Rachel, Community Developer pour MakeSense à Delhi

30/03/2018

Peux-tu te présenter ? Quel a été ton parcours avant d’arriver en Inde ?

Bonjour ! Je m’appelle Rachel et je viens de Washington D.C. aux États-Unis. Je suis la Community Developer (organisatrice communautaire) de MakeSense pour l’Asie, actuellement basée à Delhi. Cela fait quatre ans que je vis en Asie et j’ai eu un parcours un peu atypique ces dernières années.

Rachel (3ème en partant par la gauche) effectue sa mission de VSI en Inde avec l’ONG MakeSense

Je suis venue en Inde après l’université pour un stage dans l’entrepreneuriat social, c’est là où j’ai découvert le monde de startups. J’ai assisté à un Startup Weekend (un évènement pendant lequel on essaie de créer une startup dans un week-end) ma première semaine en Inde. Avec mon équipe, on a continué à travailler sur notre projet après l’évènement et en dehors de nos heures de travail. Un jour, une amie a offert d’organiser un atelier gratuit pour nous aider à construire notre plan de lancement pour la startup. Elle m’a dit qu’elle faisait partie d’une communauté qui s’appelle MakeSense où l’on apporte du soutien gratuit aux porteurs de projets avec une finalité sociale. J’ai adoré le concept, et après notre atelier je suis moi-même devenue bénévole pour MakeSense !

Après un an en Inde on m’a proposée de rejoindre l’équipe naissante d’un incubateur social qui se lançait aux Philippines. Je suis donc partie vivre un an à Cebu, la deuxième ville des Philippines, où j’étais Responsable de Formation et Pédagogie chez Enfants du Mékong Entrepreneurs, une ONG d’aide aux enfants. Je créais notamment des programmes de formation sur l’entrepreneuriat social auprès des jeunes. A côté de cela, j’ai organisé quelques évènements MakeSense et Startup Weekend. J’ai appris au bon moment que MakeSense recrutait un Community Developer pour l’Asie basée aux Philippines avec le but d’apporter du soutien aux bénévoles MakeSense dans la région. Et cela fait deux ans que je travaille sur cette mission passionnante à plein temps !

Je suis partie des Philippines pour m’installer en Inde (de nouveau) il y a 5 mois grâce à une opportunité de l’Institut Français, qui a sponsorisé la formation de nouveaux bénévoles MakeSense partout en Inde.

 

Peux-tu nous parler de MakeSense et de ses activités en Inde ? Quelles sont tes missions ?

MakeSense est une communauté globale de bénévoles. Nous engageons des milliers de citoyens et d’entrepreneurs dans le monde entier, qui construisent ensemble des solutions aux enjeux les plus importants de notre temps.

Comme écrit dans la question précédente, je m’occupe de l’animation de notre réseau en Asie. Je soutiens nos bénévoles les plus actifs avec toutes leurs activités : recrutement d’une équipe, création de partenariats, formation sur nos méthodologies et comment organiser et animer des ateliers MakeSense, etc.

Rachel en pleine réunion « en ligne » pour épauler les bénévoles de MakeSense

Quelles sont tes contributions aux questions de développement ?

Nous aidons à la fois des entrepreneurs sociaux à résoudre leurs défis et croitre leurs projets, et aussi des citoyens à découvrir leurs forces et comprendre comment agir à leur échelle sur des problématiques sociales et environnementales.

 

Ton cas étant particulier, tu es une volontaire américaine en Inde mais sous dispositif de volontariat français, peux-tu nous expliquer comment as-tu découvert cette mission et comment s’est passé ton recrutement en tant que VSI ?

J’ai découvert le VSI grâce à une amie française qui m’a recrutée pour ma première mission aux Philippines avec Enfants du Mékong Entrepreneurs. Nous étions ravis de savoir qu’il ne fallait pas être français pour qualifier pour le VSI ! Au départ nous n’étions pas sûr si au niveau de la loi cela était possible, mais après des recherches il s’est avéré que en tant qu’étrangère, je pouvais bénéficier de ce programme français, nous avons ensuite entamé les procédures avec France Volontaires aux Phillipines.

Rachel (au milieu) avec l’équipe de MakeSense Phillipines

En tant que volontaire américaine en Inde, quelles sont selon toi les différences de travail les plus marquantes entre ces deux pays ? As-tu eu des difficultés à t’adapter à l’organisation du travail en Inde ?

En fait je n’ai jamais vraiment travaillé aux États-Unis, à part des stages et petits boulots au lycée, alors c’est difficile à dire…il y a bien sûr beaucoup de différences culturelles entre l’Inde et les États-Unis mais on ne vient pas en Inde pour rester dans sa propre culture !

 

Quel aspect de ta culture as-tu pu apporter à ta structure ? quels éléments de la culture indienne as-tu adopté dans ton travail ?

En tant qu’américaine dans une structure française, j’apporte surement un bon anglais ! Et sinon une perspective plus globale sur toute nos activités. Par rapport à la culture indienne, j’ai adopté certaines manières de parler, j’ai également adopté le chai ! J’ai également appris à d’être plus directe quand je parle, en comparaison avec les États-Unis on est beaucoup plus indirects dans notre communication. 

 

Qu’envisages-tu de faire après ton volontariat ?

Continuer exactement le même travail que je fais actuellement !

 

As-tu des recommandations pour les futurs volontaires ?

Choisir une organisation avec laquelle tu partages les valeurs. Venir dans un nouveau pays c’est aussi être prêt à explorer la diffèrence, il ne faut comparer ton pays d’origine et ton pays d’accueil – mais il faut plutôt chercher tout ce qui est passionnant dans cette nouvelle culture, et ce que tu peux y apprendre.

« Sense Camp », organisé par MakeSense