Stéphane, un des premiers volontaires en service civique au Congo

© Stéphane Cornille

En 2011, c'est pour le Congo que s'est envolé Stéphane afin d'y rejoindre l'association des Scouts et Guides du Congo. Quelques années plus tard, il se remémore son expérience.

10/03/2020

Pourriez-vous vous présenter ? Quel est votre parcours ?

Lorsque j’ai participé au programme du service civique, j’avais suivi un BTS en gestion et maîtrise de l’eau avec dans l’idée de pouvoir travailler à l’étranger et/ou dans le développement. N’ayant pas trouvé de débouchés, je me suis tourné vers l’association de jeunesse Scouts et Guides de France dans laquelle j’étais déjà investi. 

Quelle était votre mission ?

En binôme avec Paterne Loulendo, un responsable scout congolais, nous avions pour mission – parmi d’autres – de participer au développement de l’association en soutenant et en investissant les projets en cours et à venir et en accompagnant les animateurs (les chefs et cheftaines) de l’association dans leurs pratiques et leur formation.

Pourquoi avez-vous choisi de faire une mission de service civique ?

Cette mission était pour moi l’occasion de mêler activement mon engagement dans la vie associative et mes projets personnels et professionnels. Elle s’est également présentée à un moment de questionnement de mon projet professionnel. Le fait de s’inscrire dans un projet de partenariat associatif, à l’étranger qui plus est, faisait sens pour moi.

Qu’est-ce qui vous a marqué pendant votre expérience de service civique ?

J’ai été marqué par la richesse des échanges pendant cette année passée au Congo. En restant longtemps sur place, on se lie différemment avec les personnes, on partage plus et on grandit ensemble.

Je suis arrivé là-bas avec beaucoup de convictions et d’ambitions pour me rendre compte qu’avant d’être acteur de sa mission il fallait d’abord comprendre ce pays et ses habitants. Avec l’aide de Paterne et des autres membres de l’association, j’ai pu construire mon rôle de volontaire et trouver une place dans les différentes actions menées.

Partout où nous allions, nous avons toujours rencontré des personnes impliquées, dynamiques et qui s’engageaient pour faire avancer les différentes causes associatives locales.

Quel est votre parcours depuis la fin de votre service civique ?

Ma mission m’a permis de réfléchir à la suite de mon projet professionnel. Après les différentes expériences vécues et les personnes rencontrées au Congo, j’ai pu redéfinir mes priorités. J’ai ainsi repris les études et suis maintenant professeur des écoles. J’y retrouve beaucoup des aspects de ma mission.

Si vous deviez résumer votre expérience de service civique en une phrase, quelle serait-elle ?

Je ne serai pas original (mais pas moins sincère) en disant que je suis sorti de cette mission en ayant GRANDI : mon année au Congo m’a énormément apporté et a posé les bases de la personne que je suis maintenant.

Voir aussi :

La rubrique France Volontaires au Congo