Rencontre avec Fabien, volontaire La Guilde à Télimélé pour OPALS Guinée

07/05/2019

Entre 2012 et 2016, OPALS a développé un programme de soutien à la Direction Préfectorale de la Santé (DPS) de Kindia, visant à renforcer les services de santé maternelle et infantile dans les 14 centres de santé de la Préfecture. Le projet étant maintenant terminé, un second projet de renforcement des services de santé maternelle et infantile a été lancé dans la Préfecture de Télimélé, située au nord-ouest de Kindia, une zone vétuste et enclavée et dans laquelle les soins sont très limités.

C’est donc à Télimélé que nous nous sommes déplacés pour rencontrer Fabien et une partie de l’équipe OPALS sur le terrain. Toujours dans le but de comprendre concrètement les missions des volontaires et de les valoriser, nous avons suivi Hawdiatou, Kadiatou et Fabien pour une journée découverte.

Après 45 minutes de route, nous sommes arrivés dans le village de Gougoudje où avait lieu un théâtre de rue dans le cadre des activités de sensibilisation d’OPALS.

Le thème du jour était la santé de l’enfant avec comme toile de fond l’histoire de deux familles… Une suivant les conseils de prévention rapportés par le Président du Comité d’Hygiène et Santé de son village et une autre qui décide de faire à sa façon.

Pendant le spectacle, les comédiens parlent et mettent en scène des actions de prévention simples comme l’utilisation de la moustiquaire, l’attention portée aux repas pour bien respecter les besoins nutritifs de l’enfant et ne pas lui donner des aliments en dehors du lait maternelle, essentiel à son développement. Ils mettent en avant l’importance de la vaccination et celle d’aller dans les centres de santé dès les premiers signes de maladie. Ne pas attendre pour que les séquelles ne soient pas irréversibles, c’est le message de ces scénettes jouées au milieu du village, dans un endroit assez fréquenté pour faire venir le plus de monde possible.

Vous l’aurez deviné, la famille ayant tourné le dos à sa communauté en mettant de côté certaines recommandations voit son enfant tomber malade. Rassurez-vous, la fin n’est pas tragique puisque le cas sérieux de l’enfant finira par inquiéter les parents qui iront demander pardon à la communauté et aux familles qui voulaient l’aider. Ils finiront par suivre les conseils et soigner leur enfant.

N’oublions pas que les croyances et traditions locales sont fortes dans certaines régions et peuvent expliquer que certaines familles ne fréquentent pas les structures de soin. Certains préfèreront se tourner vers des guérisseurs et suivre la méthode traditionnelle plutôt que de faire confiance aux médecins dans les hôpitaux ou centres de santé. Ce n’est donc pas un reflexe pour tout le monde et il convient de redonner confiance et d’expliquer que les centres de santé peuvent apporter une aide vitale sans nécessiter une prise en charge financière élevée.

Après cette représentation, nous sommes allés visiter le centre de santé de Gougoudje, équipé et réhabilité par OPALS (pour la maternité, la salle de consultation et le laboratoire). La mise à disposition d’un plateau technique amélioré via la réhabilitation et l’équipement des structures de santé étant un des volets de l’action de l’ONG.

Notre troisième et dernière visite s’est poursuivie à l’hôpital de Télimélé pendant la formation pratique d’une dizaine de laborantinsLe renforcement des compétences du personnel soignant fait aussi partie des objectifs d’OPALS via la formation médicale et la supervision dans chacun des 14 centres de santé de la Préfecture.

Pendant une semaine, ces apprentis-laborantins sont donc formés à la théorie et à la pratique, notamment pour savoir utiliser le matériel mis à disposition par l’ONG. Lors de notre passage, le test de dépistage VIH était au programme ; en plus de l’observation et de l’explication des équipes locales d’OPALS, nous avons pu jouer au patient pour permettre aux élèves de s’exercer dans des conditions réelles. Après dix minutes d’attente… Résultat négatif ! Ouf !

Ce programme de renforcement de capacités est mis en œuvre avec les autorités sanitaires du pays (Ministère de la Santé, Directions Régionale et Préfectorale de la Santé) et il bénéficie du soutien de l’AFD, de la Mairie de Paris et du Groupe SucDen.

Comme nous l’a expliqué Fabien au terme de cette journée terrain, les efforts continuent à être mener sur la Préfecture de Télimélé via un accompagnement des relais communautaires dans leur sensibilisation auprès de la communauté et un suivi rapproché des agents de santé dans leur pratique de soins au quotidien. L’enjeu majeur de ces prochains mois va être la migration de l’équipe entière d’OPALS Kindia à Télimélé puisque les activités de l’ONG sont majoritairement concentrées dans la région. Pour Fabien, c’est un changement logique et essentiel pour être au plus près des bénéficiaires et comprendre la réalité du terrain.

L’équipe OPALS est également en train de réfléchir à une solution durable pour rassembler et traiter les déchets médicaux de l’hôpital de Télimélé… Affaire à suivre !