Mamaré, au Togo : "Allez-y, ne lâchez rien. C’est du bonheur !"

Qui es-tu ?

Peux-tu te présenter en 4 mots ? 

 Je m’appelle Mamaré Diallo, j’ai 23 ans et j’habite à Saint Die des Vosges.

Pour quelle(s) raison(s) ce projet d’engagement en Service Civique ?

C’est une très belle opportunité de partir à l’étranger découvrir autre chose.

Quels objets as-tu apportés avec toi dans tes valises et pourquoi ?

Honnêtement je n’ai apporté aucun objet dans ma valise.

L’interculturalité

Quelles ont été tes premières impressions à ton arrivée ?

L’arrivée m’a fait bizarre, il faisait très chaud et je ne réalisais pas être au Togo.

Quelles sont les différences qui t’ont le plus marqué(e) entre la France et le Togo ?

La vie là-bas n’est pas du tout la même qu’en France. Il y certaines choses qui peuvent choquer : la misère en général, le manque d’argent et les conditions de travail.

La mission

Quelles sont les actions que tu as eu à réaliser ?

J’ai effectué sur ordinateur la saisie concernant le suivi des JDS (jeunes déscolarisés). Puis j’ai participé à la rencontre des JDS, chacun racontant son histoire et ce qu’il a vécu afin d’intégrer le projet JDS de l’année 2016.
Cela m’a touché d’entendre leur vécus tous différents les uns des autres.
J’ai aussi assisté à la cérémonie de remise des diplômes des JDS.
Enfin, j’ai rencontré l’association Marraine, un organisme qui aide les enfants orphelins ou abandonnés à sortir de la rue. 

Au cours de ta mission de volontariat, quelles sont les trois compétences que tu as acquises ?

La capacité à travailler avec des enfants en pleine autonomie, leur apprendre des choses puis la découverte culturelle. 

Quelles sont les difficultés que tu as rencontrées ?

  • La chaleur,
  • le décalage horaire,
  • le sommeil.

En tant qu’ambassadeur de l’engagement citoyen à l’international, quelles sont selon toi les trois qualités essentielles pour devenir volontaire ?

La motivation, le mental et la ponctualité.

Si tu devais promouvoir l’engagement citoyen à l’international en une phrase…

 Allez-y, ne lâchez rien. C’est du bonheur !

Et après ?

Comment s’est passé ton retour ?

Plutôt bien dans l’ensemble.

Depuis ton retour, quels sont les projets que tu as pu mener en France ? Que souhaites-tu faire par la suite ?

Par la suite je souhaite passer le BAFA mais aussi pouvoir travailler avec les personnes âgées car j’aime beaucoup aider les gens !

Penses-tu repartir pour un volontariat à l’international ? Si oui, dans quel cadre ?

Peut être un jour si tout va bien. Dans le cadre d’assistance aux personnes en difficultés.

Peux-tu en quelques lignes, écrire un bilan sur ce que cela a pu t’apporter et ce que tu en retiens… ?

Très franchement cela m’a beaucoup apporté. Mais j’en retiens qu’il ne faut jamais être sur de demain.

Si c’était à refaire, que changerais-tu ? 

 Je ne changerais rien mais je me préparerais mieux à l’avance.

Un conseil aux futurs volontaires ?

Foncez ! C’est une expérience unique à vivre au moins une fois dans la vie ; vous en prendrez pleins les yeux.

Pour plus de renseignements, contactez l’Espace Volontariats Togo : par mail ev.togo@france-volontaires.org