L’édito de février 2019 : Place aux projets !

04/02/2019

La dynamique projets chez France Volontaires s’accélère en ce début d’année. J’évoquais le mois dernier le lancement du projet AVENIR - Action des Volontaires Européens et Nationaux Investis pour la Résilience, financé par l’initiative EU Aid Volunteers, et qui vise à améliorer la gestion des risques de catastrophe par les communautés locales en Afrique de l’Ouest grâce à l’action de volontaires internationaux et nationaux.

Place désormais au projet européen IC4LOP – Citoyens Internationaux pour des Perspectives Locales – qui fait ses premiers pas à Bruxelles. Ce projet, piloté par France Volontaires et trois partenaires européens (Comhlamh en Irlande, CESIE en Italie et Zavod Voluntariat en Slovénie), vise à faciliter les partenariats entre organisations de volontariat à l’international et organisations locales, engagées dans l’accueil des réfugiés et migrants récemment arrivés. L’ambition des partenaires est d’unir leurs forces et leurs réseaux pour faciliter l’accueil de réfugiés et de migrants récemment arrivés. Le partenariat multi-acteurs prévoit d’améliorer les dispositifs d’engagement des jeunes et de faire évoluer les politiques nationales et européennes concernées. Ainsi, 80 jeunes – volontaires internationaux de retour d’une mission à l’international et jeunes réfugiés et migrants récemment arrivés – auront l’opportunité d’être formés et de contribuer ensemble à la promotion d’une citoyenneté active pour combattre l’exclusion sociale.

Parallèlement, les projets déjà engagés continuent d’avancer. Toujours en lien avec l’initiative EU Aid Volunteers, s’est tenue en Tunisie fin janvier une réunion du consortium des associations parties prenantes du projet TERO - Territoires Engagés pour la Résilience des Oasis. Dix mois après le démarrage du projet, il s’agissait d’évaluer ensemble les activités déjà réalisées, capitaliser les bonnes pratiques de mobilisation des jeunes sur le changement climatique et planifier les activités pour les prochains mois. Pour rappel, l’objectif principal de TERO est de renforcer la résilience des communautés oasiennes de trois pays du Maghreb (Maroc, Mauritanie et Tunisie) face aux risques liés au changement climatique, à travers l’implication des jeunes volontaires locaux.

Ces projets s’appuient sur des volontaires pour mettre en œuvre des actions concrètes en réponse aux défis partagés de notre époque : urgence climatique, gestion des risques et catastrophes humanitaires, crise migratoire. Ils produiront des données et des connaissances qui serviront à nourrir notre réflexion autour des effets produits par le volontariat, notamment à travers le programme d’études de France Volontaires. Son premier comité d’orientation, qui s’est tenu début janvier, était destiné à programmer différents projets de production ou de valorisation de connaissances sur l’engagement citoyen à l’international, pour nourrir la prochaine Cartographie et les pratiques du secteur. À l’issue de cette réunion, trois premières pistes de projets ont été définies : la mesure de l’engagement volontaire dans le cadre de l’Agenda 2030 ; les parcours de volontaires internationaux accueillis en France ; l’engagement post-volontariat, notamment sur les territoires (avec une perspective d’articulation volontariat local/international). Ces pistes seront mises – très prochainement – au travail à travers des espaces dédiés que les membres de France Volontaires sont invités à investir. Pour que nous puissions, ensemble, répondre aux besoins du secteur et démontrer l’impact social du volontariat.

Jean-Daniel BALME
Délégué général de France Volontaires