Forum politique de haut niveau 2021 : le rôle du volontariat reconnu dans la reprise post Covid-19

Chaque année, le Forum politique de haut niveau réunit les États membres des Nations unies afin de réaliser un suivi de l’Agenda 2030 et de ses 17 Objectifs de développement durable (ODD), pour l'édition 2021, la Volunteer Groups Alliance, dont France Volontaires est membre, a une nouvelle fois mené plusieurs actions afin de porter au plus haut niveau la voix du volontariat.

29/07/2021

Chaque année, le Forum politique de haut niveau réunit les États membres des Nations unies afin de réaliser un suivi de l’Agenda 2030 et de ses 17 Objectifs de développement durable (ODD). Pour 2021, cette rencontre s’est tenue dans un format hybride du 6 au 15 juillet sous le thème « Une reprise durable et résiliente après la pandémie de la Covid-19 qui promeut les dimensions économiques, sociales et environnementales du développement durable : construire une voie inclusive et efficace pour la réalisation de l’Agenda 2030 dans le contexte de la décennie d’action et de réalisation pour le développement durable ».
La Volunteer Groups Alliance, coalition de plus de 70 organisations et réseaux contribuant au développement durable par le volontariat sous toutes ses formes à travers le monde, et dont France Volontaires est membre, a une nouvelle fois mené plusieurs actions afin de porter au plus haut niveau la voix du volontariat.

Un évènement parallèle sur le rôle des volontaires dans la reconstruction pour la réalisation de l’Agenda 2030

Le 6 juillet dernier, la Volunteer Groups Alliance (VGA) a organisé en marge du Forum politique de haut niveau (FPHN) un événement parallèle en ligne parrainé par la France et intitulé « Volontariat et Covid-19 : Comment les volontaires aident à mieux reconstruire pendant la pandémie pour la réalisation de l’Agenda 2030 », qui a rassemblé près de 600 participants.

Des intervenants, issus de gouvernements, d’organisations internationales et de la société civile venant de la Guinée, du Chili, des États-Unis, de la France, du Pérou, de la Jordanie et du Kenya, ont présenté la contribution du volontariat en réponse à la crise de la Covid-19 et dans la réalisation de l’Agenda 2030, ainsi que le soutien essentiel des gouvernements au secteur depuis le début de la pandémie.

Invitée par France Volontaires, Assiatou Baldé, ministre de la Jeunesse et de l’Emploi des jeunes de la République de Guinée, a rappelé le rôle essentiel du volontariat et de l’engagement citoyen dans la crise sanitaire actuelle et dans l’atteinte des ODD. En effet, elle a salué l’importance de l’intervention des bénévoles de la Croix-Rouge, des associations de jeunesse, ainsi que des volontaires de France Volontaires et de l’Agence Nationale du Volontariat Jeunesse (ANVJ) à travers le projet AVENIR, leur engagement ayant permis de mieux gérer la crise. La ministre a également appelé à ce que les organisations de volontariat soient associées au travail des agences statistiques nationales pour rendre compte de leur contribution, à défaut d’indicateur dédié à l’engagement citoyen dans l’Agenda 2030.

Yann Delaunay, délégué général de France Volontaires, a transmis le soutien du ministère français de l’Europe et des Affaires étrangères pour cet événement parrainé par la France, le volontariat international étant l’une des composantes essentielles de la collaboration du ministère avec les organisations de la société civile dans le cadre de sa politique de coopération et de solidarité internationale. Par ailleurs, il est revenu sur les conclusions de l’étude menée par France Volontaires et ses membres sur la contribution du volontariat international d’échange et de solidarité à l’Agenda 2030, dont le rapport a été publié en mai dernier. Cette étude a permis d’observer cette contribution et d’en développer une méthode d’analyse, en s’intéressant plus particulièrement à l’ODD 4 « Éducation pour tous », avec un focus sur Madagascar.

