Santé et sécurité

 

Santé

Conseils

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le site du Cimed.

Assurances

Avant votre départ, souscrivez à une compagnie d’assurance couvrant les frais médicaux et le rapatriement sanitaire, si cela n’est pas pris en charge par l’association qui vous envoie en mission. France Volontaires prend en charge pour ses volontaires une assurance santé (Labalette) qui couvre tous vos frais médicaux à partir du moment où vous êtes en mission, ainsi que les vaccins pré-départ non pris en charge par la sécurité sociale française, les antipaludéens achetés même en France dès lors que vous êtes sous contrat, et une assurance rapatriement (Europe assistance).

Principales maladies présentes au Congo

Paludisme :

Le Congo est en zone 3 pour le paludisme, selon l’OMS, la vigilance est donc de mise. La meilleure protection reste la prévention par l’utilisation d’une moustiquaire imprégnée, les répulsifs et le port de vêtements longs et clairs le soir, le moustique transmettant le paludisme, étant essentiellement actif le soir et la nuit.

Le niveau de risque varie d’un département à un autre, et est plus important en saison des pluies. Vous pouvez prendre un traitement prophylactique antipaludéen,  la durée de prise est généralement limitée à 3 mois. La plupart des volontaires et expatriés sur le long terme ne prennent plus de traitement prophylactique, mais cela reste un choix personnel, à prendre en concertation avec un médecin spécialiste des maladies tropicales.

Soyez vigilent : toute fièvre doit vous faire penser à un paludisme et vous amener à faire un test dit ‘de la goutte épaisse’. En effet, l’espèce de paludisme majoritaire au Congo (Plasmodium Falciparum) est la plus grave et peut, si la maladie n’est pas soignée à temps, être mortelle en quelques jours. Emportez avec vous à votre retour en France et lors de vos déplacements un traitement curatif et un test rapide. Il est important de se soigner au plus vite !

Sida :

Concernant le Sida, le taux de prévalence est officiellement de 4,2%. Il est sans doute plus élevé en réalité, prenez donc toutes les précautions.
Faites attention à la qualité des préservatifs, préférez ceux vendus en pharmacie où l’on trouve les marques européennes qui sont à favoriser.

Vers de Cayor :

Les vers de Cayor sont des larves pondues par des mouches (chaque mouche peut en pondre une centaine) sur le sol et les vêtements, et qui par la suite cherchent à gagner la peau d’un individu hôte pour se développer, créant un furoncle. Quand elle grandit, la larve est parfois perçue par son hôte. Pour se prévenir des vers de Cayor, il convient d’éviter de s’assoir directement sur le sol, mais surtout de sécher son linge à l’intérieur et de le repasser, puisque la chaleur du fer tue les larves.

Epidémies diverses :

Des épidémies frappent occasionnellement le Congo. Ca a été le cas d’une épidémie de polio déclenchée en 2010, d’une épidémie de choléra en 2011 et d’une épidémie de chikungunya en 2011 également. Occasionnellement, Ebola peut toucher le Congo. La tuberculose est aussi présente.

Ces maladies imposent une certaine hygiène : lavage des mains (avoir un gel hydro-alcoolique sur soi est pratique), éviter la viande de brousse (ne pas manger de singe à cause de la présence d’Ebola), protection contre les moustiques…

Eau et maladies diarrhéiques :

Concernant l’eau du robinet, elle n’est pas potable. Veillez à ne boire que de l’eau en bouteille, décapsulée devant vous, et éviter les glaçons (n’hésitez pas à les jeter si on vous sert un verre avec des glaçons).

Si vous le souhaitez, vous pourrez installer chez vous un filtre à eau pour l’eau du thé, des pates ou vous laver les dents ou bien faire bouillir son eau peut suffire. Vous trouverez des filtres à eau au Congo, à Sporafric par exemple.

Vous devrez également faire bien attention aux fruits et légumes. S’ils ne se pèlent pas, il vous faudra les désinfecter en les faisant tremper dans de l’eau additionnée d’un peu de javel ou de permanganate de potassium, en vente dans les pharmacies de Brazzaville.
Vérifiez également l’état des viandes que vous consommez. Lorsque vous mangez dehors, vérifiez à ce que votre plat soit bien cuit.
Enfin, prenez garde à la chaine du froid, notamment avec les coupures de courant chez vous (surgelés…). Sachez qu’au Congo, elle n’est pas toujours respectée…

Quand vous partez en brousse, emportez avec vous des cachets pour purifier l’eau. Toujours bien SE LAVER LES MAINS fait partie des règles de base.
Vous pourrez avoir quelques désagréments au début, mais votre système digestif s’habituera.

Onchocercose ou « cécité des rivières » :

L’onchocercose est une maladie tropicale transmise par une petite mouche noire (simulie dénommée « bimfiki » dans le Pool, « kibebelé » dans le Kouilou, « kifoukou » dans le Niari, « bingouiti » dans la Bouenza) surtout présente aux abords des rivières et du fleuve. La complication la plus grave de cette maladie est une cécité totale irréversible après plusieurs années d’évolution.

