« Qui sommes-nous ? » : Volontariat & Volontourisme

30/06/2017

Les volontaires français sont très présents à Madagascar. Ils s’impliquent dans la Solidarité Internationale à travers une multitude de domaines et pour des durées diverses. Il est important de rappeler constamment cet état de fait, de ne pas manquer une occasion de présenter les volontaires et de rappeler ce qu’est le volontariat.

Le 21 juin dernier, l’Espace Volontariats Madagascar (EV) a organisé une matinée de rencontre et d’échanges pour discuter de ces deux sujets. Cette séance s’est divisée en deux temps :

Dans un premier temps, l’EV a eu l’honneur d’accueillir Son Excellence Madame Véronique Vouland-Aneini, Ambassadeur de France à Madagascar pour une rencontre avec une dizaine de volontaires actifs à Madagascar.

Dans un second temps, une projection d’un documentaire sur le Volontoursime a été organisée en présence des volontaires pour discuter des dérives modernes auxquelles peuvent conduire le désir de s’engager.

Les membres de notre équipe présentant l’EV à Madame l’Ambassadeur de France et Monsieur le Conseiller d’Action Culturelle

La rencontre avec Madame l’Ambassadeur

La matinée a débuté par l’accueil de Son Excellence Madame l’Ambassadeur de France à Madagascar, accompagnée de Monsieur A. Rogulsky –  Conseiller de Coopération et d’Action Culturelle, Chef du SCAC* et Directeur de l’Institut Français de Madagascar. Nous avons profité de leur venue pour faire une visite de nos locaux et présenter les activités respectives de chaque membre de l’équipe de l’EV Madagascar.

Madame l’Ambassadeur de France et Monsieur le Conseiller d’Action Culturelle en discussion avec les volontaires

Par la suite, Madame l’Ambassadeur s’est entretenue avec les volontaires venus participer à la rencontre. Chacun a pu revenir longuement sur ses activités et les enjeux inhérents à sa mission sur le terrain. L’échange fut d’autant plus intéressant que les volontaires présents étaient nombreux et travaillant dans des secteurs divers. Ils représentaient également différentes formes de volontariat : le Volontariat de Solidarité Internationale et le Volontariat du Service Civique.

Les Volontaires présents

En fin de discussion, Madame l’Ambassadeur a rappelé l’importance de l’action des volontaires à Madagascar et en quoi elle contribue à l’appui fourni par la France en matière d’aide au développement de Madagascar. Elle affirma son vif intérêt à discuter avec les volontaires car leur présence sur le terrain les rapproche des problématiques de la société malgache, faisant d’eux les témoins incontournables de l’évolution du pays et de sa société.

 

Le documentaire

Après le départ de Madame l’Ambassadeur de France, les participants ont assisté à la projection du film/documentaire : « The Voluntourist: Is voluntourism doing more harm than good ?* »

Cette vidéo a été réalisée par Chloé S. qui a été volontaire au Cambodge pour l’association ChildSafe. Cette structure sensibilise les associations, les volontaires et les touristes aux risques liés au développement de la pratique du Volontourisme.

Le volontourisme, qu’est ce que c’est ?

Le volontourisme est une forme de tourisme alternatif

Ce mot est formé par volontariat et tourisme (volunteer et tourism soit volunteerism en anglais)

Il s’apparente à des vacances utiles où le client peut vivre une simulation de mission humanitaire

Les critiques

La communication des entreprises de volontourisme

Le manque de transparence financière

 

La remise en cause des compétences des volontaires

 

Après la projection, un long échange a eu lieu avec les volontaires présents. L’objectif de cette discussion fut de discuter de la pratique du volontourisme, de ces risques et de sa différence fondamentale avec l’engagement volontaire.

Les volontaires en débat après le visionnage du documentaire

Loin de ressembler au volontariat, on observe malgré tout qu’une part croissante du grand public confond l’engagement volontaire et le volontourisme. De fait, cette pratique s’appuie sur le désir d’engagement d’étrangers souhaitant profiter de leur passage dans un pays pour apporter un peu d’aide. Cette intention, bien que noble, porte en elle une incompréhension des enjeux de l’investissement au sein d’un projet associatif.

D’autant que les structures usant de cette pratique « attirent » les volontouristes en jouant sur l’image des enfants pauvres qu’elles hébergent. Pour le dire clairement, beaucoup font usage du misérabilisme pour faire venir des bénévoles qui payent des sommes importantes pour des durées courtes. Il arrive même que la misère soit mise en scène pour attirer plus de volontouristes.

Notre équipe présentant les actions de ChildSafe aux volontaires

Les volontouristes ne sont généralement sur le terrain que pour 2 à 3 semaines et très souvent pour donner des cours de langue. Ainsi, ils se succèdent tout au long de l’année dans des classes qui retravaillent perpétuellement les mêmes choses, ce qui n’a aucun intérêt pédagogique pour les enfants, bien au contraire. De plus ces bénévoles ne sont généralement pas des enseignants, or qui en Europe laisserait une personne non-compétente enseigner à des enfants ? Personne !

Pour limiter, voire mettre un terme, au développement de ces pratiques, les candidats au volontariat doivent prendre certaines précautions :

  • Bien se renseigner sur la structure qui va les accueillir,
  • Ne pas hésiter à demander conseil auprès des EV dans le monde,
  • Se demander ce qu’ils vont apporter au sein du projet, les questions les plus importantes étant : « Sans moi, est ce que le projet se ferait ? Suis-je déterminant dans la réalisation de ce dernier ? Et en quoi ? »,
  • Se renseigner concernant les réseaux associatifs à proximité de chez soi : la solidarité a également besoin de bénévoles en Occident,
  • Être conscient du fait que pour les structures malhonnête, ils sont une manne financière et que ses organisations savent qu’associer enfance et pauvreté permet d’attirer des bénévoles souhaitant simplement aider.

Enfin, il convient à l’ensemble des réseaux associatifs présents dans les pays d’accueil de volontaires et de bénévoles d’être vigilants quant au développement de cette pratique qui contribue à entretenir une image négative des pays.

Les volontaires poursuivant le débat

Les volontaires sont un appui aux associations au sein desquelles ils s’investissent. Ils viennent pour aider, mais ils le font en apportant des compétences spécifiques à la demande des associations et non l’inverse.

A l’instar du Volontourisme, l’engagement volontaire porte en lui une démarche personnelle, mais le volontariat à l’international permet de se mettre au service d’un projet à l’étranger, pas de se servir d’un projet pour partir à l’étranger.

 

Le documentaire est accessible en ligne en cliquant ici

Si vous souhaitez plus de renseignement sur l’association ChildSafe, cliquez ici !

 

* Service de Coopération et d’Action Culturelle de l’Ambassade de France

* Le volontouriste : Est-ce que le Volontourisme créé plus de mal que de bien ?