#TCHAD : Des volontaires de la DCC sur le départ pour la France

19/07/2022

L’un des objectifs de France Volontaires est de soutenir la réciprocité dans le volontariat. La solidarité internationale de manière réciproque fait partie des priorités fixées par notre plan d’action pour les prochaines années. Dans ce cadre, France Volontaires au Tchad poursuit son partenariat avec la DCC (Délégation Catholique pour la Coopération) et apporte son soutien pour la mise en place de nouvelles missions de volontariat en France. Prévues pour septembre. ces missions permettront d’envoyer des volontaires tchadiens dans différentes structures en lien avec la solidarité et l’engagement volontaire. Découvrez les 3 candidats retenus :

————————-

Francis a 23 ans, il vient de N’Djamena et est diplômé d’une licence en nutrition, il a été retenu pour la mission « Vivre avec des personnes vivant avec un handicap mental ». Engagé depuis quelques années en faveur du volontariat national au Tchad, il a effectué plusieurs missions bénévoles avec la Croix Rouge ou encore l’AJAD (l’Association des jeunes pour le développement), ce qui lui a permis de s’affirmer et d’acquérir de nouvelles compétences au niveau national. La mission internationale de la DCC correspond à ses espérances d’élargir ses connaissances à l’étranger, sa volonté de confronter sa culture tchadienne à la culture française le motive davantage.

A la question qu’attends-tu de cette mission ?

Elle peut augmenter mes compétences professionnelles et mon ouverture d’esprit. Il y a quelque chose de spécial à transmettre à la jeunesse tchadienne, elle me permettra aussi de promouvoir le volontariat. Après la mission, je souhaite poursuivre mes études et entamer un master en nutrition et diététique.

Comment imagines-tu la France ?

A travers les réseaux sociaux, j’ai la possibilité de voir ce qui s’y passe vraiment, ma vision actuelle de la France est liée à ce que je vois à la télévision.

—————————–

Djibrine a 23 ans, il est originaire du Melfi, il a étudié au lycée de N’gouri au Lac et a été retenu pour la mission DCC « Médiation sociale et citoyenne par l’animation socio-éducative ».

Qu’attends-tu de cette mission ?

J’avais postulé pour cette mission de volontariat pour mettre mes compétences pratiques et théoriques aux services de communautés, d’apprendre l’apprentissage de volontariat et donner un sens à ma vie. Mes attentes ? Rencontrer des personnes qui viennent de différents pays, d’échanger avec eux, connaître leurs manières de vivre et apprendre leurs cultures.

Je dois apporter des compétences pratiques et techniques comme la médiation sociale et citoyenne par l’animation socio-éducative et donner la confiance aux jeunes afin de pouvoir réfléchir sur eux mêmes et prendre une décision, dans un travail mené avec sérieux et dynamique.

Quels sont tes projets pour après la mission ?

Depuis deux ans, j’étudie la géographie à Douala, après la mission j’ai pour projet de continuer mes études et intégrer la vie active. J’aspire aussi à créer une association pour lutter contre les violences basées sur les genres.

—————————–

Le troisième volontaire mobilisé pour cette mission est Moundi Kouakaine, 23 ans et originaire du Mayo-Kebbi Ouest. Il est titulaire d’une Maîtrise en Relations Internationales. Sa mission sera axée autour de la sensibilisation et de la communication auprès du Secours Catholique France en vue de favoriser l’accueil des personnes exilées à Calais.

Pourquoi as-tu postulé pour cette mission ?

J’ai postulé à cette mission de volontariat parce que le volontariat est d’abord pour moi, une passion et aussi pour la noblesse que cela comporte. J’ai vu en cette mission une occasion de se rendre utile et de contribuer à apporter un certain nombre de solutions à des sujets qui menacent les aspirations communes, celle d’un monde où tout le monde sort gagnant. Parce que j’ai vu en cette mission, une occasion de mixer mes acquis culturels avec celles des autres.

J’entends en sortir fortifié professionnellement, culturellement et plus que tout satisfait d’avoir rendu service et contribué à la réalisation des objectifs mondiaux. 

Que penses-tu pouvoir apporter à ta structure d’accueil ?

Je mettrai à la disposition du bureau du Secours catholique France mes compétences en sensibilisation et mobilisation, plaidoirie et communication afin que les objectifs fixés soient atteints. Mon projet post-mission serait de me lancer dans une carrière humanitaire et si possible, continuer de me porter volontaire. 

France Volontaires au Tchad