L’école maternelle de Mbandjock centre a fait peau neuve

25/10/2018

Mercredi 19 septembre avait lieu l’inauguration des travaux de réfection de l’école maternelle de Mbandjock centre. Une trentaine de personnes étaient présentes. La cérémonie a débuté par une série de discours entrecoupé par des prestations des enfants de l’école ou d’anciens élèves venus spécialement pour l’occasion. Après avoir coupé le ruban, les invités ont visité l’école menée par la directrice afin qu’ils constatent les travaux réalisés mais aussi se réapproprient les lieux. En effet, avec 60 ans d’existence, cette école publique a accueilli la plupart des invités présents.

 

 

Des travaux de réfection « du sol au plafond »

« Chaque enfant qu’on enseigne est un homme qu’on gagne » disait Victor Hugo. Il disait aussi « Instruire c’est construire ». Mais pour instruire, il faut des lieux. Il faut des écoles. Il faut les construire. Il faut les faire vivre. Il faut les entretenir.

Les communes ont la responsabilité des écoles publiques. Toutefois, le budget qu’il leur est alloué ne leur permette pas d’assurer pleinement cette responsabilité comme la soulignait l’inspecteur de l’éducation de Mbandjock dans son discours. C’est pourquoi, il a tenu à remercier la Fondation SOSUCAM et France Volontaires pour le travail réalisé et félicité l’Association des Parents d’élèves et des enseignants (APEE) de la détermination et du courage qu’elle a fait preuve.

Cela fait plus de 2 ans que main dans la main, l’APEE et la Fondation SOSUCAM travaillent ensemble pour que ce projet se réalise…

« Octobre 2016, l’APEE de l’école maternelle de Mbandjock centre s’est rendue dans les locaux de la Fondation SOSUCAM afin de demander un appui pour réhabiliter leur école. A la suite d’une visite de l’école, la Fondation n’a pu se résoudre à ne rien faire. Toutefois, le budget requis pour sa réhabilitation est trop élevé pour qu’elle puisse prendre à elle seule en charge ces travaux. Ainsi, avec l’APEE, la Fondation a commencé à chercher des financements externes. Une première piste fut trouvée : la Fondation Mazars. Un dossier fut soumis mais malheureusement, le dossier fut refusé. Ainsi, la fondation a repris ses recherches et s’est tournée cette fois vers une source de financement participatif : le crowdfunding.

Au même moment, France Volontaires venait de nouer un nouveau partenariat avec Wee-Jack (www.wee-jack.com) un réseau social de solidarité internationale. Dans le cadre de ce nouveau partenariat, France Volontaires recherchait un projet à appuyer. La Fondation a saisi cette opportunité et a remporté l’appel à projet. C’est à partir de cet instant-là que tout a commencé.

(http://fondations-somdiaa.com/2017/10/cameroun-crowdfunding-pour-lecole-maternelle-de-mbandjock/)

La fondation et l’APEE ont dû s’armer de patience, de détermination et surtout de courage face aux nombreux obstacles et difficultés qui se sont dressées devant eux. Mais ce fut également des moments de grandes joies… Lorsque France Volontaires a répondu positivement à leur demande d’appui technique pour collecter les dons, lorsque la cagnotte de dons augmentait, lorsque des groupes et des personnes se sont mobilisés bénévolement pour prêter main-forte pour les travaux de réhabilitation. »

Ce fut 3 442 950 FCFA (5 237€)qui furent collecté grâce à des donateurs aussi bien localement qu’à l’étranger.

Cette école est le symbole de la solidarité, du dynamisme de la commune, de son développement, de sa jeunesse et de sa foi dans l’avenir. Tout est possible quand on y croit.

L’Ecole c’est la Vie. L’Ecole c’est la Ville. L’Ecole c’est l’Avenir.

Pour toutes ces raisons, il est normal et légitime que tout le monde y consacre son énergie.

Cela demande du temps, de la patience, de la détermination et de l’argent mais il n’y a pas meilleur récompense que le sourire d’un enfant.

 

Céline MASSON, Chargée de projet/ Conseillère extérieure et operationnel terrain en VSI à la Fondation SOSUCAM.