Edito octobre 2015 : Bientôt un Mali réconcilié et une paix définitive au grand jour

01/12/2015

En trois ans, le Mali est passé d’un « Etat en guerre à un Etat réconcilié ». En mai et juin dernier, la signature de l’accord pour la paix et la réconciliation nationale marque une étape décisive pour la marche vers une résolution définitive de la crise du Nord.

La récente ouverture des écoles à Kidal illustre bien le retour progressif des services techniques et de l’administration dans cette région même si le déplacement des organisations humanitaires internationales reste encore problématique. D’ailleurs dans une lettre ouverte adressée aux autorités maliennes, onusiennes et aux représentations diplomatiques présentes à Bamako, ces organisations humanitaires demandent la réfection et l’ouverture de l’aérodrome de Kidal afin de pouvoir accéder aux populations de façon plus rapide et plus sûre, car tout déplacement humanitaire vers Kidal par la route est risqué.

Fin septembre dernier, les groupes rivaux la Coordination des Mouvement de l’Azawad et la Plateforme ont engagé des discussions pour trouver une solution définitive aux différends qui les opposent. Au terme de ces discussions, ces groupes ont décidé de la cessation des hostilités, de la mise en place de commissions intercommunautaires et d’une commission militaire pour les arrangements sécuritaires et la libre circulation des personnes et des biens et de la mise en place d’une commission d’organisation pour les campagnes de sensibilisation et d’information dans toutes les régions du Nord.

La récente invitation du Président de la République du Mali à la Conférence internationale pour la relance économique et le développement du Mali, « Bâtir un Mali émergent » tenue au siège de l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE), marque un autre signal fort pour la bonne marche rapide du Mali vers un développement harmonieux et inclusif. Les contributions annoncées au cours de cette conférence tourneraient autour de 3 milliards d’euros soit près de 2 000 milliards de FCFA et serviraient à la reconstruction et au relèvement des régions du nord et d’autres régions du Mali. Le rôle de la France dans ce processus est à saluer.

Tous ces actes traduisent la volonté et l’engagement de la communauté internationale à aider le Mali à retrouver sa normalité légendaire et sa bonne marche vers une paix définitive et durable. Ces actes ouvrent également des belles perspectives pour l’avenir du Mali en termes de sécurité. Même si, des mécontents tenteront toujours de troubler cette « eau de paix ».

Malgré ce contexte particulier que le Mali traverse aujourd’hui, plusieurs organisations humanitaires, de solidarité et de volontariat international continuent toujours à servir et à œuvrer auprès des populations en souffrance et accompagner le gouvernement malien dans la mise en œuvre de ses politiques dont celle de jeunesse. Et parmi ces organisations internationales, on peut citer France Volontaires.

Koly MACALOU
Représentant National au Mali