Témoignage - Jeremy revient sur son engagement en Service Civique au sein de l'association Virlanie

30/07/2018

Nous avons souhaité recueillir le témoignage de Jeremy pour comprendre l’essence de son engagement en CSI et découvrir ses missions au sein de l’association Virlanie

Nous avons rencontré Jeremy qui a gentiment accepté de répondre à nos questions. Il nous expose ainsi l’action de Virlanie. Nous découvrons aussi, dans ces lignes, sa vision enthousiaste et positive des Philippines.

Peux-tu nous présenter brièvement ton parcours ? 

Après le bac je me suis tourné vers des études internationales. J’ai aujourd’hui une licence en Commerce International. Ces études m’ont poussé à effectuer des stages à l’étranger, ayant pris goût à vivre dans un autre pays que la France c’est pourquoi après ma licence j’ai donc décidé de faire un Service Civique International. Je me retrouve donc aux Philippines à Manille au sein de la fondation Virlanie. Après cette mission qui a durée 6 mois, je compte postuler pour un poste en VSI pour une durée encore plus importante.

Peux-tu présenter Virlanie et son action aux Philippines ? 

Virlanie est une ONG créée par un travailleur social français Dominique Lemay en 1992. Son action est de s’occuper des enfants de rue les plus démunies et de les installer dans des maisons pour leur redonner un cadre de vie. Virlanie s’occupe également de les envoyer à l’école, de leur donner à manger, de prendre soin de leur santé physique et mentale. En 2017, 223 enfants habitent dans nos maisons.

Pourquoi t’es-tu engagée spécifiquement dans le cadre du service civique ? 

J’avais dans l’envie de m’engager dans une structure sociale depuis un moment. De plus, mon attrait pour l’international m’a convaincu dans l’idée de postuler pour un Service Civique International qui me donne l’occasion de vivre une réelle expatriation. L’avantage d’avoir une indemnité et de vivre dans un autre pays est une réelle opportunité et une motivation pour effectuer un service civique à l’international.

Quelles étaient tes missions ? 

J’étais rattaché au service Parrainage. J’étais chargé de la gestion des relations entre les parrains en France et les enfants des maisons. Mes missions quotidiennes étaient diverses comme la traduction des cartes envoyées aux parrains, la création d’un livret explicatif sur le parrainage, la participation aux événements avec des professionnels dans les maisons et organiser des activités dans les maisons avec les enfants.

Quels sont les aspects interculturels à prendre en compte

Les aspects interculturels à prendre en compte aux Philippines sont principalement liés à la communication. Les Philippins n’aiment pas le conflit et ne disent jamais non, il est parfois difficile de jongler avec cela. Mais le gros atout de l’archipel c’est la gentillesse quotidienne des Philippins. Tous les jours vous êtes sollicités dans la rue mais toujours positivement, tout le monde dans la rue connaît votre prénom et souhaite partager des moments avec vous. C’est une expérience vraiment prenante et très agréable à vivre.

Quelles ont été tes difficultés ? Quel est ton meilleur souvenir ?

Mes difficultés au départ était peut être l’adaptation à la vie avec les enfants au sein des maisons. Le premier mois nous vivons en totale immersion mais au bout d’une semaine tout était réglé car ils sont d’une gentillesse incroyable.

Je ne peux pas garder un seul meilleur souvenir, toute mon aventure était extraordinaire ! Vivre avec les enfants, mon travail, mes voyages et les rencontres que j’ai pu faire qui resteront à jamais gravé en moi.

Ta vision des philippines…

INCROYABLE !! Les gens sont d’une gentillesse absolue, les paysages magnifiques. Les Philippines sont vraiment un bijou !

Des conseils pour les futurs volontaires ? 

Profiter au maximum de chaque instant, les galères qui vont vous arriver vous permettront d’avancer plus loin dans votre aventure et surtout de garder l’esprit toujours ouvert.