Webinaire "Lutter contre le volontourisme et ses dérives, pour un volontariat responsable" le 4 décembre

A l’occasion de la Journée internationale du volontariat (JIV), la députée Anne Genetet présente une proposition de loi contre les dérives du “volontourisme” et pour un volontariat international responsable, fruit d’un travail de fond concerté avec la plateforme France Volontaires. Envie d'en savoir plus ? Rendez-vous le 4 décembre de 10h à 11h30 (UTC+1).

04/12/2020

Mise à jour le 4 décembre 2020

A l’occasion du dépôt de la proposition de loi et de la célébration de la JIV, la députée Anne Genetet organise un webinaire, avec le soutien de France Volontaires, le vendredi 4 décembre 2020 de 10h00 à 11h30 (UTC+1), avec un panel d’experts des secteurs du volontariat international, de la protection de l’enfance et du tourisme responsable :

  • Maud Lhuillier, Directrice Asie de Passerelles Numériques
  • Sébastien Marot, Fondateur et directeur exécutif de Friends-International
  • Caroline Mignon, Directrice de l’Association pour le Tourisme Equitable et Solidaire (ATES)
  • Chloé Sanguinetti, Productrice et réalisatrice du documentaire « The Voluntourist »
  • Voleak Sok, Représentante nationale de France Volontaires au Cambodge

Cette discussion est animée par Lucie Morillon, Directrice du pôle études, communication et plaidoyer de France Volontaires.

Au programme : présentation des tenants et aboutissants de la proposition de loi, sensibilisation à un volontariat international responsable, dans un contexte de crise sanitaire mondiale qui a renforcé l’envie des citoyennes et des citoyens de s’engager.

Le webinaire à voir ou revoir :

Le « volontourisme », de quoi parle-t-on ?

Né dans les années 1960, le volontariat à l’international a historiquement cherché à répondre à un double enjeu : agir par solidarité auprès des personnes les plus vulnérables, et éduquer les personnes qui s’engagent pour en faire des acteurs de changement.

Depuis les années 2000, un fort engouement pour ces missions à l’international a été observé, exacerbé par l’avènement des réseaux sociaux et les tendances narcissiques qui peuvent en découler. 

L’appétence des citoyennes et citoyens pour le volontariat est donc bien réelle. Toutefois, devant un nombre limité d’opportunités à l’international, des alternatives se développent, parfois en contrepartie de sommes d’argent importantes et pour des projets ayant au mieux aucun impact sur le terrain, au pire des effets néfastes sur les communautés et les volontaires eux-mêmes. Il s’agit du phénomène du « volontourisme », néologisme formé des mots « volontariat » et « tourisme ».

Répondant à une forte demande des jeunes Occidentaux pour « partir faire de l’humanitaire » à l’étranger, le secteur du volontourisme est en pleine expansion depuis les années 1990 dans les pays-anglosaxons, et depuis le début des années 2000 en France.

Les offres de « voyage solidaire », « tourisme humanitaire » ou encore « missions solidaires » pullulent et certaines organisations à but lucratif exploitent le filon dans une logique commerciale, bien souvent au détriment de l’intérêt général et des populations.

En savoir plus :

Notre page « Attention au volontourisme »