Covid-19 : le volontariat, une réponse durable à la crise sanitaire

Chaque année, le 5 décembre, la Journée internationale des volontaires met en lumière l’engagement des volontaires et leur contribution aux objectifs de développement durable. En 2020, l’accent porte sur leur mobilisation en réponse à la crise sanitaire. 64% des volontaires internationaux interrogés par France Volontaires estiment que le volontariat permet de répondre à cette crise sans précédent. Comment se sont-ils adaptés à ce contexte particulier et comment se sont-ils engagés ?

30/11/2020

La Journée internationale des volontaires

La Journée internationale des volontaires (JIV) célèbre chaque année le volontariat et reconnaît la contribution des volontaires à la réalisation des Objectifs de développement durable (ODD) aux échelles locales, nationales et internationales.

Le thème de cette année « Together we can through volunteering » célèbre l’engagement des volontaires et leur impact pendant cette période trouble de crise sanitaire. Retrouvez ici la liste des événements organisés par France Volontaires en lien avec la JIV.

Le volontariat permet à toutes les personnes de jouer un rôle concret et positif dans la société. En cela, le volontariat renforce la solidarité, l’inclusion et la cohésion, et promeut les valeurs de coopération et de réciprocité.

Volontaires et crise sanitaire : les chiffres clés d’une étude de France Volontaires

Afin de mieux comprendre l’impact de la crise sanitaire sur les missions des volontaires, France Volontaires a lancé une large consultation auprès des volontaires et des structures l’été dernier. Sans surprise, 80 % des volontaires estiment que la crise a eu des conséquences sur les objectifs de leur mission et leur réalisation (36 % « oui beaucoup, » 43 % « oui, un peu »). 34% des missions ont pu être maintenues en présentiel, 55% en s’adaptant à distance. Seules 10% des missions ont dû s’arrêter/prendre fin. A noter, la moitié des missions ont été réaménagées ou réorientées pour répondre explicitement à la crise sanitaire.

Des volontaires en première ligne

Dans cette enquête, 65 % des volontaires ont indiqué être particulièrement préoccupés par l’impact de la crise sur les communautés dans leur pays de mission.

Dans le cadre de leur mission et parfois aussi sur leur temps personnel, nombreux sont ceux qui se sont impliqués dans la réponse à la crise sanitaire : distribution de vivres et de kits d’hygiène, actions de sensibilisation, coordination de projet… Parmi les multiples initiatives, citons :

  • En Tunisie, dix volontaires en service civique (Club Culturel Ali Belhouane envoyés par Cieux de Mahdia et du Commissariat régional de la jeunesse de Mahdia envoyés par le département de Loire-Atlantique) se sont mobilisés pour la campagne régionale de collecte des dons à Tunis et à Mahdia, inscrite dans le cadre de la lutte contre la propagation du Covid-19, mais aussi en s’impliquant en matière de sensibilisation du grand public sur les mesures sanitaires, d’hygiène et de distanciation sociale.
  • Au Cambodge, c’est en khmer, la langue de leur pays d’accueil, que les volontaires ont choisi de s’exprimer dans leur spot vidéo de sensibilisation aux gestes barrières. Voir la vidéo
  • Au Pérou, à l’initiative de France Volontaires, les volontaires français et péruviens ont également participé à une campagne de sensibilisation sur les réseaux sociaux intitulée « Je reste à la maison ». Voir la page Facebook
  • Au Vietnam, deux volontaires de solidarité internationale de l’Ecole des psychologues praticiens, psychologues de formation, animent une cellule de soutien psychologique à distance auprès des autres volontaires basés en Asie. Lire l’actualité dédiée
  • Au Brésil, grâce à la cagnotte lancée par Fidesco, des denrées alimentaires et des kits d’hygiène ont été distribués à 130 jeunes mamans soutenues par le projet « Sonho de Mae » (« Rêve de maman ») et leurs familles. Aux côtés de deux autres volontaires Fidesco, Mathilde en tant que coordinatrice de projets, accompagne ces jeunes filles (âgées de moins de 22 ans), leur accorde une écoute bienveillante, coordonne les formations qui leur sont dispensées et assure la logistique de l’association. En raison de la pandémie, l’association a adapté ses missions afin de répondre aux besoins de ces jeunes mères en grande précarité.

