L’accompagnement du volontaire

© Espace Volontariats Liban

Que le volontariat dure 2 semaines ou 2 ans, le volontaire est amené à s’adapter à une autre culture, s’intégrer à un nouvel environnement tout en effectuant une mission précise. Il est donc important qu’il soit accompagné tout au long de son expérience. Afin de remplir au mieux cette tâche qui leur est dévolue, les structures mettent en place divers outils. Cet accompagnement du volontaire tout au long de son expérience est indissociable de la préparation au départ et de la préparation au retour.

Finalités et objectifs de l’accompagnement des VIES

  • Garantir le bon déroulement de la mission ;
  • Garantir le bien-être « institutionnel » du volontaire ;
  • Garantir le bien-être physique du volontaire ;
  • Garantir le bien-être moral du volontaire ;
  • ​Garantir le bien-être psychologique du volontaire.

Source : Données collectées par Dewynter Conseil (2010) dans son « Recueil des pratiques d’accompagnement des organismes de VIES ».

Selon les dispositifs

Les modalités d’accompagnement durant la mission diffèrent selon le type de volontariat, les structures d’envoi, d’accueil, les partenaires, etc. Renseignez-vous auprès de votre structure référente pour plus d’informations.

Le chantier de solidarité internationale

Le Volontariat de Solidarité Internationale

Dans le cas de France Volontaires - en tant que structure d’envoi de volontaires - l’accompagnement varie selon les contextes. Cependant il est individualisé, se déroule en présentiel ou à distance selon la localisation des missions, et se réalise tout au long de la période de volontariat. En plus de cet accompagnement personnalisé, des temps collectifs peuvent être organisés autour de regroupements géographiques ou thématiques.

Objectifs :

  • La sécurisation : Permettre le bien-être du volontaire tant pour sa sécurité physique, psychologique, qu’économique, financière et sanitaire ;
  • La performance et l’efficacité : Permettre au volontaire d’apporter une plus-value au partenaire ;
  • L’apprentissage : Permettre au volontaire de développer des capacités d’analyse, de prendre du recul et de porter un regard critique sur ses propres pratiques de solidarité, et de valoriser les acquis de son expérience.

L’engagement de Service Civique à l’international

Le volontaire est accompagné tout au long de son expérience par un tuteur précis qui met en place :

  • Un accompagnement de son parcours d’engagement volontaire ;
  • L’entretien de sa motivation ;
  • Le suivi de l’évolution du projet et le réajustement des contours de la mission en fonction ;
  • Des temps d’échange afin de faire le point sur l’avancement du projet et le sentiment du volontaire ;
  • Le soutien sur la méthodologie de projet et la création d’outils d’organisation ;
  • L’identification régulière des acquis et besoins en formation ;
  • La recherche de la découverte, du questionnement et de l’apprentissage du volontaire ;
  • Une médiation dans des cas problématiques, afin de réguler d’éventuels conflits, en tant que médiateur privilégié.

Pour l’aider, sont mis à disposition des structures, « Le guide des journées de préparation au Service Civique à l’International » et le guide du du tutorat.

Le JSI-VVV/SI

Dans le cadre des dispositifs JSI-VVV/SI, le groupe constitué doit être parrainé par une association. Lors des demandes de subventions, il est demandé d’indiquer son rôle dans l’élaboration du projet, dans sa réalisation et dans son suivi. Le parrain est le garant du bon déroulement de l’expérience de volontariat. Les formes de l’accompagnement diffèrent d’un parrain à un autre. Renseignez vous auprès de lui !

Téléchargez les documents relatifs aux dispositifs JSI et VVV/SI

Le Service Volontaire Européen

L’organisation d’accueil :
Elle fournit un soutien linguistique gratuit au volontaire. Celui-ci peut être formel ou informel. Le format, la durée et la fréquence dépendent des besoins du volontaire, de ses tâches sur le projet et des ressources disponibles de son organisation. Elle désigne le tuteur du volontaire.

Le tuteur :
Pour son accompagnement personnel, le volontaire a un tuteur avec qui il a régulièrement des rencontres. Le tuteur ne doit pas être le responsable du volontaire ou une personne directement impliquée dans les activités quotidiennes du volontaire. Il doit l’aider d’un point de vue administratif, et à s’intégrer au sein de l’organisation et de la communauté locale.

Le volontaire :
Le volontaire participe à un séminaire à l’arrivée et à un second à mi-parcours si le volontariat dure plus de 6 mois. Il doit accepter le tuteur comme la personne responsable de son bien-être et doit assister aux réunions régulières organisées par ce dernier.

Le volontaire tient alors un carnet de route spécifique tout au long de son parcours, avant, pendant, après. Il doit par ailleurs tenir sa structure d’accueil informée de ses déplacements pendant sa période de volontariat. Il s’engage à communiquer régulièrement avec son organisation d’envoi sur son expérience et doit préparer l’évaluation du retour.

Plus d’informations : Jeunesse en action