Julie, au Pérou : "Find your humanity, find yourself, make your life have a sens"

Qui es-tu ?

Portrait Chinois : Si tu étais…

  • Un personnage célèbre : Dame Galadriel
  • Un animal : Un niffleur
  • Un objet : Un lavabo musqué
  • Un plat : Le rougail/saucisse
  • Une couleur : Le vert
  • Une chanson : I’m on my way, The Proclaimers
  • Un film : Le Hobbit, an unexpected journey
  • Un livre : Alice in Wonderland / Through the looking glass
  • Un sport : Le Krav Maga
  • Un métier : Herboriste
  • Un mois de l’année : Octobre
  • Un proverbe : "Le roseau plis mais ne cède qu’en cas de pépin"

Pour quelle(s) raison(s) ce projet d’engagement en service civique ?

Je songeais déjà au bénévolat ou à l’humanitaire pour me permettre de prendre du recul, ne plus penser qu’à moi et revenir avec plus d’humilité.

Que faisais-tu avant de partir en service civique ?

J’étais en réorientation professionnelle avec ma Mission Locale.

La mission

Quelles actions as-tu réalisé jusqu’à présent ?

J’ai pu réaliser des fiches de postes dans la partie restaurant, j’ai aussi apporté un peu plus d’organisation en transmettant mes connaissances en service. J’ai aussi appris à pâtisser avec deux employées péruviennes, ce qui nous a permis de faire des ventes ambulantes avec d’autres volontaires. Tous les bénéfices du restaurant et de la pâtisserie servent à payer les salaires et à construire des jardins dans un bidonville, projet auquel j’ai participé (chantier).

Peux-tu citer les compétences acquises au cours de ta mission de volontariat ?

Des compétences culinaires, en pâtisserie, la logistique et l’esprit pratique.

Quelles ont été les difficultés rencontrées (techniques, humaines, intellectuelles etc.) ?

Une des plus grosses difficultés a été le manque de sommeil à gérer dû au bruit constant et à l’inconfort. La deuxième a été de se rendre compte de ce qui se passe au Pérou et de le vivre directement.

Quelles sont selon toi les trois qualités essentielles pour devenir volontaire ?

Être altruiste, savoir abandonner tout confort et accepter d’être là où on a besoin de vous et pas là où vous voudriez être.

Si tu devais promouvoir l’engagement citoyen à l’international en une phrase…

Find your humanity, find yourself, make your life have a sens.

Culture

Quelles sont les plus grandes différences entre la France et ton pays d’accueil ?

Ce n’est pas comparable car c’est une autre réalité. Absolument tout est différent. Il n’y a pas de lois, pas de sécurité, la corruption est à peine cachée, la plupart des mendiants sont physiquement très malade… Mais si quelqu’un a un problème dans la rue un petit groupe de personnes se mobilisera pour l’aider même en cas d’agression, et malgré le fait que l’on m’ait dit le contraire lorsque j’étais perdue ou autre une personne m’a toujours aidé jusqu’au bout.

Quel est ton souvenir le plus fort ?

Le moment où les péruviennes avec qui je travaille m’ont accepté comme si j’étais l’une des leurs.

Et après ?

Quels étaient tes projets post-volontariat avant de réaliser ta mission ? Ont-ils évolué suite à ton service civique ?

Je n’avais et n’ai pas de projet précis mais je me sens capable d’entreprendre plus de choses.

Selon toi, qu’apporte un service civique à l’international dans un parcours de vie (insertion professionnelle…) ?

Dans mon cas, cela m’a permis d’accepter qu’on ne peut pas tout faire, mais qu’une contribution qu’elle soit grande ou petite est toujours importante.

Un conseil à donner aux futurs volontaires ?

Le service civique est un engagement personnel, ce ne sont pas des vacances payées, si vous ne savez pas faire la différence vous passerez à côté d’une expérience qui aurait certainement changé votre vieµ.


Pour plus de renseignements, contactez l’Espace Volontariats du Pérou : ev.perou@france-volontaires.org