Rassemblement à Marseille des volontaires engagés pour la Saison Africa2020

Engagés depuis janvier sur l’ensemble du territoire français pour la Saison Africa2020, les onze volontaires en service civique se sont réunis à Marseille le temps d’une semaine en mai. L’occasion de riches échanges et apprentissages, à la faveur de formations professionnelles et personnelles, de rencontres avec des opérateurs culturels et de partages d’expériences !

18/06/2021

Des rencontres professionnelles dans le domaine culturel

Cette semaine à Marseille a été ponctuée de visites d’institutions et de rencontres avec des opérateurs culturels et des artistes.

Un premier rendez-vous s’est tenu à Montévidéo, un espace artistique pluridisciplinaire qui accueille les Ateliers Sahm du Congo Brazzaville, dans le cadre de la Saison Africa2020. Après une présentation de Montévidéo par les membres de l’équipe, les volontaires ont eu une introduction de la programmation par Chris Moumbounou, coordinateur des Ateliers Sahm. Ils ont ensuite rencontré les artistes en résidence (Doff, Pamela Enyonu, Loick Kimbembe, Jordy Kissy Moussa, Alegra Nicka, Yvon Ngassam), ont interagit avec eux autour de leurs œuvres et, par la visite de leur atelier et de l’exposition en cours, ils se sont immergés dans leurs projets et univers.

Les volontaires ont également bénéficié d’une découverte privilégiée par Martine Derain du Polygone Étoilé, cinéma géré par un collectif de cinéastes engagés. C’est après la projection privée de la première bobine du film documentaire le Festival panafricain d’Alger 1969, réalisé par William Klein, que les volontaires et les professionnels ont échangé autour de la question de la diffusion d’images d’archives violentes et la reprise de ses droits.

Enfin, direction le Fonds Régional d’Art Contemporain Provence-​Alpes-Côte-d’Azur où les volontaires ont été accueillis par Romain Timon, médiateur culturel. Ils ont ensuite visité l’exposition personnelle de Katia Kameli, Elle a allumé le vif du passé, qui prend place dans le cadre de la Saison Africa2020, après une introduction par l’artiste de ses projets. À travers la trilogie de film intitulée le Roman Algérien, et l’installation Stream of stories, l’exposition questionne le rapport aux images et à leurs manques dans la construction des récits historiques et personnels, et met en exergue la circulation des récits à travers l’exemple concret des Fables de La Fontaine, aux origines indiennes, perses et arabes. De quoi nourrir les réflexions des volontaires !

« Ce que je trouve très intéressant est cette relation ambiguë qu’on a avec les bâtiments coloniaux, le rapport qu’on a à la mémoire des lieux et qui est transcrite dans les photos du kiosque. Ce kiosque qui me fait penser à une sorte de passerelle dans le temps, par toutes les époques qu’il retranscrit et toute la mémoire collective qu’il nourrit. » témoigne Doha El Mohamadi, l’une des onze volontaires. Pour Sambassa Sylla « Le Roman Algérien de Katia Kaméli est la version algérienne de l’histoire qui s’est jouée et qui se joue encore en Guinée. A l’exception près qu’en Algérie où les archives et les patrimoines plus tangibles existent pour témoigner de ces époques, en Guinée, la parole joue encore ce rôle de mémoire collective populaire. »

 

Ces rencontres ont permis de nourrir des questionnements liés à la place et au rôle de l’artiste-citoyen, engagé tout autant dans son environnement direct que dans des contextes globalisés ; mais aussi la problématique du rapport à l’archive et à l’image, à la construction des discours et des récits, au rapport et pouvoir du passé dans la construction de nos futurs. Autant de réflexions que chaque volontaire est amené à aborder par ailleurs, tant dans sa mission que dans ses projets personnels.

Une formation à la vidéo : des apprentis vidéastes en action

À Marseille, les volontaires ont réalisé leurs portraits vidéos. Grâce à l’appui des volontaires ayant des connaissances en tournage ou communication, et à un travail de préparation collectif sur le contenu des questions posées, chaque volontaire a réalisé des captations, pris en main la caméra, dirigé et aiguillé ses pairs durant les entretiens. Après la captation, place au dérushage et au montage vidéo, avec notamment une journée de formation en montage vidéo à l’École supérieure d’art & de design Marseille-Méditerranée animée par Denise Deutch. En binôme, les volontaires ont appris par la pratique les mécanismes du montage et de l’étalonnage vidéo et ainsi de réaliser la post-production des premiers portraits. À découvrir prochainement !