La « prévention » consiste en une prise de comprimés d’ivermectine (dose dépendant du poids) à prendre une fois par an. Ce traitement est actif également sur les vers intestinaux et d’autres filarioses, par contre, il n’est actif que sur les microfilaires et non sur les vers adultes (inutile d’attendre qu’ils grandissent !) …

Fourous :

Les fourous ne sont pas une maladie, mais un petit insecte noir qui pique (surtout les jambes) : pour être plus exacts, ils « mangent » un petit bout de peau et provoquent une intense démangeaison. On les trouve surtout dans les zones sableuses et herbeuses. On peut les éviter par le port de pantalons et au moyen d’un répulsif gras.

Soleil et chaleur :

La crème solaire est chère au Congo. Vous pouvez donc en mettre dans vos valises avant de partir. Par ailleurs, n’oubliez pas de boire suffisamment, encore plus en cas d’activité physique. Une déshydratation peut survenir assez rapidement.

Hygiène : 

Vous pouvez prendre avec vous du gel hydroalcoolique qui vous sera très utile lorsque vous mangez dehors.
Vous trouverez sur Brazzaville et Pointe-Noire serviettes et tampons, notamment dans les grands supermarchés.

Les hospitalisations sur place sont très déconseillées et les médecins n’hésitent pas à faire rapatrier dès que nécessaire.

Les vaccins :

Il est très fortement recommandé d’avoir ses vaccinations à jour avant de partir.
La vaccination contre la fièvre jaune est obligatoire et s’effectue dans un centre de vaccinations internationales, minimum 10 jours avant votre départ, il est valable 10 ans. Ayez avec vous votre carnet de vaccinations international à la descente de l’avion, il vous sera demandé, pensez à le prendre de manière générale lorsque vous voyagez en Afrique, de nombreux pays le demandent à la frontière. En plus de votre carnet de vaccinations international, prenez votre carnet de santé, en cas de problème, il pourrait être utile au médecin.

Concernant les autres vaccinations conseillées, France Volontaires demande à ses volontaires d’effectuer (ou d’avoir à jour) les vaccinations suivantes :
• Fièvre jaune
• DTPolio
• Typhoïde
• Méningite
• Hépatite A et B
• Tuberculose

D’autres vaccinations peuvent être conseillées : rougeole et rage notamment. Voir avec votre médecin.

Avant votre départ, vous pourrez effectuer les vaccinations remboursées par la sécurité sociale chez votre médecin généraliste. Pour les volontaires de France Volontaires, les autres vaccinations demandées par France Volontaires, effectuées dans un centre de vaccination agréé, seront remboursées par Labalette.

Coordonnées médicales

Vous trouverez ici la liste des centres médicaux de référence fourni par l’Ambassade de France.

Le Centre médico social français, situé dans le même immeuble que France Volontaires, assure les soins de base, il s’agit du médecin français de l’Ambassade. Le tarif pour les non adhérents à l’AFES (Association Française d’Entraide et de Solidarité) est de 25 000 FCFA et de 15 000 FCFA pour les adhérents. L’adhésion est de 20 000 FCFA.

Liens utiles

Pasteur
Recommandations de l’OMS pour les voyages internationaux
Recommandations de l’OMS pour les voyages au Congo
Fiche Cimed Brazzaville
Fiche cimed Pointe Noire

Retour en haut de page

Sécurité

Numéros d’urgence

Police de Brazzaville : 06 651 86 82
Gendarmerie de Brazzaville : 05 596 03 90
Pompiers de Brazzaville : 222 81 53 87 ou 118
Police de Pointe-Noire : 05 563 89 46
Ambassade de France , Brazzaville : 06 620 03 03 / 04 04 / 06 06 / 07 07 / 08 08.
Numéro d’urgence de l’Ambassade : 05 556 17 20
Consulat Général de France, Pointe Noire : 06 621 02 02 / 03 03
N° d’urgence du Consulat de Pointe Noire : 06 636 18 77
France Volontaires : 06 829 76 07

Gardiennage

Il est vivement conseillé d’avoir un gardien à son domicile, surtout pour la nuit. Il est important de trouver quelqu’un digne de confiance. Le salaire d’un gardien peut varier entre 60 000 et 100 000 (il est plus cher de passer par une société de sécurité).

Quelques conseils

Généralement, Brazzaville est une ville relativement sûre. Il n’est pas dangereux de s’y promener seul à pied. Cependant, il est recommandé :

  • D’éviter de circuler seul la nuit et d’informer un proche de ses déplacements
  • De ne pas porter de grosses sommes d’argent sur soi
  • D’être vigilent lorsque vous tenez à la main votre téléphone portable, appareil photo ou autre appareil électronique
  • De laisser son passeport et documents importants en lieu sûr, et de ne conserver sur soi qu’une photocopie qui pourra être certifiée conforme au consulat de France
  • En cas d’agression, de n’opposer aucune résistance, et de vite le signaler au poste de sécurité le plus proche
  • De se prêter aux contrôles policiers avec le sourire…

Pour toutes les questions de sécurité au Congo, nous vous conseillons de consulter la page « Conseils aux voyageurs » du Ministère des Affaires Etrangères et Européennes.

Vous trouverez également sur ce document les règles de sécurité préconisées par France Volontaires en Afrique Centrale.