Vie quotidienne

Se loger

Si le volontaire ne bénéficie pas d’un logement fourni par le partenaire, il lui est conseillé de se mettre en contact avec les volontaires déjà sur place (liste disponible auprès de la représentation FV au Bénin). La recherche de logement au Bénin fonctionne pour l’essentiel par le bouche-à-oreille. On peut aussi avoir recours au service d’un démarcheur qui est souvent un habitant du quartier s’improvisant agent et qui demande entre 2 000 et 4000 francs CFA d’honoraires par visite. Dans le cas où un contrat est signé, il se prendra aussi une commission, généralement égale à un mois de loyer. Certains démarcheurs connaissent les volontaires et ont déjà l’habitude de leur chercher le logement qui leur convient : un certain niveau de confort, mais à la portée d’un budget réduit.

Important :

Les cautions demandées pour les locations peuvent parfois avoisiner les six mois de loyer. Il est indispensable d’effectuer un état des lieux avec le propriétaire.

La fiche-conseil des volontaires (en PDF): trouver un logement au Bénin

Pour se loger dans Cotonou et environs pour les volontaires longue durée

Pour se loger dans les autres grandes villes

Pour les Volontaires d’Echange et de Compétences – VEC et les contrats courts

==> cliquez ici.

Se déplacer

Pour se déplacer dans tout le Bénin, il y a différentes solutions :

  • Les cars : ils sont nombreux : Confort Lines, Pax Express, Tonafa, Bénin Route, NTS, ATT, Coton’s Bus, et sont de plus en plus confortables et efficaces. Cotonou-Parakou en 6 ou 7 heures de route. On s’informera nécessairement sur les coûts des trajets auprès des guichets situés à Cadjéhoun ou à l’Etoile Rouge.
  • Des taxis brousse : Suite à une nouvelle réglementation, les taxi-brousse doivent se conformer à la limite de 4 places disponibles (auparavant parfois jusque 9 personnes!). Ils sont en circulation sur tout le territoire, mais attention: ils ne partent qu’une fois remplis, il y a souvent des imprévus et sont souvent peu confortables.
  • Les transports urbains : les taxis-ville, de couleur vert-jaune, sillonnent la ville 24/24. Ils n’attendent pas d’être pleins pour partir, mais se chargent au fur et à mesure. Les taxis-motos, encore appelés « zémidjan » ou zem sont omniprésents et assurent les déplacements en milieu urbain de nombreux béninois. Si ce mode de déplacement s’avère très pratique, les conducteurs de taxis-motos sont souvent peu respectueux du code de la route, il est conseillé de dire clairement au départ d’y aller doucement et prudemment. Dire en Fon : « Mi blo dèdè » (allez-y doucement) impressionne toujours le conducteur et s’avère très efficace !

Le Bénin possède un réseau routier assez important et globalement en assez bon état. Il est possible de rejoindre les principales villes du pays en utilisant des « goudronnées ». Ces axes principaux sont complétés par un réseau de routes secondaires, le plus souvent des pistes assez bien entretenues.

La fiche-conseil des volontaires (en PDF)se déplacer au Bénin

Souscrire un abonnement eau ou électricité

Les maisons ou appartements à louer sur Cotonou ou dans les autres villes du Bénin sont quasiment tous équipés en eau courante et électricité. L’abonnement est souscrit au nom du propriétaire. Il importe de relever les derniers chiffres affichés par les compteurs au moment de l’installation. Dans le cas d’un compteur partagé, veiller à vérifier quels équipements utilisent les colocataires, vérifier les factures précédentes afin de se donner une idée du niveau de consommation. Souvent, les facturations prennent du retard ainsi il faut veiller à ne pas payer les consommations de son prédécesseur !

Il n’est pas conseillé de souscrire un abonnement eau et électricité en son nom dans la mesure où les cautions demandées sont élevées et leur récupération prend plusieurs mois quand on a la chance de pouvoir les récupérer.

Depuis quelques temps, le compteur prépayé a fait son apparition au Bénin. Ce système – très peu répandu encore – a l’avantage d’être simple et permet d’éviter de se faire gruger par ses colocataires.

En matière d’électricité, les prises et le voltage sont les mêmes qu’en France (230 V). Mais les coupures sont fréquentes. Le groupe électrogène est nécessaire mais un volontaire de passage ne pourra pas toujours s’en offrir un. Certains logements en sont équipés et si c’est le cas il faut bien négocier avec les co-utilisateurs éventuels.

Quant à l’eau, les tarifs de consommation sont raisonnables. Mais les coupures elles aussi sont légions. Un grand nombre de logements au Bénin sont équipés de citerne.

Choisir un opérateur téléphone et internet

Concernant la téléphonie mobile au Bénin, deux opérateurs se partagent principalement le marché: Moov Bénin et MTN Bénin.

Avec l’engouement des Béninois pour les nouvelles technologies, les particuliers peuvent désormais s’équiper d’Internet en ADSL, même si les prix sont encore assez élevés : 30 000 francs CFA /mois pour une connexion de 128 k/s, 80 000 francs CFA/mois pour du 512 k/s. Le Très haut débit n’est qu’à ses débuts dans le pays.

Un nombre important d’opérateurs se partagent le marché béninois avec des qualités de services très différentes. Les opérateurs les mieux cotés actuellement sont : ISOCEL et PHARAON (réseau WIMAX), Bénin Télécoms (réseau câblé et WIMAX).