Léna, d'un service civique à un VSI au Togo puis assistante technique à la GIZ

Après un an an de VSI en appui à la coopération décentralisée entre Dapaong et Issy-les-Moulineaux,  Léna est restée au Togo en tant qu'assistante technique à la GIZ sur un programme d'appui à la décentralisation et à la gouvernance locale. Retour en récit sur le parcours d'engagement de Léna et son expérience au Togo. 

26/03/2021

LE PORTRAIT CHINOIS

Si j’étais

Un personnage célèbre : Angela Davis

Un animal : Éléphant

Un objet : Un oreiller

Un plat : Les galettes bretonnes

Une couleur : Jaune

Une chanson : Sodade – Césaria Evora

Un film : Incendies – Denis Villeneuve

Un livre : Americanah – Chimamanda Ngozi Adichie

Un sport : La danse

Un métier : Correspondante de guerre

Un rêve : Parler couramment russe

Peux-tu te présenter en quelques mots et nous raconter ton parcours : 

Je m’appelle Léna, j’ai 28ans et je vis au Togo depuis janvier 2019.

Après avoir été fille au pair au Royaume-Uni (6 mois) puis en Australie (6 mois), j’ai effectué un semestre d’études à Birmingham (Royaume-Uni) et j’ai obtenu ma licence LLCE Anglais. Puis j’ai poursuivi en Master Communication Interculturelle et Plurilingue. A ce moment-là, j’avais l’ambition de devenir professeur de français langue étrangère et de voyager partout dans le monde. Et puis finalement, je me suis vite rendue compte que l’enseignement ce n’était pas fait pour moi, en tout cas, pas à ce moment-là.

En parallèle de ma 2ème année de Master, j’ai donc décidé de m’engager en service civique (8 mois) à Paris, dans l’association Élan Interculturel. Cela a été une expérience extrêmement enrichissante et a constitué un vrai déclic dans mon parcours professionnel. 

Mon service civique a abouti sur un CDD de 6 mois à l’issue duquel j’ai décidé de reprendre mes études pour faire un Master 2 Gestion de projets européens et internationaux en alternance. J’ai trouvé un contrat d’apprentissage à la Ville d’Issy-les-Moulineaux, au service des Relations Internationales, en tant que Chargée de projets – recherche de financements extérieurs.  J’ai eu la chance de me trouver dans une collectivité qui avait une action internationale très dynamique et disposait d’un budget relativement conséquent pour pouvoir mettre en place des projets intéressants. J’ai évoluée d’apprentie à un poste de contractuel (CDD) et suis restée au total plus de 3ans dans ce service. J’occupais alors le poste de « Chargée de projets Europe & International ».

La ville d’Issy-les-Moulineaux a un jumelage au nord du Togo avec Dapaong et les deux années qui ont suivi mon apprentissage mes missions étaient largement concentrée sur la coordination/suivi des projets avec le Togo. J’ai notamment coordonné un projet dans le cadre de l’appel à projet « Jeunesse » du Ministère des Affaires Étrangères français, en lien avec France Volontaires et les partenaires togolais (ANVT, structures associatives à Dapaong). Ce projet a permis l’envoi d’un VSI pour une durée de 24 mois à Dapaong en tant que « Chargé d’appui à la coopération Issy/Dapaong », l’envoi de deux volontaires français en service civique à Dapaong pour 6 mois et l’accueil de deux volontaires togolais en service civique à Issy-les-Moulineaux pour 6 mois. 

Pourquoi avoir choisi de t’engager comme volontaire au Togo ? 

Dans le cadre de mon poste à la Ville d’Issy-les-Moulineaux, je suis partie en mission 4 fois à Dapaong (2017-2018). Quand l’opportunité de partir en VSI à Dapaong pendant 1an s’est présentée, je n’ai pas vraiment hésité. J’ai toujours eu envie de vivre des expériences de vie à l’étranger et là j’avais l’occasion de partir à l’autre bout du monde dans un cadre que je trouvais rassurant :  je connaissais déjà le pays, les partenaires/collègues avec qui j’allais travailler, la ville où j’allais habiter et j’allais faire plus ou moins le même travail que je faisais en France, mais depuis l’Afrique. Je connaissais aussi France Volontaires, puisque j’avais eu à travailler plusieurs fois avec eux dans le cadre de mes missions à Issy, j’étais donc parfaitement au fait de leurs différents dispositifs de volontariat et de ce que cela impliquait.

 Peux-tu nous parler de ta mission ? En quoi consistait-elle ? 

