Visite du projet 51 : un tour du monde au féminin en Mauritanie

04/11/2015

Durant trois semaines, trois jeunes Marion, Aymeric, Alexandre âgés de 21 à 24 ans passionnés de voyage et de découverte ont séjourné en Mauritanie pour mieux comprendre le rôle joué par la femme dans ce pays de « un million de poètes ».

Marion est Etudiante à Science Po Paris, Aymeric quant à lui est Diplômé de l’ESSCA Angers, alors qu’Alexandre étudie en troisième année de faculté de Sciences et Techniques, filière STAPS, à l’Université de Limoges.

Au cours de cette traversée mauritanienne, l’équipe du projet 51 est allé à la rencontre entre autre de femmes au FONADH (Forum des organisations nationales des droits humains en Mauritanie) tels que Lala Aicha Sy présidente du CSVVDH (Comité de Solidarité avec les Victimes de Violences droits  Humains),  Aicha Fall, (Sos Esclave), Oumou Khairy Kane présidente de l’Association pour la Défense des Droits de la Femme en Mauritanie (ADDFM), Aminetou Mint Moctar Présidente de l’Association des Femmes Chefs de Famille (AFCF).

Le staff du projet 51 a aussi rencontré les femmes du projet de Saliculture solaire à Nouadhibou (SA.SOL.NO), suivie d’une étape par le train le plus long du monde sur l’axe Zouerate( zone minière)  avant un escale à Atar situé au centre Ouest de la Mauritanie.

Quelques heures avant leur départ au Sénégal vendredi dernier, Marion nous a relatés les temps forts de ce séjour en Mauritanie, une façon de voir la réalité en face par des prises de vue et des échanges diversifiés nous dit t-elle.

Notre interlocutrice nous a confié ainsi « on ne pensait qu’il y avait une telle liberté, d’association » saluant la dynamique des mauritaniennes qui n’ont rien à envier aux autres consœurs de la sous région d’après elle.

Cette rencontre « intéressante » leur a permis de constater que « la Mauritanie est un pays accessible, on ne s’est jamais senti en insécurité » même si l’équipe a été impressionnée du nombre de contrôle sur les différents trajets.

« Coincé » à Zouerate par une pluie, les trois jeunes ont été impressionnés par « la vie du désert ». Malgré des jours sans connexion à l’intérieur, Marion témoigna que ce pays est « un carrefour » qui leur a permis de « rencontrer tous ces gens et de comprendre la société mauritanienne ».

Le projet 51 http://projet51.com/ ou https://www.facebook.com/projet51/?fref=t   qui poursuit désormais son tour du monde au féminin au Sénégal est un  voyage itinérant de 10 mois dans 19 pays d’Afrique, d’Asie et du Moyen-Orient bref une loupe de la condition féminine du monde.