Relais Prison Société : l’art émancipe, libère et réinsère.

27/06/2018

Du 18 au 22 juin 2018, l’association Relais Prison Société, située à Casablanca, a organisé « Salam III ». Cette manifestation artistique, fruit d’une collaboration entre l’Uzine, l’IMA (International Meeting of Arts), la délégation générale à l’administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR) et l’association Relais Prison-Société, s’est tenue dans trois établissements pénitentiaires : la prison pour femmes de AinSebaa, le centre de réforme pour mineurs de Ain Sebaa et celui de Benslimane. 

Le projet, intitulé  « Derrière les barreaux, les pinceaux parlent», regroupait divers artistes internationaux (argentins, espagnols, français) et des artistes marocains. Ces artistes, spécialisés dans diverses disciplines (fresques murales, mosaïque, modelage ou peinture, dessin …), ont animé des ateliers d’initiation à l’art plastique auprès d’anciens détenus, de femmes et de mineurs détenus. 

Dans le cadre de ce projet, artistes et bénéficiaires de l’association Relais-Prison (anciens détenus et jeunes filles du centre Abdelslam Bennani, centre pour la sauvegarde des enfants) se sont regroupés afin de peindre des fresques et de réaliser des mosaïques sur les murs de l’association. En parallèle, des activités d’initiation à l’arts plastiques (ateliers de céramiques, de collage et de peinture) étaient organisés dans la prison d’Oukacha. 

Emeline, Volontaire en Service Civique à l’association Relais-Prison a pu participer à ces ateliers :

« C’était très intéressant de regarder les femmes s’investir, travailler minutieusement et s’abandonner à leur créativité : lors de l’atelier céramique auquel j’ai assisté, au départ, elles suivaient et reproduisaient le modèle proposé avec application ; puis peu à peu elles s’en sont émancipé et ont imaginé des formes plus inventives et audacieuses. Certaines réalisations étaient vraiment stupéfiantes d’inventivité ».

Pour retrouver plus de photos et d’informations sur ce projet « Salam III », rendez-vous sur la page Facebook de l’association.