Témoignage de Thu, ancienne Service Civique partie en Bretagne

Pendant près d'un an, Thu était assistante de l'anglais en Service Civique en Bretagne où elle a pu s'immerger dans la culture française notamment grâce aux différentes familles qui l'ont accueilli tout le long de son séjour en France. Elle nous partage son expérience.

08/04/2021

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Thu. J’ai 24 ans. Je viens de Thanh Hoa, Vietnam. Dans mon temps libre, j’aime écouter de la musique, peindre, cuisiner, lire des livres et regarder des films. Je suis intéressée par les voyages, le bénévolat, rencontrer de nouvelles personnes, découvrir de nouvelles cultures. Quand j’étais étudiante à l’université, j’ai pris l’habitude d’aider de manière bénévole des structures sociales. J’ai aussi eu la chance d’enseigner l’anglais en Thaïlande en tant que volontaire pendant 6 semaines. J’ai été diplômée de l’Université de Vinh en juin 2018.

Puis j’ai commencé à travailler à Ocean Edu Thanh Hoa de juillet 2018 à septembre 2019. Et enfin j’ai vraiment eu l’opportunité d’effectuer un engagement de Service Civique en France pendant 8 mois.

Actuellement, je travaille chez Apax English Thanh Hoa.

Quelle était ta mission en tant que volontaire ?

Ma mission était d’appuyer les enseignants dans l’apprentissage de l’anglais aux élèves de maternelle et de primaire, de partager mes cultures vietnamiennes avec les élèves et d’aider les élèves à faire leurs devoirs à l’école primaire Saint Joseph la Moussaye à Fougères, en Bretagne. Je suis restée auprès de cinq familles d’accueil en même temps que ma mission à l’école. Après les cours, j’ai participé à des activités organisées par mes familles d’accueil comme jouer avec leurs enfants, cuisiner des plats vietnamiens, emmener leurs enfants à des cours supplémentaires, voyager avec eux… 

Pourquoi être partie en France ?

Pour plusieurs raisons: Premièrement, j’ai été attirée par l’idée de devenir en quelque sorte une ambassadrice de mon pays, le Vietnam, en partageant ma culture avec les élèves, les enseignants mais aussi avec mes familles d’accueil. 

Deuxièmement, je pensais que passer 8 mois en France me donnerait une belle opportunité d’améliorer mes compétences en français et en anglais, découvrir de nouvelles cultures, de nouveaux endroits avec de nouvelles personnes. Enfin, j’espérais pouvoir partager mon expérience ce que j’ai appris de la France avec les jeunes et avec mes étudiants après ce voyage. De par mon expérience, j’espère les faire réfléchir et les aider à réaliser leur rêve.

Quels sont les savoir-faire et savoir-être que tu as développés lors de ta mission ?

En termes de compétences, j’ai utilisé l’anglais pour communiquer avec d’autres professeurs, mes familles d’accueil et d’autres volontaires internationaux afin que mon anglais soit plus courant. Quand je suis arrivée en France, je pouvais comprendre quelques mots de base en français, mais parce que je vivais avec mes familles d’accueil, mes compétences d’écoute en français étaient meilleures. Je peux désormais communiquer quotidiennement avec des Français.

Pour ce qui est de mes aptitudes, lors de ma mission, j’ai pensé que j’avais de la chance d’avoir cette opportunité donc il fallait la rendre significative et précieuse alors j’ai fait des efforts pour m’adapter rapidement à la vie en France, j’ai demandé à mon directeur et mon tuteur ce qu’il fallait faire, après un jour, j’ai tout partagé à l’école avec ma famille d’accueil. Je pensais que toutes les difficultés n’étaient qu’un défi pour moi et que si je faisais des erreurs, ce seraient des leçons de vie. Mon esprit est plus fort après cette mission.

Quel est ton meilleur souvenir de ta mission ?

Absolument, je me souviens le plus de la période de confinement car à cette époque je n’allais pas à l’école, je restais simplement à la maison avec ma troisième famille d’accueil puis ma quatrième famille d’accueil. Pendant ce temps, j’ai participé à toutes les activités avec eux comme cuisiner, faire du sport, jardiner, jouer avec les enfants. Et mon français s’améliorait vraiment à ce moment-là même si je communiquais toujours avec eux en anglais. De plus, j’ai contacté mon tuteur et mon directeur pour les tenir au courant et j’envoyais des vidéos de moi en anglais pour que les étudiants puissent pratiquer chez eux.

Comment as-tu vécu ton retour au Vietnam ?

J’étais contente de revoir ma famille après un long séjour en France car ils m’ont tellement manqué. Même si je leur parlais via des appels vidéo, j’avais encore beaucoup à partager avec eux.

Que réponds-tu aux gens quand ils te demandent « comment était ton expérience en France ? » ?

Je dis toujours que c’était une expérience merveilleuse et la meilleure de ma vie jusqu’à présent. 

Qu’est-ce qui te manque le plus en France ? Te vois-tu revenir en France ? où et pour faire quoi ?

La cuisine française me manque surtout le fromage et le beurre. Je ne suis pas sûre. Mais je pense que si possible, j’aimerais revenir à Nice, en France, pour suivre un master dans l’éducation.

Peux-tu donner trois bonnes raisons pour effectuer un engagement de Service Civique en France ?

Tout d’abord, vous bénéficierez d’un accompagnement pour l’hébergement en France, le billet d’avion aller-retour, les frais de visa et vous recevrez une indemnité mensuelle.

Deuxièmement, vous améliorerez vos compétences en anglais et en français

Enfin, vous aurez l’occasion de découvrir de nouvelles cultures, d’explorer la France et de voyager à travers l’Europe.

En savoir plus :

Volontariat et réciprocité

Téléchargez le guide « Vers plus de réciprocité dans le volontariat »

Téléchargez la plaquette Réciprocité

Téléchargez le guide « Accueillir des Volontaires Internationaux en Service Civique en France »

Téléchargez le livret réciprocité (en anglais)

Vous pouvez nous joindre pour obtenir plus d’informations à l’adresse suivante : ev.vietnam@france-volontaires.org