Vers Boffa et au delà

30/04/2018

Après un réveil très matinal et quelques secousses routières, l’équipe de l’EV Guinée est arrivée à Boffa le 24 avril pour deux jours de terrain auprès des volontaires de Charente-Maritime Coopération.

Comment parler et promouvoir le volontariat si on ne parle pas des volontaires et de leurs missions ?

C’était donc l’objectif de cette rencontre prolongée – appelée « EV Mobile » – qui a permis de rendre concrètes leurs actions et de réaliser des interviews, photos, vidéos en vue d’un prochain reportage.

C’est Charline ATTIA, Coordinatrice CMC, et son équipe qui nous ont accueillis et ont organisé ces deux jours ; une rencontre importante qui nous aura permis d’avoir une idée globale mais claire de ce que fait CMC au quotidien.

Revenons un peu en arrière (en 1992 pour être exact) pour quelques éléments de contexte…

CMC est une ONG implantée en Guinée depuis 1992 et plus particulièrement à Boffa. Leur intervention s’étend sur les 8 communes de la préfecture avec 4 principaux volets d’action :

1. Appui aux Collectivités locales via la formation des élus locaux, l’appui administratif, le cofinancement d’infrastructures collectives

2. Le désenclavement des zones rurales et l’assainissement

3. Le développement de la filière économique via le sel solaire (activité emblématique de CMC ; la première ayant été développée)

4. L’accès à l’eau via la mise en place des ACE (Agence Communale de l’Eau)

Côté chiffre, CMC à Boffa c’est donc 5 volontaires envoyés par le CEFODE et une équipe locale de 20 personnes déployées sur la base mais aussi à travers les 8 communes d’intervention.

En attendant les présentations en vidéo (le montage est en cours), voici le récap du programme :

// Jour 1 //

CMC et France Volontaires Guinée avaient convié les acteurs de la société civile de Boffa pour un moment d’échange et de présentation du volontariat, de la mission de France Volontaires et du rôle d’un Espace Volontariats. L’occasion pour Entrepreneur du Monde (structure d’accueil à Boffa représentée par son Chargé de programme Dieudonné Ndemign) et Charente-Maritime Coopération de parler également de leur structure et de répondre aux questions des 22 participants.

Plusieurs associations étaient représentées dont : GRENPAH, JUD, AJDB, AJPAD, PFJC, Denkheneya, API Guinée.

// Jour 2 //

Départ 8h direction la commune rurale de Douprou pour rencontrer les producteurs et comprendre la différence entre les techniques de production traditionnelles et solaires.

Un moment particulièrement enrichissant et très instructeur pour comprendre les enjeux de ces techniques et surtout les avantages du Sel Solaire en comparaison avec la technique dite traditionnelle.

Nous avons rencontré Kaba Camara, grande star du réseau CMC et plus gros producteur de Sel Solaire en Guinée depuis de nombreuses années. Faisant partie désormais de son activité principale, la production de sel solaire lui a permis de générer un revenu significatif. Nous nous sommes rendus sur son exploitation où il a pris le soin de nous expliquer ce que le passage à la technique solaire lui avait apporté.

Aider les producteurs en leur fournissant des équipements et en les formant sur la méthode d’extraction de sel solaire est une des missions de CMC mais l’association ne s’arrête pas là…

En effet, l’enjeu est également d’accompagner les producteurs dans la commercialisation des produits pour leur permettre d’avoir une activité génératrice de revenu. C’est donc l’objectif du Comptoir Sel Solaire, managé par Ousmane Touré, qui améliore l’accès aux intrants de production, achète le sel aux producteurs, le conditionne et le commercialise (notamment via la nouvelle boutique Consommons Guinéen).

 

Aujourd’hui, Charente-Maritime Coopération appuie 8 coopératives, qui produisent en moyenne 300 tonnes de sel par an.

Après le sel, place à l’eau… Charline avait prévu une après-midi focalisée sur le volet hydraulique et une rencontre avec le GRENPAH pour parler notamment de la gestion des déchets.

« Grâce aux bailleurs, nous avons pu faire des forages et des puits améliorés et arriver à la création de la première Agence Communale de l’Eau (ACE) en 2007. Aujourd’hui nous essayons de développer des infrastructures plus innovantes, qui dépendent de la démographie, de la zone géographique et de la densité de population. Concrètement notre mission porte sur l’analyse financière des 3 ACE existantes (réunissant au total 174 comités de gestion) pour les rendre 100% autonome d’ici 3/4 ans.

Nous avons aussi un gros boulot pour sensibiliser les communes et les élus afin qu’ils injectent une partie de leur budget dans ces infrastructures et qu’ils se rendent compte que ce sont des investissements pour sécuriser l’avenir et le développement des populations et communes. La sensibilisation s’étend également aux populations puisque ces services de l’eau sont payants et qu’il est essentiel d’expliquer notre démarche pour faire comprendre aux usagers l’avantage du système sur le long terme »

Parmi les innovations du parc hydraulique, on compte :

EFS (Eau au fil du soleil) : Forage avec pompe immergée que l’on pompe grâce à des panneaux solaires

AEP (adduction en eau potable) constitué d’un point d’eau, d’un château d’eau, d’une cuve et de la tuyauterie pour acheminer l’eau

Impluvium : système de récolte des eaux de pluie pendant la saison humide pour la redistribuer tout au long de l’année.

Déferrisation : système de dalles poreuses pour filtrer l’eau

Stations Hydropur : pour rendre potable les eaux de surface

Grâce à ces projets, le centre de santé de Boffa-Dominia est approvisionné en eau et peut ainsi travailler dans des conditions décentes, là où la plupart des centres n’ont pas forcément cette chance.

Renouveler et entretenir durablement le parc hydraulique est donc une priorité pour CMC. Comme nous l’expliquait Charline, ce volet « gestion de l’eau » ne peut cependant pas exister durablement sans la partie « Assainissement » ; c’était donc l’objet de notre rencontre avec le GRENPAH, la dernière de cet EV Mobile.

Nous avons donc pu visiter un dépotoir final, rencontrer les bénévoles du GRENPAH qui s’organisent pour sensibiliser les populations à la gestion des déchets, comprendre le rôle de l’Association Communale de l’Assainissement de la commune urbaine de Boffa et comment s’organisait la récolte des déchets.

********

Ça y est, on arrive à la fin de notre programme… Il est l’heure pour nous de repartir à Conakry et d’essayer de raconter et de valoriser au mieux tout le travail entrepris par les personnes rencontrées. On espère être à la hauteur de leurs efforts via le prochain reportage vidéo que vous pourrez retrouver sur YouTube ! Affaire à suivre…