En tant que coordinatrice exécutive adjointe du programme des Volontaires des Nations Unies (PVNU), Kyoko Yokosuka a présenté les principaux résultats d’une étude sur le volontariat pendant la crise de la Covid-19 dans le cadre de leurs recherches pour le prochain rapport sur l’état du volontariat dans le monde. Intitulée « From care to where ? Comprendre le volontariat dans les pays du Sud : Une étude multi-pays sur le volontariat avant, pendant et après la Covid-19 », cette étude présente des modèles d’action et d’expériences volontaires dans huit pays (Bolivie, Inde, Kenya, Liban, Sénégal, Thaïlande, Turquie et Ouzbékistan), ainsi que des plans de participation volontaire pour l’année à venir.

Des témoignages de volontaires de Jordanie, du Kenya, du Pérou, ainsi que du projet AVENIR de France Volontaires en Guinée, ont illustré le rôle clé qu’ils et elles ont joué pour renforcer la collaboration entre les citoyens et l’État, sur la base de leur expérience pendant la pandémie de la Covid-19.

Retrouvez le replay de cet événement parallèle

Le volontariat reconnu par les États membres dans les Revues nationales volontaires

Afin d’assurer un suivi de l’état d’avancement de l’atteinte des ODD dans les pays, d’identifier les leçons apprises et les défis à relever, tous les ans à l’occasion du FPHN, un certain nombre d’États vient présenter chacun leur Revue nationale volontaire (RNV). France Volontaires, à travers ses Espaces Volontariats, accompagne plusieurs pays dans l’élaboration de leur RNV afin de garantir la reconnaissance du volontariat aux enjeux de développement durable.

Cette année, sur les 42 pays qui ont présenté leur revue, au moins 25 d’entre eux ont mentionné le volontariat comme contribuant positivement à l’Agenda 2030, soit près de 60%.

Dans sa revue, Madagascar reconnait la participation des jeunes et des volontaires au développement, notamment en ce qui concerne la dimension « ne laisser personne de côté ». De plus, l’action de France Volontaires est saluée dans le domaine de la santé, notamment sur des projets en lien avec la lutte contre la Covid-19, la lutte contre la faim, ainsi que la santé sexuelle et reproductive. La RNV mentionne également la contribution du volontariat à l’ODD 1 « Eradication de la pauvreté », en particulier dans le domaine de la Gestion des Risques et des Catastrophes, l’ODD 11 « Villes et communautés durables » et l’ODD 15 « Vie terrestre », notamment en lien avec la gestion des forêts. Enfin, Madagascar reconnait que le cadre législatif relatif au volontariat dans le pays facilite la mise en œuvre des ODD par les volontaires.

Dans la revue de la Tunisie, le volontariat est décrit comme ayant « un pouvoir intégrateur autour de l’ODD 17 et accélérateur de l’ensemble des ODD, [notamment de] l’ODD 3 et l’ODD 10 ». L’engagement du volontariat tunisien et son rôle dans la lutte contre la Covid-19 est reconnu, de même que la contribution des volontaires de France Volontaires en lien avec l’initiative « Aide ton frère » pour collecter des aides sociales durant la crise. Par ailleurs, le gouvernement reconnait que l’absence d’indicateurs mesurables et de suivis des actions de volontariat rend difficile la mesure de leur contribution et leur impact, ainsi que l’absence d’un cadre légal spécifique au volontariat, permettant d’accéder à un statut protégé et reconnu. Enfin, le rapport de la Tunisie souligne la reconnaissance des jeunes comme « leaders du changement et locomotives du développement durable, de la paix et de la sécurité ».

Comme bonne pratique à retenir, le Laos fait état de l’organisation d’une consultation des jeunes et des volontaires pour l’élaboration de sa RNV. Leur contribution à tous les ODD est mentionnée et illustrée par des exemples. Des recommandations sont également formulées pour soutenir le volontariat et encourager les jeunes à s’engager comme volontaires.

