Ramadan : Un ftour à l’espace volontariat autour d’un doc sur le viol

15/07/2015

Une occasion pour l’EV de convier les volontaires (VIES….) à se retrouver au tour d’un dîner de couscous au poulet.

Par la suite les invités ont assisté à la projection du documentaire de 15mn « Ni consenti, ni provoqué, du réalisateur Dia Abdellahi .Ce jeune réalisateur  pour qui faire du cinéma est « une nécessité » dénonce la recrudescence des viols en Mauritanie. Son court métrage rend hommage à toutes victimes de viol à travers les cas de Penda Soghé, Kadji Touré, Zeinebou dont les victimes ont été violées et assassinées.

Echanges….

Au cours des échanges, Zeynabou Taleb Moussa, présidente de l’ONG Association Mauritanienne pour la Santé de la Mère et de l’Enfant (AMSME) a fait savoir que « la loi ne protège pas » tout en informant que « la plupart des violeurs sont des récidivistes ». Son ONG qui dispose d’un centre de prise en charge et d’accompagnement des victimes de violences sexuelles http://www.amsme-dei.orgenregistre des cas de viols aussi à travers un centre d’appel dénommé numéro vert  gratuit au 8000 10 10.

Les discussions ont porté aussi sur les causes de ce phénomène, les nombreuses conséquences du viol et les dispositions juridiques mises en place par les autorités étatiques pour mieux protéger les citoyens dont les femmes.

Témoignage….. du réalisateur

Lors de cet échange, Dia Abdellahi réalisateur du documentaire « Ma douce France » est revenu aussi sur le manque d’industrie cinématographique et un manque d’orientation des jeunes de ce secteur en Mauritanie.