ODD 4 : parole de volontaire, avec Aymeric de la DCC

AYMERIC, VOLONTAIRE DE SOLIDARITÉ INTERNATIONALE

  • Gestionnaire administratif
  • Envoyé par la Délégation Catholique pour la Coopération – ladcc.org
  • Accueilli par l’Ecole Spéciale de Brazzaville - ecolespeciale.net
  • République du Congo

« Je suis volontaire, envoyé par la Délégation Catholique pour la Coopération, en République du Congo, depuis février 2017. J’effectue une mission de gestionnaire administratif de l’Ecole Spéciale de Brazzaville. 
Je suis responsable de la gestion de la coopérative de l’Ecole : chaque atelier est rattaché à la coopérative. Je gère aussi la boutique solidaire : une salle où sont exposés et vendus les produits fabriqués et créés par les élèves, les profits de ces ventes revenant à l’Ecole.

Une grande partie de ma mission s’attache aux partenariats, à la recherche de fonds et à la communication. Les « relations extérieures » c’est moi !

Je coordonne aussi tous les projets et les chantiers ponctuels de l’Ecole : l’instauration d’une salle informatique, le nouveau terrain de sport, l’installation d’une salle pédagogique pour les enseignants… Enfin, je donne des cours d’informatique pour les professeurs et ai aussi en charge l’enseignement de l’anglais pour une classe de l’Ecole.

« Quand nous formons les populations de demain, nous créons le futur. »

L’Ecole Spéciale : c’est l’éducation pour tous par définition !

L’Ecole scolarise tout ceux qui ne peuvent suivre une éducation au sein du système scolaire public. Nous prenons en charge des enfants handicapés physiques ou mentaux, des enfants malades, des enfants déscolarisés ou avec un grand retard scolaire ou encore ceux issus de milieux défavorisés. Avec 1 600 enfants et 92 professeurs, c’est une vraie cocotte-minute !

L’enseignement est divisé en quatre sections adaptées aux réalités & besoins de chacun :

  • 1. section adulte pour les remises à niveau,
  • 2. section pratique pour les élèves handicapés ou déficients mentaux,
  • 3. section jeune pour l’enseignement primaire des moins de 15 ans
  • 4. section technique concernant l’enseignement primaire doublé d’une initiation aux métiers tels que la menuiserie, la soudure, la vannerie, la couture, la cuisine, l’électricité…

Le mot d’ordre de l’Ecole : « 1 000 soucis, 2 000 sourires » !

Le volontariat comme appui à l’atteinte de l’ODD 4

En 42 ans d’existence, l’Ecole a sauvé plus de 20 000 congolais de l’illettrisme. Nous proposons aussi pour les plus âgés d’entre eux qui ne pourront pas reprendre un cursus scolaire des possibilités d’apprentissage de qualité, des formations professionnelles qui leur permettront d’être indépendants & autonomes.

Je suis volontaire pour que cette Ecole puisse continuer à exister en donnant une chance à chacun de ses enfants pour qu’il puisse au mieux s’insérer dans la société. L’Ecole Spéciale éduque et forme gratuitement tous les enfants et les jeunes exclus du système classique, quelque soit leur passif, leur retard ou leur handicap. Elle s’adresse aux plus démunis de la société congolaise, il n’existe aucune autre structure de ce type pour accueillir ces enfants à Brazzaville.

Le volontariat, créateur de citoyenneté mondiale

Cette expérience est une belle entrée dans la vie active. Après mes études, j’avais envie de m’engager dans un pays du sud, j’étais en décalage avec l’ambiance de l’Ecole de commerce. Etre volontaire à l’Ecole Spéciale, c’est avoir un impact réel et mesurable, donner un vrai sens à mon travail au quotidien tout en découvrant une autre culture. Quand nous formons les populations de demain, nous créons le futur. Toutes les filles et les garçons de l’Ecole Spéciale auront dans 10 ou 20 ans un rôle à jouer dans la société, positif ou négatif d’ailleurs. Ce rôle-là fera éponge vis-à-vis de leur quartiers, leurs familles et éventuellement à leurs enfants ! L’éducation c’est préparer le pays de demain.

