Santé et sécurité

Santé

Avant le départ

Il convient de consulter son médecin traitant qui sera en mesure de recommander les vaccins à recevoir. Il est par ailleurs recommandé de souscrire à une assurance couvrant les frais médicaux et le rapatriement sanitaire.

Paludisme

C’est une maladie parasitaire transmise par les piqûres de moustiques qui impose le recours à des mesures de protection individuelle (sprays, crèmes, moustiquaires, port de vêtements longs le soir…). Selon la durée du séjour et la période de votre volontariat, il est possible de prendre un traitement antipaludéen (à voir avec un médecin). Dès l’apparition de certains symptômes (maux de tête, de fièvre, de courbatures…), il est impératif de faire le test de la goutte épaisse. Les résultats s’obtiennent en quelques heures seulement, ce qui permet de commencer un traitement au plus tôt, le cas échéant.

Vaccins

Le vaccin contre la fièvre jaune est obligatoire. La mise à jour de la vaccination diphtérie-tétanos-poliomyélite est fortement recommandée, et de même pour le vaccin contre la méningite bactérienne A + C + Y + W135. Selon les conditions d’hygiène et la durée du séjour : fièvre typhoïde, hépatites virales A et B. La vaccination contre la rage peut également être proposée, dans certains cas.

Sécurité

En raison de la situation sécuritaire dans le Sahel, la menace terroriste au Burkina Faso est très élevée. Le Burkina Faso connaît des attaques terroristes à répétition depuis quelques années. La capitale a été frappée par des attentats de grande ampleur en janvier 2016, en août 2017 et en mars 2018. Il faut donc être particulièrement vigilant et privilégier les lieux sécurisés, notamment dans les grandes villes.

En tant qu’opérateur du Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, France Volontaires se fie et relaie les avis sécuritaires émis par le centre de crise et de soutien (CDCS) et l’ambassade de France. Il est vivement recommandé de se référer au site Conseils aux voyageurs et de notifier les déplacements maintenus via le dispositif Ariane.

Conseils aux voyageurs

Dispositif Ariane

Carte représentant les zones de vigilance. © Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères

 

Le risque d’enlèvement, notamment en zones rouge et orange, est sérieux. La zone rouge est formellement déconseillée. Les déplacements en zone orange sont déconseillés sauf raison impérative. Ils doivent s’accompagner de mesures de sécurité adaptées : escortes de sécurité, réduction de la durée de séjour en zone orange, hébergements sécurisés. Il convient de rester discret sur les itinéraires empruntés et les lieux de destination de ces déplacements.