Enfin, le Niger mentionne dans sa revue la contribution des volontaires à l’ODD 3 sur la santé, avec 60,21% des accouchements qui sont réalisés par des volontaires des relais communautaires, ce qui a permis une amélioration des indicateurs. Il est également affirmé que « la mise en œuvre de la loi sur le volontariat au Niger, adoptée en mars 2014, contribuera à renforcer les interventions en cours ».

Retrouvez l’intégralité des Revues Nationales Volontaires 2021

Le positionnement porté par la Volunteer Groups Alliance

Cette année encore, la VGA a conçu et porté une note de positionnement à l’occasion du FPHN afin de faire entendre au plus haut niveau la voix du volontariat au sein de la communauté internationale. Ce texte montre par des illustrations concrètes que les volontaires construisent une voie inclusive et efficace pour la réalisation de l’Agenda 2030 dans le cadre de la Décennie d’action et de mise en œuvre pour le développement durable.

La coalition appelle notamment à ce que le cadre de responsabilité, de transparence et d’examen des ODD implique une consultation des communautés à tous les niveaux, y compris la représentation des voix les plus marginalisées, ainsi que des volontaires qui travaillent le plus étroitement avec elles. Ainsi, l’étude de France Volontaires sur la contribution du volontariat international d’échange et de solidarité à l’Agenda 2030, y est mentionnée, démontrant que les volontaires apportent une valeur ajoutée significative à l’atteinte des ODD en étant proches des communautés et capables d’interagir dans des moments formels et informels, tout en étant l’interface entre différentes échelles d’action et différents acteurs. L’étude souligne également le fait que cette contribution ne peut être efficace que s’il existe un environnement favorable au volontariat dans les pays.

Plusieurs projets de France Volontaires et ses membres sont également mis en lumière. Contribuant à l’ODD 1 « Élimination de la pauvreté », le projet d’ATD Quart Monde à Madagascar consiste à soutenir des familles issues de quartiers précaires de la capitale dans un but de « ne laisser personne de côté », afin de les accompagner sur le chemin de l’émancipation et d’observer des changements significatifs et durables dans la qualité de leur vie. Quant au projet AVENIR ou « Action des Volontaires Européens et Nationaux investis pour la Résilience » mené par France Volontaires et ses partenaires, soutenu par l’initiative EU Aid Volunteers, il a permis le déploiement de 28 volontaires européens et de 9 volontaires nationaux en Guinée, au Sénégal et au Togo, contribuant directement à l’ODD 3 « Bonne santé et bien-être ».

Retrouvez la note de positionnement de la VGA pour le FPHN 2021

La participation des jeunes et des volontaires à l’Agenda 2030 soulignée dans la Déclaration ministérielle

Clôturant la rencontre, les Etats membres ont adopté par acclamation la Déclaration ministérielle du Forum politique de haut niveau 2021, à l’issue d’un processus de négociation de quatre mois sur les engagements à prendre pour la réalisation de l’Agenda 2030.

Ce texte réaffirme l’Agenda 2030 en tant que plan d’action et schéma directeur mondial pour répondre à la pandémie de la Covid-19, afin de mieux reconstruire et prévenir les pandémies futures. Les gouvernements se félicitent de la contribution apportée par les institutions économiques et financières internationales mondiales à la réponse multilatérale à la crise économique actuelle, mais s’engagent à ce que les pays en développement soient davantage représentés et entendus.

Plus spécifiquement, et grâce notamment aux actions menées par la VGA et ses membres, les gouvernements se sont engagés dans le paragraphe 20 à « promouvoir la participation active du public et les partenariats innovants en suivant une approche faisant intervenir tous les services de l’État, en ayant recours à la mobilisation et à l’action régionales et locales, et en invitant les populations, la société civile, les bénévoles, les milieux universitaires et le secteur privé à participer de façon pleine et effective. ».

Enfin, le Déclaration ministérielle souligne l’importance de la participation des jeunes à la mise en œuvre, au suivi et à l’examen de l’Agenda 2030.

Retrouvez l’intégralité de la Déclaration Ministérielle du FPHN 2021