Je n’ai jamais été formé à l’urgence ou à la santé et l’éducation est primordiale ! C’est un poste de terrain avec de lourdes responsabilités et ça me plaît ! J’ai d’ailleurs reconduit ma mission d’un an. C’est une mission très polyvalente où je me sens vraiment utile. Là est l’avantage de structure d’accueil telle que l’Ecole Spéciale, il est possible d’inventer, d’innover avec une grande liberté, toujours dans l’intérêt de l’Ecole. Mon champ d’action est large : gestion de projet, communication, organisation d’évènements, encadrement d’équipe. C’est une mission très professionnalisante. Ici il est possible de faire de belles choses, de rencontrer des personnes issues de différents horizons. Voilà ce qui me plait : être en perpétuel contact avec les gens.

J’ai le sentiment d’être un pont entre deux mondes qui ni ne se connaissent, ni ne se comprennent. Seul français de l’Ecole, je baigne dans plusieurs environnements et ai donc plus de facilité à entrer en contacts avec des institutionnels, l’Ambassade de France, le milieu expatrié… Parallèlement, je travaille et vis à l’Ecole au plus près des réalités de mon quartier, avec des populations parfois précaires. C’est difficile parfois mais passionnant d’évoluer dans ces deux mondes parfois imperméables. »

En savoir plus sur Aymeric

Aymeric, 27 ans & passionné de voyages. J’ai été diplômé de l’ESSCA Angers (Ecole de commerce) à 21 ans. J’ai effectué un séjour universitaire de 6 mois aux Etats-Unis ainsi que deux stages de 6 mois respectivement en Chine & en Inde. Ces expériences m’ont donné le goût du voyage : j’ai ensuite passé un an en Australie en WHV (Working Holiday Visa). A mon retour, je me suis rendu 6 mois au Togo avec Développement Sans Frontières comme bénévole au sein d’une association pour la micro-finance. Avec deux amis, nous avons ensuite initié le Projet 51 « un tour du monde au féminin » Nous avons sillonné pendant un an 19 pays à la rencontre d’associations oeuvrant pour le droit des femmes. Le but ? Sensibiliser sur les thématiques liées aux luttes pour l’émancipation des femmes autour du monde & mettre en réseau associations et programmes oeuvrant pour la condition féminine. Nous nous sommes rendus en Jordanie, Turquie, Liban, Iran, Népal, Malaisie, Egypte, Burundi, Rwanda, Sénégal, Maroc & bien d’autres.

En savoir plus sur la DCC

La Délégation Catholique pour la Coopération (DCC) est le service du volontariat international de l’Église en France. Elle envoie des volontaires sur des missions de 3 mois (ses « Missions Solidaires ») à 2 ans (le dispostif VSI – Volontariat de Solidarité Internationale). Les volontaires agissent dans tous les domaines de développement et dans tous les types de métiers. La DCC ne porte pas de projets elle-même : elle répond aux demandes de ses partenaires du Sud qui mettent en place des projets de développement. La DCC est une association de loi 1901 agréée par l’État pour l’envoi de volontaires de solidarité internationale et l’accueil de volontaires en service civique. Elle collabore avec les ministères chargés de l’Europe et des Affaires étrangères, de l’Éducation nationale et de l’Enseignement supérieur. C’est une association reconnue d’utilité publique et agréée association d’éducation populaire.

ladcc.org

En savoir plus sur l’Ecole Spéciale de Brazzaville 

L’Ecole a été créé par soeur Marguerite Tiberghein, Fille de la Charité, en 1975. L’Ecole principale est à Moungali mais il existe deux antennes à Talangaï & Mikalou, deux quartiers dits populaires en périphérie de Brazzaville. Elle est financée en majeure partie par l’Association française « Les amis de l’Ecole Spéciale » mais aussi par la Congrégation des Filles de la Charité. Nous avons aussi des partenaires financiers qui interviennent pour des projets ponctuels comme Badao l’association de Yann Artus Bertrand les Apprentis d’Auteuil ou encore Brazza Accueil, une association de femmes d’expatriés basés à Brazzaville.

ecolespeciale.net