Vie quotidienne

Logement

Les conditions de logement varient en fonction du lieu de votre mission mais il est de manière générale difficile de trouver un logement en Haïti, qui sont souvent onéreux.

  • Activer votre réseau de contacts sur place et faire savoir autour de vous que vous recherchez un logement.
  • Passer par un agent (auquel vous devrez verser une commission, généralement 1 mois de loyer) ou un courtier.
  • Demander à votre structure d’accueil de vous aider dans votre recherche.

Plusieurs éléments sont à considérer pour un logement en Haïti :

  • On trouve peu de studios et de logements meublés, particulièrement en dehors de Port-au-Prince. Les colocations sont possibles.
  • Il est important de s’informer avant de lancer la recherche : certaines zones sont déconseillées à Port-au-Prince ou au Cap Haïtien par exemple pour des questions de sécurité.
  • De nombreux logements n’ont pas d’accès à l’électricité ou à l’eau. Renseignez-vous bien sur ces questions au moment de votre recherche.

Abonnement eau/électricité/gaz

L’accès à l’eau ou à l’électricité n’est pas forcément inclus lorsque vous vous logez en Haïti. Il est donc recommandé de voir avec le propriétaire de votre logement en amont si ce type de charges est pris en compte dans la location.

Eau : il s’agit généralement d’un abonnement annuel auprès de la DINEPA – Direction Nationale de l’Eau Potable et de l’Assainissement. Si l’abonnement n’est pas inclus dans les charges, il faut donc prendre contact avec la DINEPA. D’autres options existent également : le logement ou la résidence peuvent être équipés de cuves de récupération d’eau de pluie ou de cuves qui peuvent être remplies par des camions citernes. Avant d’entreprendre une démarche qui peut s’avérer longue et coûteuse, mieux vaut donc discuter directement avec le propriétaire du logement.

Electricité : l’accès à l’électricité (EDH) peut être parfois compliqué en Haïti en fonction du lieu où vous vous trouvez. Il y a de nombreuses coupures et tous les logements ne disposent pas d’un compteur. Sur cette question, il est également recommandé de s’informer auprès du propriétaire du logement, notamment sur la présence d’une génératrice ou d’un inverter, et éventuellement de s’équiper si ce n’est pas le cas.

Vous trouverez sur le site de l’EDH les démarches à effectuer pour souscrire à un abonnement.
Pour vos équipements électriques, les prises électriques US sont utilisées. Veillez à emporter avec vous des adaptateurs de prises.

Gaz : dans la majorité des cas, le gaz de ville n’est pas installé dans les maisons, il faut utiliser des bombonnes. Vous en trouvez dans les stations essence.

Accès à Internet & Téléphone

Internet

De nombreux fournisseurs d’accès à Internet existent aujourd’hui en Haïti : Access Haïti, Digicel, Natcom, Hainet, etc.

Une gamme d’offres est proposée : avec installation d’une antenne, achat d’un modem ou d’une clé 3G (compter environ 1400 HTG / 30 € pour une connexion d’un mois avec une clé).

Toutes les informations sont disponibles par téléphone, sur leur site Web ou dans les boutiques des fournisseurs.

Téléphone

Les deux principales compagnies de téléphonie mobile sont Digicel et Natcom. La pratique la plus courante est l’achat de carte SIM puis de recharges du montant de votre choix. Les recharges s’achètent soit en magasin, soit dans la rue auprès de personnes portant un dossard de la compagnie (service appeler Papapdap).

Les téléphones fixes sont peu utilisés en raison des nombreuses coupures de courant.

Déplacements

Les déplacements dans le pays sont longs, même si de nombreux travaux de construction de route ont été initiés. Très souvent, on compte les distances en heures. Par exemple, pour se rendre dans le Plateau Central (Hinche), distant de la capitale d’une centaine de kilomètres, il faut environ 2 heures de voiture. Pour aller de Port-au-Prince aux Cayes, il faut compter près de 4 heures de voiture. Pour le trajet de Port-au-Prince au Cap-Haïtien, il y a minimum de 5 à 6 heures de route.

Conseil pratique : de manière générale, il faut être très prudent dans le choix des moyens de transport en commun et éviter de vous déplacer si vous êtes seul(e) la nuit.

Moyens de transport

Véhicule particulier :

Si votre organisation met un véhicule à votre disposition ou si vous achetez une voiture, cela facilitera vos déplacements mais risque d’être très coûteux. Etant donné l’état de certaines routes, les véhicules tombent souvent en panne. Nous recommandons un suivi régulier du véhicule.

Par ailleurs, la conduite en Haïti est relativement dangereuse, du fait de l’anarchie de la circulation, de l’inconscience de bon nombre de chauffeurs de transport en commun, de l’état général des véhicules, des nombreux dangers qui surviennent sur la route (traversée impromptue d’enfants, d’adultes, d’animaux, …). C’est pourquoi la plus grande prudence s’impose, ainsi qu’une vitesse adéquate.

Enfin si vous conduisez en Haïti, il faut effectuer des démarches pour obtenir un permis de conduire haïtien ; le permis de conduire international n’étant valide que pour une durée limitée.

En ville :

Les taxis et taxis moto :

Les taxis sont bon marché. Quelques gourdes pour un trajet en ville. Pour une distance relativement courte, comptez 30 gourdes – 0,40 € (il faut toujours préciser la destination avant de monter dans le taxi). Ce prix varie en fonction de l’état de la route et de votre destination. A Cap-Haitien, le tarif est fixe, il est de 25 gourdes – 0,33 €.

Les taxis moto permettent également de se déplacer facilement (plus rapide notamment pour éviter les embouteillages). Le prix est plus élevé que pour un taxi voiture et varie en fonction de la distance à parcourir.
Il faut être très vigilant si vous utilisez les taxis moto car il y a beaucoup d’accidents liés à la mauvaise conduite et à la vitesse. Certaines organisations interdisent le recours aux taxis moto pour des raisons de sécurité.
Si vous souhaitez circuler en taxi moto, nous vous recommandons d’acheter un casque et des équipements de protection et de privilégier le choix de chauffeurs de taxis moto connus de votre réseau.

Les tap-tap :

Les tap-tap sont des camionnettes qui font des liaisons suivant un itinéraire fixe (inscrit sur l’avant du véhicule) entre le centre-ville et les différentes banlieues. Les prix sont fixés selon la destination et varient entre 10 et 30 gourdes. Il est conseillé de se faire confirmer la destination avant de monter dans un tap-tap.

Les bus et camions :

Les bus et les camions desservent les villes de province, et la République Dominicaine. A tarif modéré, les prix varient d’une province à l’autre. Les voyages en province peuvent être longs et dangereux en fonction du conducteur et de l’état de la route.