Un volontaire marocain en France

© Espaces Volontariats Maroc

Naoufal, volontaire marocain en Hauts de France, pour son SVE !

03/01/2017

Naoufal est marocain. Il habite à Salé, la ville qui se trouve de l’autre côté du fleuve Boureghreg, juste à côté de Rabat. Il est parti pendant un an à Amiens, en France, dans la région Hauts de France, en tant que SVE (Service Volontaire Européen) entre octobre 2015 et octobre 2016. Il a effectué sa mission au sein des Céméa Picardie, association d’éducation populaire et organisme de formation professionnelle.

Nafoual est parti car il travaillait pour les Petits Débrouillards Maroc, association de promotion de la culture scientifique, technique et environnementale. D’abord bénévole, puis membre du bureau, Nafoual a ensuite été salarié pour l’Association marocaine. Il était en charge entre autre de l’animation des ateliers scientifiques et du suivi des volontaires en mission au Maroc.

C’est d’ailleurs le côté animation qui le motive. Et c’est ce qu’il a aimé dans sa mission qui a consisté à former des animateurs, participer à des colonies de vacances, suivre une formation BAFA et créer des mallettes pédagogiques pour le projet "Picardie Science", lancé récemment par les Céméa Picardie.

Les relations interculturelles et la richesse d’une mission volontaire

Très actif, Nafoual a fait partie de plusieurs associations durant son séjour en France, notamment l’association des Etudiants Etrangers. Il a relancé l’association Ultimate Freesbee dont il a créé la branche au Maroc. Très motivé par les rencontres interculturelles, ce sont elles qui ont enrichi sa mission.

Malgré les premiers mois quelque peu difficile (même s’il n’a pas eu à faire face à la barrière de la langue, Nafoual a été surpris par les différences relationnelles entre les Français et les Marocains, la météo ou encore les heures de fermeture des magasins), il a réussi à s’épanouir notamment au travers des formations qu’il a pu prodiguer.

Son volontariat est la preuve qu’on apporte autant qu’on retire d’une mission. Il a pu mettre ses compétences dans le domaine scientifique au service du projet des Céméa en même temps qu’il a appris en termes de formation d’un jeune public. Sa mission lui a également permis d’être plus à l’aise face à un public.

Depuis son retour, il a repris son bénévolat auprès de l’association des Petits Débrouillards, notamment sur l’accueil des volontaires étrangers, son expérience faisant de lui une personne ressource très qualifiée, et espère pouvoir continuer dans l’animation et la formation des jeunes, au Maroc ou ailleurs, son volontariat lui ayant donné l’envie de continuer à voyager. 

Article de l’ Espace Volontariats du Maroc

Voir l’article original