Témoignage de structure d'accueil

31/07/2018

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je suis médecin diplômé des Universités de Lille II et Paris VI en France, et de Emory University à Atlanta aux États Unis d’Amérique, expert en développement communautaire. Avec plus de 35 ans de vie professionnelle tout à tour comme enseignant à Johns Hopkins University à Baltimore, doyen de faculté à Future Generations en Virginie de l’Ouest, expert-consultant et gestionnaire-évaluateur de programmes de développement en Afrique, Amérique Latine et Asie, j’ai réussi le pari d’une parfaite intégration dans la modernité sans jamais rompre mes attaches avec mon village natal Ntsingbeu dont je suis le chef traditionnel. Mon engagement dans le développement et la lutte contre la pauvreté remonte au début des années 1980 avec la mise sur pied d’un Groupement d’Agriculteurs Modernes (GAM) qui a donné naissance par la suite à l’Association Camerounaise pour la Santé et le Développement (ACSD) en 1990 puis à TOCKEM en 2001.

Affiche Tockem Tourisme

 

 

Pouvez-vous présenter votre structure et ses différentes missions ?

TOCKEM une association à but non lucratif créée en 2001.  Au cœur de l’Ouest camerounais, elle  est l’un des acteurs phares du développement du département de la Menoua. Notre mission consiste à encourager, accompagner et porter les initiatives de développement des communautés locales.

Nos activités se déclinent essentiellement en 5 volets : santé, éducation, eau et assainissement, gestion des déchets et  tourisme solidaire et équitable. Nos principaux objectifs sont:

  • Améliorer les conditions sanitaires des populations avec une attention particulière pour la promotion de la santé de la mère et de l’enfant ;
  • Améliorer les conditions d’étude et d’apprentissage des enfants en situation scolaire ;
  • Promouvoir un développement local durable bénéficiant en priorité aux populations les plus vulnérables ;
  • Développer et promouvoir le tourisme solidaire comme outil de développement local.

Comment l’idée d’accueillir un volontaire international vous est-elle venue, pourquoi avoir décidé d’accueillir un volontaire international ?

Notre structure avait besoin d’expertise spécifique notamment dans le domaine de la gestion des déchets  et de l’eau.  Le Volontariat de Solidarité Internationale répondait à nos besoins en assistance technique tout en répondant à nos valeurs de solidarité  et d’échanges Nord Sud. Le Volontariat de Solidarité Internationale a aussi un rôle de médiation, valeur centrale de TOCKEM. Il facilite les relations de coopération internationale.

Pouvez-vous nous parler de la structure d’envoi avec qui vous êtes pour accueillir ce volontaire ?

Depuis sa création, TOCKEM est convaincu de  l’importance de construire des partenariats au sud comme au nord. Les échanges donnent du sens au monde solidaire pour lequel nous voulons être acteurs d’où d’ailleurs la dénomination même de notre association « TOCKEM », mot ayant une très grande valeur au village et signifiant médiation.

C’est dans ce cadre que depuis bientôt 20 ans, ELANS, association française, est le  partenaire privilégié de TOCKEM. Créée en 2001 par un médecin, le Dr Christophe VANHECKE, lié par des liens d’amitié avec le Dr Pierre Marie METANGMO et leur sensibilité forte sur l’amélioration des conditions sanitaire par le biais du développement des territoires, ELANS a développé initialement ses activités de solidarité dans le domaine de la santé puis a élargi ses domaines d’intervention sur l’éducation, la gestion des déchets, l’eau et assainissement et le tourisme solidaire et équitable.

Nos efforts conjoints nous ont permis la mise en place du jumelage coopération  entre Halluin (France) et Nkong-Zem (municipalité à laquelle appartient notre village de Ntsingbeu) et de négocier un accord de partenariat, en  2007, entre le Conseil Départemental du Département du Nord de la France et le département de la Menoua au Cameroun.

Comment s’est passée l’arrivée au sein de votre structure ?

L’arrivée des premiers volontaires en 2011 s’est passée sans aucune difficulté car depuis des années, TOCKEM recevait déjà des stagiaires, des groupes de jeunes et bénévoles. Les populations locales ont l’habitude de recevoir et d’échanger.

De plus grâce au soutien de France Volontaire qui prépare avec nous l’accueil et l’intégration des volontaires  tout se passe chaque fois dans les meilleures conditions possibles.

Selon  vous, en quoi cette mission est bénéfique pour vous ?

Elles sont bénéfiques sans aucun doute. Le transfert de compétences à notre équipe locale est appréciable (renforcement des capacités et des compétences professionnelles en gestion de projet, en  recherche de financement, en communication.). De plus, les missions permettent une ouverture de notre équipe sur le monde extérieur. C’est une opportunité d’échanges et d’enrichissement réciproque entre deux visions ou deux cultures professionnelles différente.

Pour vous, que représente France Volontaires ?

France Volontaires c’est une structure qui permet l’apprentissage des relations interculturelles et la participation active des jeunes en tant que citoyen du monde à travers des projets portés par nos structures locales.

C’est aussi un partenaire sur lequel on peut compter au quotidien  dans l’accompagnement de nos volontaires.

Cette mission prépare-en-t-elle de nouvelles ?

Évidemment !  Déjà plus de 7 ans de partenariat avec France Volontaires. On ne va arrêter une si belle aventure 

Si vous deviez résumer en quelques mots le volontariat, ça serait… ?

Engagement, Solidarité, Partage et Échanges