Les 5 recommandations portées par France Volontaires

1. Développer la dimension internationale de l’engagement citoyen en assurant un triplement du pourcentage de volontaires déployés à l’international : passer de 5 à 15 % du volume

Le désir d’engagement volontaire à l’international de nos concitoyens ne cesse de progresser mais l’offre de missions pour y répondre reste largement insuffisante. Cet engagement pourrait se concrétiser à travers 2 mesures :

1. Inscrire dans la loi une véritable ambition sur la dimension internationale du service civique et de mobiliser les moyens financiers et humains pour que ce changement d’échelle ne se fasse pas au détriment de la qualité des missions.

2. Augmenter les moyens budgétaires affectés aux volontariats internationaux d’échange et de solidarité pour accompagner l’objectif de triplement. Cette ambition s’inscrit en adéquation avec les engagements internationaux de la France d’atteindre l’objectif de 0,7 % du RNB affecté à l’aide publique au développement.

2. Promouvoir la mixité sociale grâce à un volontariat véritablement accessible à tous

Cet objectif passe par le développement d’une communication de proximité, destinée aux jeunes traditionnellement plus éloignés des opportunités de volontariat, mais aussi par la réduction des obstacles financiers qu’ils rencontrent (revalorisation de l’indemnité, accès aux mêmes droits que les étudiants, prise en charge transport et hébergement, etc.).

3. Permettre une meilleure reconnaissance de la place du volontariat international dans la société française

Dans le cadre du déploiement des politiques publiques, il est essentiel d’inscrire la mobilité des jeunes dans un parcours citoyen et d’insertion professionnelle. Dans l’optique de mettre en avant les « sorties positives » du volontariat, sa valorisation passe par une meilleure prise en compte dans les cursus, les parcours de formation, les concours et une sensibilisation des employeurs.

4. Articuler les missions de volontariat avec les grandes causes nationales

Inscrire l’engagement des jeunes en cohérence avec la mise en oeuvre de grandes causes nationales (transition énergétique, préventions des risques, etc.) permettrait de donner encore plus de sens à l’expérience de volontariat et de mieux faire écho à l’engagement citoyen. Rendu davantage attractif, le volontariat pourrait également se déployer sur des missions qualitatives en phase avec des priorités sociétales, dans le cadre d’un pilotage multi-acteurs.

5. Assurer un rééquilibrage géopolitique de l’engagement citoyen, en cohérence avec les engagements de la France dans le cadre des objectifs de développement durable.

Dans un monde en pleine mutation, où le vivre ensemble est un défi pour toutes les sociétés, le principe de la réciprocité dans les engagements citoyens est nécessaire pour mettre en pratique l’agir ensemble et nourrir des relations plus équilibrées entre pays, propices à la paix.Favoriser l’engagement des jeunes français à l’international suppose de développer l’accueil sur nos territoire de jeunes de pays partenaires et de soutenir les échanges entre pays partenaires, dans un souci de réciprocité et pour des partenariats plus ancrés. Une manière de mieux s’adapter aux réalités et aux besoins exprimés par les partenaires internationaux.

Téléchargez le papier de positionnement et les cinq recommandations de France Volontaires

Pour plus de renseignements, contactez Coline Peyre : coline.peyre@france-volontaires.org