Présentation du pays d'accueil

Géographie :

Entre la Colombie et le Pérou, l’Équateur, ce petit pays grand comme la moitié de la France, s’étend du Pacifique à l’Amazonie en enjambant la cordillère des Andes, ici appelée Sierra.
Malgré sa modeste taille, l’Équateur offre une étonnante palette de paysages et de cultures.

Il s’agit d’un pays divisé en trois régions distinctes : la côte Pacifique, la cordillère des Andes et l’Amazonie équatorienne. À cela s’ajoute les Galápagos, réservoir de faune unique au monde.

Données géographiques

Superficie : 256 370 km2
Capitale : Quito (2,2 M d’habitants)
Villes principales : Guayaquil (2,3 M d’habitants), Cuenca (0,32 M d’habitants)
Langue officielle : espagnol (93% de la population).
Langues amérindiennes : kichua (4 %), shuar
Monnaie : dollar américain
Fête nationale : 10 août

Population :

En Equateur, la population est mixte, diversifiée et métissée. Elle compte une population blanche (environ 6%), métis (amérindiens et blancs, environ 72%), indigène (25%) européenne et créole (ces derniers étant des descendants directs des colons espagnols, env. 7%) et afro-équatoriens (environ 5%).

L’Equateur est un pays multi-ethnique et multiculturel avec une population d’environ 17 million de personnes. L’espagnol est la langue officielle en Equateur mais l’on compte aussi 2 langues indigènes officiellement reconus,14 nationalités indigènes et 18 communautés indigènes.

Données démographiques

Population : 16,38 M d’habitants (2016)
Croissance démographique : 1,57 % par an (PNUD, 2010-2015)
Espérance de vie : 76,12 ans (PNUD, 2015)
Taux d’alphabétisation : 94,46 % (PNUD, 2005-2015)
Religions : catholique (74%), protestante (10 %)
Indice de développement humain (Classement ONU) : 0,74 (89ème rang sur187 en 2015)
Taux de pauvreté : 23,3 % de la population en 2015 contre 44,6 % en 2004

Economie :

L’Equateur possède une variété de ressources naturelles comme le pétrole, la banane, les fleurs et les crevettes. L’apport des devises apportées par les équatoriens étant à l’étranger. Depuis peu, on observe une explosion du secteur touristique. L’Equateur a connu une croissance forte depuis le début des années 2000. Toutefois, la hausse du dollar, monnaie officielle depuis mars 2000, combinée à la chute du prix du pétrole ont fortement ralenti la croissance en 2015.

Données économiques :

Monnaie : dollar des États-Unis
PIB : 98,01 Md USD (2016)
PIB par habitant : 5 929 USD (2016)
Taux de croissance : – 1,5 % (2016, Banque centrale)
Taux de chômage : 5,21 % (2016)
Déficit budgétaire : -6,57 % du PIB (2016)
Taux d’inflation : 1,72 % (2016, Banque mondiale)

Source : MAE

Nourriture :

La cuisine équatorienne inclut une importante variété de fruits et légumes. L’Equateur est aussi reconnu pour la qualité de ses poissons et ses fruits de mer ainsi que ses innombrables variétés de pommes de terre, maïs et bananes plantains et cacao. Le déjeuner typique en Equateur comprend du riz, des pommes de terre, de la viande comme du boeuf ou du poulet, du porc dans la région de la Sierra et de nombreuses variétés de soupes. Vous pourrez découvrir une sauce piquante appelée aji. On la trouve sur les tables des restaurants pour les almuerzos (plat du jour).

Quelques exemples de plats typiques :

Bolón de verde : beignet de banane plantain fourré au fromage, très nourrissant.

Ceviche : poissons ou crustacés cuits puis marinés dans du citron (ou seulement marinés).

Cuy : cochon d’Inde. Prononcer… « couille ». Vendu à l’unité, c’est un mets de fête, souvent hors de prix car il possède une valeur symbolique pour les Indiens. Sa chair, généralement rôtie ou grillée, est assez grasse mais succulente

Empanadas : chaussons fourrés d’origine argentine et chilienne. On en trouve au fromage, à la viande ou au poulet.

Encebollado : plat typique de la côte pacifique. En fait, une soupe de poisson (généralement de l’albacore) à base de manioc. Bien pimenté, on lui ajoute quelques gouttes de citron vert. Servi le matin, il a la réputation d’effacer la gueule de bois.

Fritada : viande de porc cuite pendant plusieurs heures (jusqu’à tendreté) et accompagnée de banane maduro, de maïs grillé (éventuellement soufflé ou bouilli) et de pommes de terre frites. Ce peut être un régal !

Quinoa : surnommé « le blé des Andes ». C’est la graine bio par excellence, car on n’est pas obligé de la traiter pour la cultiver. Sacré chez les Incas, le quinoa permet de faire de la farine sans gluten. En Équateur, il est souvent utilisé dans les soupes.

Sopas : très copieuses, les soupes peuvent presque constituer un repas.

Gouvernement :

L’Equateur est une démocratie depuis 1979.

La situation politique à la fin des années 1990-2000 était instable à cause du nombre important de présidents qui se sont succédés.

Le dernier président Rafael Correa a effectué deux mandats de 2007 à 2017, son principal objectif était de transformer le système politique équatorien avec la mise en place d’une Révolution Citoyenne. Pour cela il créé une nouvelle constitution approuvée par plus de 80% de la population.

En 2017, après le second mandat de Correa, c’est l’Alianza Pais présidé par Lénin Moreno le vice-président qui remporte les élections.

Enjeux de développement

Les principaux acteurs de la coopération internationale en Equateur

Le réseau français de coopération

Démarches juridiques pour les ONG

Les politiques publiques

Rapport de l’Université Andine Simon Bolviar sur l’état des droits de l’homme en Equateur (2011)

Publication du Sécrétariat National de la plannification et du développement sur la politique sociale (2011)

Nous vous conseillons de visiter le site de la Defensoria del Puueblo, institution Nationale qui promeut le respect les droits de l’homme.

Autres informations et statistiques

  • Statistiques officielles  sur le pays : INEC

  • Statistiques de l’Aide Publique au développement : OCDE

  • Rapports de la Commission Economique pour l’Amérique Latine : CEPAL

Presse nationale :