Chloé, un parcours de volontariat au Cambodge

Chloé, volontaire en service civique puis volontaire de solidarité internationale à l’École du Bayon au Cambodge, nous raconte son expérience.

12/03/2020

Pourriez-vous vous présenter ? Quel est votre parcours ?

Après un BTS ventes et productions touristiques et un diplôme de l’École supérieure de commerce administrations et entreprises touristiques à Aix-en-Provence, j’ai travaillé 3 ans dans mon domaine dans la filière corporate pour le groupe Havas Voyages. J’étais responsable commerciale de région et passais mes semaines dans ma voiture. Après quelques années, je me suis rendue compte que rien ne me retenait en France et que j’avais besoin de voyager, d’assouvir mes rêves et de trouver un travail qui faisait sens pour moi. C’est tout naturellement que j’ai démarré mes recherches dans les volontariats internationaux et ai fini par trouver l’association Intercordia qui m´a permis de partir au Cambodge pour l’École du Bayon.

Quelle était votre mission ?

L’École du Bayon existe depuis plus de 25 ans et a pour principal objectif d’offrir une éducation gratuite et de qualité à la population vivant dans le parc d’Angkor, à Siem Reap. En 2014, ils ont ouvert un nouveau programme de formation professionnelle en pâtisserie. Afin de participer au maximum au financement de la formation, ils ont décidé d’ouvrir un café où seraient vendues les pâtisseries des jeunes apprenantes. Mon objectif a donc été de faire grandir ce café, le faire vivre. Atmosphère, menu, communication, événement, organisation, production, etc. : il a fallu lui construire une réputation et le pérenniser sur le long terme en le rendant auto-suffisant.

Pourquoi avez-vous choisi de faire une mission de service civique ?

Pour répondre à un besoin viscéral de faire un travail qui avait un impact social et direct !

Qu’est-ce qui vous a marqué pendant votre expérience de service civique ?

L’appréhension, la découverte du travail avec une autre culture. Apprendre de nouveaux codes de communication, m’adapter, observer, parfois échouer et parfois réussir.

Le dialogue et les conditions de travail que j’ai réussis à construire avec notre chef pâtissière, Sokhoeurn, ont été une vraie aventure, une victoire dont nous sommes toutes les deux fières et surtout une très belle histoire d’amitié qui aujourd’hui encore perdure. 

 Quel est votre parcours depuis la fin de votre service civique ?

Je suis restée deux années supplémentaires à l’école du Bayon en volontariat de solidarité internationale (VSI). Je suis ensuite restée une année de plus au Cambodge, soit 4 ans au total, pour une autre ONG (Osmose). Depuis septembre 2019, je suis rentrée en France, ai voyagé 3 mois en Colombie et suis actuellement en pleine reconversion dans le domaine de la thérapie et aide à la personne.

Si vous deviez résumer votre expérience de service civique en une phrase, quelle serait-elle ?

« Voyager, c’est partir à la découverte de l’autre. Et le premier inconnu à découvrir, c’est vous. » Oliver Föllmi