Une mission au rythme du balafon et des djembés de MARAGUIRI

08/04/2019

Imaginez-vous une salle pleine d’artistes avec danseurs et percussionnistes…

Imaginez les djembés qui raisonnent, qui transcendent sublimés par des chants traditionnels…

Imaginez les pas endiablés de la troupe de danseuses, envoûtées par le rythme des percussions…

Ca y est, vous visualisez ?

Et bien c’est l’environnement dans lequel travail Matthieu DELAGE, Service Civique Coo’leurs du Monde depuis 4 mois.

L’association Maraguiri est un partenaire particulier et de longue date de l’Espace Volontariats de Guinée mais cela fait seulement quelques mois que des volontaires accompagnent Alseny BANGOURA et la troupe dans leur développement. Une première pour cette association très active et avec une énergie débordante que nous avons pris plaisir à accompagner lors du montage de la mission.

L’Association créée en 2012 et basée à Angoulême est constituée majoritairement par des personnes issues de la diversité. Elle a pour mission : la promotion de la Culture Africaine et Guinéenne, la valorisation du patrimoine Artistique et Culturel, l’organisation des  ateliers des Percussions et Danses africaines, la promotion de la Diversité et l’Interculturalité, la participation aux actes de solidarités en France et vers les pays du sud, l’Education à la Citoyenneté et s’engage dans les dispositifs Européens tels que Erasmus et le Service civique international avec l’’envoi et l’Accueil de jeunes.

Maraguiri porte mieux que personne le volontariat de réciprocité puisqu’en plus d’avoir accueilli Matthieu DELAGE en Guinée, elle a permis à deux jeunes guinéennes de partir à Angoulême sur des missions de communication et de promotion de la gastronomie guinéenne en France.

Du côté de l’antenne locale, le Quartier Général de Maraguiri est à la Maison des Jeunes de Kobaya, une banlieue nord de Conakry. «Premier bébé », « enfant gâté de la troupe », Matthieu DELAGE est donc le tout premier volontaire à soutenir l’association. Il manage la troupe au côté d’Alseny Bangoura, organise l’agenda des artistes, aide les artistes à trouver des représentations et à se faire connaître pour que leur visibilité soit à la hauteur de leur talent. Mi agent- mi chargé de communication, Matthieu n’a pas le temps de s’ennuyer… En plus de documenter le travail de la troupe, lui et l’équipe locale se sont lancés depuis janvier dans un projet de festival de films étudiants.

De passage à Dubréka il y a 3 mois, ils ont rencontré les étudiants en cinéma et se sont rendu compte qu’ils n’avaient que peu, voire pas, d’opportunités de diffuser et faire connaître leurs projets. Promouvoir la culture guinéenne sous toutes ses formes étant l’objectif N°1 de Maraguiri, ils ont vu à travers cette demande, une nouvelle chance de soutenir la création mais cette fois-ci d’un point de vu cinématographique.

Friant de nouveaux projets et avec la volonté d’aller plus loin encore que la musique et la danse, l’équipe a voulu aider ces jeunes et tente désormais le pari fou de créer le premier festival de cinéma à Conakry.

Un projet qui demande une énergie folle et beaucoup d’investissement car tout est à faire et à construire. Sans véritable soutien financier derrière, les exigences de départ ont été revues à la baisse mais le festival aura bien lieu du 26 au 28 avril. France Volontaires en Guinée soutient d’ailleurs cette initiative et cette volonté de sortir de l’ombre les talents guinéens de demain, dans tous domaines de l’Art confondus.

Matthieu le dit, le volontariat aura changé sa vision des choses. Lui qui participait de loin aux initiatives des associations en France, il se voit désormais bien plus actif et engagé à son retour prévu dans 2 mois. Titulaire d’une licence en communication, il voulait se confronter au monde du travail avant de se replonger dans les études ; une manière pour lui de se rendre compte de ce qu’est le travail sur le terrain, loin des bouquins. Une manière aussi de travailler pour les autres, là où les études et la démarche personnelle qui en découle le permettent moins.

Parmi les projets mis en place par Matthieu depuis son arrivée, on note la création d’un press-book pour les artistes ; un outil essentiel, véritable carte d’identité créative qui permet de présenter l’artiste, ses compétences et ses projets. Des fiches sur les spécificités culturelles sont également en cours de création pour documenter davantage ce beau pays qu’est la Guinée puisqu’on trouve encore très peu d’informations dans les livres, guides ou encore sur internet.

Vous pourrez retrouver l’interview de Matthieu et des autres volontaires en Guinée dans le prochain documentaire sur le volontariat que nous sommes en train de réaliser… La suite de leurs aventures est donc à suivre sur YouTube, restez connecté !