Nul doute que la maîtrise de toutes les étapes de réalisation d’une vidéo, de la conception au montage, est un savoir-faire précieux que tous pourront mettre en pratique à l’avenir.

Ateliers et travail sur les projets d’avenir

Durant toute la durée de leur engagement en service civique, les volontaires sont accompagnés dans la préparation de leur projet d’avenir. Montage de structures culturelles, lancement de projets artistiques, reprises d’études, professionnalisation en tant qu’acteurs, artiste ou réalisateur… Autant de projets et d’envies portés par les volontaires qu’ils ont pu affiner avec les conseils de professionnels.

Avec Alban Corbier Labasse, coordinateur général Coopération culturelle Afrique et Caraïbes à l’Institut français de Paris, ils ont pu mieux comprendre les engagements et dynamiques de l’Institut français de Paris dans le soutien de projets culturels sur le continent africain, le lien entre l’Institut français de Paris et chaque Institut français en Afrique et les rôles complémentaires de chacun. Cette présentation s’est prolongée avec un temps d’échanges privilégié autour des projets futurs des volontaires, avec un jeu de questions-réponses très concret (« Quelles sont les pistes de collaboration possibles si je souhaite… conceptualiser des expositions/financer mon film/monter un centre culture ? »)

Enfin, c’est à La Ruche, un incubateur spécialisé dans l’innovation sociale, que les volontaires ont participé à un atelier dispensé par Justine Bonne. Objectifs : identifier leurs atouts, valoriser leurs expériences personnelles et de volontariat, les savoirs acquis, le tout pour les traduire en compétences professionnelles ; mais aussi mieux structurer leurs projets retour et identifier des leviers d’actions (activités, publics, partenaires, ressources, etc) et bien présenter son projet à l’oral.

En résumé, un beau temps d’interactions et de partages d’expériences qui a permis à l’ensemble des volontaires engagés dans le cadre de la Saison Africa2020, de bénéficier de temps de formations, d’ateliers de valorisation des compétences personnelles et professionnelles, et de mise en réseaux avec des acteurs culturels.

« Ce séjour à Marseille m’a apporté plusieurs compétences et la force du vivre-ensemble. L’amour et l’apprentissage ont été au centre de nos partages. Durant notre séjour nous avons développé des savoir-faire et construit des meilleurs plans pour notre orientation » témoigne Triphène Tamba.

Au-delà de cette riche expérience professionnelle, ce temps a aussi été l’occasion pour les volontaires de tisser des liens forts entre eux. Comme le souligne Ange-Afred Ilboudo « Marseille m’as permis vivre en France avec des amis, une famille ! J’ai adoré le fait qu’on soit tous ensemble, c’était rassurant et réconfortant. La chaleur humaine ! »

C’est donc stimulés par cette expérience que les volontaires sont retournés sur leurs lieux de missions et avec beaucoup d’enthousiasme qu’ils se plongent aujourd’hui dans de nouvelles actions, en interaction directe avec les artistes et à la rencontre des publics, grâce à la réouverture récente des espaces culturels.

En savoir plus :

À propos de la Saison Africa2020 :

La Saison Africa2020 est un projet panafricain et pluridisciplinaire, centré sur l’innovation dans les arts, les sciences, les technologies, l’entrepreneuriat et l’économie. De manière transversale, l’éducation est également au cœur de la programmation, dans un souci de partage et de transmission des savoirs. Cette Saison inédite favorise les mobilités, met à l’honneur les femmes et cible en priorité la jeunesse. L’ambition de la Saison Africa2020 est de créer un mouvement d’émancipation global à travers un engagement durable bâti autour des valeurs de la citoyenneté. Basée sur le principe de l’intelligence collective, la Saison Africa2020 est une invitation à bâtir en commun du sens pour transcender tous les futurs possibles. Site internet de la Saison Africa2020

À voir aussi sur notre site :

La rubrique sur le programme de volontariat dans le cadre d’Africa2020