Guillaume, VSI au Congo, auprès de l’Ordre de Malte :

Et aussi les témoignages vidéo de :

Raphaël, volontaire de solidarité internationale, directeur du Samu social de Pointe-Noire au Congo

Sabine, volontaire de solidarité internationale au Liban, a monté une action en faveur d’un groupe de femmes originaires du Sierra Leone et victimes d’abus.

Alice, VSI auprès de la Croix-Rouge française aux Comores

Séverine et Diana, volontaires en service civique au Vanuatu puis auprès de la Croix-Rouge française en Nouvelle-Calédonie

Par ailleurs, les volontaires ont pu être au plus près de solidarités nouvelles ou amplifiées par la crise. 59% d’entre eux disent avoir été témoins de formes de solidarités nouvelles ou existantes mais révélées pendant la crise ou marquées par un changement d’échelle : 57% à l’initiative ou organisées par les citoyen-ne.s eux-mêmes,  53% par des associations locales ou au sein des communautés. Plus d’un tiers des volontaires ont pu y prendre part.

Une coopération entre les acteurs renforcée

Face à la crise sanitaire, les organisations ont réuni leurs forces et ont souvent apporté des réponses concertées. Un chiffre en témoigne : 75 % des organisations interrogées affirment avoir travaillé avec d’autres acteurs pour construire des réponses adaptées face à la crise (38 % ont répondu « oui, tout à fait » et 37 % « oui, plutôt »). 79 % d’entre elles estiment que cette collaboration s’est traduite par la mise en commun d’informations sur les situations locales et 45 % ont aussi répondu que cette collaboration a donné lieu à la mise en œuvre de projets communs. En voici quelques exemples :

  • Au Congo, France Volontaires s’est associée au Programme des Volontaires des Nations Unies et au Réseau des Acteurs du Volontariat et de la Solidarité Internationale (RAVSI) pour lancer un projet s’inscrivant dans le plan national de riposte contre la Covid. Le projet « Mask4all » allie formation, distribution de masques et sensibilisation. Dix couturières ont été formées et pas moins de 2 500 masques ont été fabriqués puis offerts à 1 200 habitants de Brazzaville.
  • Au Cameroun, le projet « All against Covid-19 » a notamment réuni France Volontaires, l’Ambassade de France au Cameroun, les volontaires des Nations Unies et le Réseau des acteurs du volontariat et de la solidarité internationale (RAVSI Cameroun), autour d’actions de formation, de sensibilisation et de distribution de kits d’hygiène dans les 4 régions d’implantation du RAVSI. Avec d’ores et déjà des résultats : les 80 associations du RAVSI ont été formées aux mesures de prévention de la Covid et sont désormais capables de contribuer à la veille permanente contre la COVID, 5 000 personnes ont été sensibilisées aux gestes barrières, 5 000 personnes vulnérables ont reçu des masques réutilisables, 100 familles ont bénéficié de sceaux à eau avec robinet.
  • Au Burkina Faso, France Volontaires a financé la mission d’un volontaire national au profit du Programme national de volontariat du Burkina Faso. La mission de ce volontaire ? Participer à la communication sur la lutte contre la Covid-19 et en particulier sur l’action des volontaires.
  • En Guinée aussi, France Volontaires a participé aux activités de la plateforme Stop Covid-19. Cette plateforme, constituée de 42 structures (ONG, associations et groupements), a pour but de sensibiliser les populations de Conakry. France Volontaires a ainsi financé la mission d’un volontaire national pour la coordination de la plateforme et a également mobilisé deux volontaires européens du projet AVENIR sur les volets formation et organisation afin de renforcer les capacités des structures de la plateforme.
  • Au Togo, les acteurs du projet AVENIR ont également réaménagé leurs activités vers la riposte à la crise sanitaire : distribution de kits sanitaires et de vivres, actions de sensibilisation et de formation… 2 500 ménages ont bénéficié des distributions de kits sanitaires et/ou alimentaires, 300 personnes ont participé aux activités de formation, et plus de 3 000 personnes ont été sensibilisées aux gestes barrières. En savoir plus
    Le projet AVENIR – Action des volontaires européens et nationaux investis pour la résilience est un projet financé par l’Union européenne et piloté par France Volontaires.
  • Au Tchad, plusieurs actions ont été menées avec le réseau des anciens volontaires nationaux. Parmi elles, une distribution de gel hydroalcoolique et de masques pour les candidats au baccalauréat du plus grand lycée de N’Djaména. Afin de pallier l’absence de moyens permettant aux jeunes de passer les épreuves dans le respect des gestes barrières, France Volontaires Tchad et le Programme de Volontariat des Nations-Unies ont collaboré pour apporter 2000 masques et du gel hydroalcoolique aux personnes (étudiants, surveillants, policiers) entrant dans l’enceinte du bâtiment. Des volontaires du PVNU et du RAVN ont participé à cette distribution.