Pendant près de 12 mois j’étais « Chargée d’appui à la coopération Issy/Dapaong ». Ma mission consistait à représenter la Ville d’Issy-les-Moulineaux à Dapaong dans le cadre du jumelage et à appuyer les partenaires de la Ville de Dapaong dans divers domaines, principalement la gestion d’un projet dans le domaine de l’eau et l’assainissement.

Très concrètement, j’avais un bureau à la Mairie de Dapaong  et je participais/organisais des réunions/séances de travail avec les Directeurs de service de la Mairie, je gérais le budget du projet et rédigeais des compte-rendu pour les partenaires financiers, des notes de synthèse pour Issy-les-Moulineaux… Et je venais en appui aux différentes activités de la Mairie de Dapaong.

Peux-tu nous raconter une anecdote ?   

J’ai eu la chance que l’année de mon VSI coïncide avec les 30 ans du jumelage entre les deux villes. Pour l’occasion Issy-les-Moulineaux avait invité une délégation de 10 personnes de la Ville de Dapaong à venir passer 1 semaine (rencontre, séances de travail, visites touristiques) à Issy-les-Moulineaux. Une de mes missions a donc été d’organiser cette rencontre et d’accompagner mes collègues togolais en France pour l’événement. Pour beaucoup d’entre eux/elles, c’était leur première fois en avion, en Europe, À PARIS !!! J’ai pris beaucoup de plaisir à partager cette « découverte de la France » avec mes collègues togolais.es (qu’est-ce qu’on a ri !) et cela a vraiment renforcé nos liens pour la suite.

Qu’as-tu appris durant ton expérience ?

J’y ai appris beaucoup de choses !

Sur le plan professionnel : j’ai découvert une autre culture de travail (rythme, hiérarchie, organisation interne…), j’ai développé mes compétences de travail en contexte multiculturel (flexibilité, dialogue interculturel, travail d’équipe, coordination…) mais surtout j’ai découvert le monde de « l’Aide au Développement », de la « coopération internationale », des « bailleurs » et tout ce que cela implique à différents niveaux en Afrique.

Sur le plan personnel : j’ai appris la patience, la résilience, j’ai découvert un autre sens de la « famille », d’autres modèles de relation entre les femmes et les hommes, entre les jeunes et les vieux, de nouvelles langues. J’ai rencontré des togolais, mais aussi des béninois, des nigérians, des burkinabés, des libanais et des français d’horizons diverses. J’ai découvert un petit peu de « l’Afrique » et cela m’a donné envie d’en découvrir beaucoup plus.

 Un conseil à donner à de futurs volontaires ? 

Préparez-vous à l’inattendu.

 Aujourd’hui, que fais-tu, quelles sont tes missions ? 

Aujourd’hui je suis Assistante Technique à la GIZ dans un programme d’appui à la décentralisation et la gouvernance locale. La GIZ qézako ? C’est l’agence de coopération technique allemande, l’équivalent d’Expertise France. C’est une organisation où travaillent 22 000 employés dans plus de 120 pays dans le monde, dont le siège est à Bonn et Eschborn en Allemagne. Le statut d’Assistant Technique est considéré comme un « volontariat professionnel », c’est l’équivalent d’un VIA (Volontaire International en Administration).

Le programme pour lequel je travaille intervient dans 13 villes au Togo, sur diverses thématiques liées à la décentralisation : état civil, finances locales, participation citoyenne, coopération décentralisée etc. C’est un programme de plusieurs million d’euros, co-financé par l’Union européenne. Concrètement, j’appuie les mairies des 13 villes partenaires du programme à développer des relations de jumelage avec des villes étrangères et j’organise des ateliers sur la gestion de projets, la recherche de financements, la coopération internationale etc., pour renforcer les capacités du personnel des mairies.

Je travaille en collaboration avec une dizaine de collègues togolais.es basé.es dans 6 villes à l’intérieur du pays et moi je suis basée à Lomé, la capitale. Je fais des missions très régulièrement dans tous le Togo pour rencontrer les Maires, les Maires-Adjoints, les Directeurs de service, organiser un atelier, une séance de travail etc et je travaille aussi en lien avec les Ambassades, les Ministères etc.

 Avec le recul, quelle expérience tires-tu de ton année de VSI ? 

Ce VSI a été un véritable tournant dans ma vie professionnelle/personnelle : je pensais partir un an en mission au Togo et je n’aurais jamais imaginé que 2 ans plus tard je serai toujours là, au poste auquel je suis aujourd’hui.