N’attendez pas de voir le monde changer, changez-le par votre participation à l’engagement citoyen à l’international.

Culture

Quelles sont les plus grandes différences entre le Cambodge et la France ?

Théoriquement, le Cambodge est un pays en voie de développement où la France est un pays déjà développé.
La différence est très large en comparant les structures d’organisations du pays sans parler de la géographie tandis que l’un est situé en l’Asie du sud-est et l’autre est en Europe. Le niveau de vie, le système éducatif, le climat, les infrastructures, l’alimentation, la culture. Bref c’est un monde complétement différent pour moi.

Quel est ton souvenir le plus fort ?

Je suis allé à un échange de jeunes au parc d’Olhain pour une semaine avec des grecques, des allemands et des français. Notre chef de projet était italienne, alors pour une semaine dans les bois, c’est la meilleure expérience à l’étranger que j’ai eu l’occasion de vivre. En comparent avec les programmes de jeunes auxquelles j’ai pu participer en Asie.

Et après ?

Quels étaient tes projets post-volontariat avant de réaliser ta mission ? Ont-ils évolué suite à ton service civique ?

Pas forcément mais grâce au service civique, je veux poursuivre mes études en master en France. En rentrant je vais chercher une bourse pour revenir, le but est pour pouvoir faire un VSI après le master.

Selon toi, qu’apporte un service civique à l’international dans un parcours de vie (insertion professionnelle…) ?

Les stéréotypes ou les clichés sur les occidentaux : « qu’ils se sentent supérieurs ». Je ne croyais pas qu’un jour je pourrais avoir des amis français même si ça fait deux ans que je travaille avec des français. Le service civique m’a permis de changer cette vision, ma mentalité.

Un conseil à donner aux futurs volontaires ?

Je n’en ai pas beaucoup à dire. Mais vous aurez une expérience mémorable que vous gardez pour l’éternité.


Pour plus de renseignements, contactez Noémie Do Linh : noemie.dolinh@france-volontaires.org