Le volontariat, une réponse durable à la crise sanitaire et ses conséquences

64 % des volontaires estiment que le volontariat est un dispositif adapté à la riposte, en particulier si les acteurs sont bien préparés, si les volontaires ont des compétences en gestion de crise et à condition distinguer les domaines de l’humanitaire et du volontariat tout en les rendant complémentaires.

A plus long terme, ils estiment que les champs d’action prioritaires à investir en termes de renforcement des capacités de résilience face à cette crise sont : le système de santé et l’accès aux soins (77 %), la sécurité alimentaire (53 %), la sensibilisation (33%) mais aussi le développement de l’agriculture locale et l’organisation communautaire.

Même retour du côté des organisations : près de 80 % (78% pensent en planifier, 19 % « ne savent pas ») d’entre elles pensent planifier de nouvelles missions et 48% d’entre elles souhaitent les construire en lien avec la crise sanitaire. France Volontaires présentera début 2021 un rapport d’analyse complet de sa démarche de consultation du secteur du volontariat sur les impacts de la crise et les leçons à tirer des adaptations et évolutions constatées en terme de développement des partenariats, de solutions technologiques à mobiliser, d’articulation entre différents types d’engagements, de nouvelles formes de solidarité. La plateforme pourra ainsi, en lien avec ses membres et ses partenaires, adapter ses réponses aux prochaines situations de crise et irriguer ses actions de développement de l’engagement citoyen à l’international.

Pour l’heure, la reprise progressive des envois de volontaires permet de redonner du souffle aux acteurs de l’engagement et des perspectives à ceux et celles qui souhaitent s’engager dans des missions solidaires et responsables.

En savoir plus :

Des témoignages de volontaires sur l’adaptation à la crise :

Trois volontaires en service civique envoyés par la Guilde : Meïlie au Cambdoge, Wendy en Equateur et Louise aux Philippines qui ont poursuivi leurs activités malgré le confinement

Regarder le témoignage vidéo de Louise, volontaire en service civique envoyée par La Guilde, à l’Alliance française de Buenos Aires en Argentine

Corentin, volontaire de solidarité internationale à Brazzaville, envoyé par la DCC auprès d’un centre accueillant des enfants de la rue

Lire aussi « Crise sanitaire : France Volontaires et son réseau international pleinement mobilisés »

Contact :

service.communication@france-volontaires.org

Lucie MORILLON, directrice du pôle Etudes, communication et plaidoyer : lucie.morillon@france-volontaires.org – 06 75 86 99 70