Rencontre avec…. Aude, Volontaire de solidarité internationale pour la Maison Notre Dame de Paix

08/01/2018

Aude est Volontaire de solidarité internationale avec la Délégation catholique de coopération à la Maison Notre Dame de Paix, un centre de rééducation et de réadaptation pour personnes handicapées physiques. Agée de 27 ans, elle est arrivée à Moundou en septembre, et y restera un an.

Aude a été diplômée de l’école d’infirmière de Bordeaux en 2012, et a exercé ce métier pendant quatre ans, à Paris puis à Rennes.
Durant ces années en tant qu’infirmière, elle a réalisé deux missions humanitaires à Madagascar.
Sa première mission a consisté à appuyer l’ouverture d’un dispensaire/maternité de brousse. « Confrontée à la réalité du terrain, j’ai vite compris que c’est moi qui apprendrais de la situation », confie-t-elle.
Durant sa seconde mission, elle a participé à la création d’un dispensaire mobile et a effectué des soins d’urgence dans un contexte de famine. « Le manque d’organisation que j’ai constaté m’a ouvert les yeux sur le fait que je souhaitais me réorienter dans la coordination de projet ».
Après avoir échangé avec un coordonateur rencontré sur place, elle s’est « tout de suite sentie motivée ». A son retour en France en 2016, elle a décidé d’intégrer l’Institut de formation et d’appui aux initiatives de développement.
Après une année de cours, place à la pratique avec son Volontariat de solidarité internationale, qui fait office de stage. En tant que responsable organisationnel et partenariat pour la Maison Notre Dame de Paix, Aude est chargée de mettre en place des outils de gestion de projet, de rechercher des financements et des partenaires, du management et de la communication. Une mission prenante, qu’elle espère mener à bien en quittant une structure mieux organisée à la fin de son volontariat.

Si elle avoue « ne jamais avoir pensé venir au Tchad », elle ne regrette pas cette opportunité qui lui permet de développer sa capacité d’adaptation, de prendre confiance en elle et d’apprendre à relativiser face aux aléas.

Concernant la vie à Moundou, Aude a le sentiment d’un environnement très paradoxal : « C’est une ville plutôt paisible, même si je suis parfois marquée par l’hostilité des gens entre eux ! », note notre volontaire. « J’avais un peu peur de ne pas savoir me positionner en tant que femme au Tchad, que cela soit un frein à mon intégration mais cela se passe très bien. Ici, je me sens à ma place, même si je dois essayer de sortir de ma zone de confort pour voir plus loin que mon petit bout de quotidien ».

A la suite de son expérience tchadienne, Aude espère décrocher un poste en coordination de projet dans le domaine de la santé, toujours à l’étranger. Elle aimerait travailler sur des projets autour de la problématique des réfugiés, notamment au Moyen-Orient.


LE PORTRAIT CHINOIS DE AUDE

Si le Tchad était…
  • Un personnage célèbre : Amy Winehouse
  • un animal : un cheval
  • un objet : une théière brulante
  • un plat : un paneer 65 (plat indien à base de fromage pané et mélangé à une sauce très épicée)
  • une couleur : ocre
  • une fleur : une rose
  • une chanson : la bonne étoile, de M
  • un film : le château ambulant, de Hayao Miyazaki
  • un livre : comment j’ai rencontré les poissons, d’Ota Pavel
  • un mois de l’année : août