Le volontaire, acteur indispensable d’une éducation de qualité

© France Volontaires

A l’occasion de la Conférence de financement du Partenariat mondial pour l’éducation, co-présidée par le Président de la République Française, Emmanuel Macron, et le Président de la République du Sénégal, Macky Sall, les membres de France Volontaires ont rappelé l’importance du volontariat pour relever le défi de l’accès de tous à une éducation inclusive, équitable et de qualité à l’horizon 2030.

21/02/2018

La Conférence de financement du Partenariat mondial pour l’éducation s’est soldée par un succès. Plus de 1 200 personnes du monde entier se sont réunis à Dakar, au Sénégal, les 1er et 2 février 2018 afin de dynamiser le financement de l’éducation de millions d’enfants. Les discussions de financement ont abouti à un engagement à hauteur de 2,3 millards de dollars par an d’ici 2020. La France a pour sa part annoncé une contribution de 200 millions d’euros (240 millions de dollars) pour la période 2018-2020, soit 10 fois plus que sa part lors du dernier triennal. Ce dont se réjouit la Coalition Education.

Le volontaire, appui indispensable à l’atteinte de l’ODD 4

Cet effort financier sans précédent pourra s’appuyer sur des citoyens mobilisés sur les questions relatives à l’éducation, en lien avec l’Objectif de Développement Durable n°4. En effet, en 2015, 35 % des volontaires internationaux se sont engagés dans des missions d’éducation, d’animation et de formation[1]. Complémentaires des politiques publiques et des indispensables investissements financiers, toutes les formes d’engagements volontaires et solidaires en faveur de l’éducation sont à encourager. L’étude réalisée par OpinionWay en décembre 2017 pour France Volontaires et Courrier International le démontre : « les aspirants à un engagement solidire à l’international seraient prêts à s’engager avant tout dans des missions concernant l’accès à l’éducation (91 %) ».

Pour illustrer la force de ces engagements, les membres de la plateforme France Volontaires ont réalisé un livret dédié à la thématique « Volontariat et Education ». Au-delà des chiffres, des constats et des objectifs fixés par les Nations unies, la parole est donnée aux acteurs : structure d’accueil, d’envoi ou volontaire en mission. Autant d’exemples que de preuves, qui illustrent à quel point les citoyens engagés durant quelques mois ou quelques années, sont des appuis indispensables à la mise en œuvre de solutions, pour atteindre ces objectifs.

« L’éducation, c’est préparer le pays de demain » analyse Aymeric, Volontaire de Solidarité Internationale, en République du Congo. Envoyé par la DCC (Délégation Catholique pour la Coopération), Aymeric est en mission à l’Ecole Spéciale de Brazzaville : « Je suis volontaire pour que cette Ecole puisse continuer à exister en donnant une chance à chacun de ses enfants pour qu’il puisse au mieux s’insérer dans la société. L’Ecole Spéciale éduque et forme gratuitement tous les enfants et les jeunes exclus du système classique, quel que soit leur passif, leur retard ou leur handicap. Elle s’adresse aux plus démunis de la société congolaise, il n’existe aucune autre structure de ce type pour accueillir ces enfants à Brazzaville. »

A l’image de l’expérience d’Aymeric, bénéfique à une échelle locale, d’autres solutions portées par des volontaires, peuvent se déployer à l’échelle nationale et influencer les politiques publiques de tout un pays. C’est le cas du projet de volontaires du GREF (Groupement des Educateurs sans Frontières) dédié à « L’accompagnement pour la qualité de l’encadrement et de la pérennisation des Cases Communautaires d’Eveil de la petite Enfance ».

Le volontariat, moteur de mobilités croisées

A l’occasion du déplacement à Dakar de Jacques Godfrain, Président de France Volontaires, début février, une rencontre a pu être organisée avec Papa Birama Thiam, Directeur de la Coopération Technique (DCT) du Sénégal. Leurs échanges ont confirmé l’importance d’échanges réciproques de volontaires, moteurs de la coopération entre les deux pays. La réciprocité des mobilités sur les deux territoires, a également été à l’honneur lors de la rencontre au ministère de la Jeunesse de M. Godfrain avec M. Preira, Secrétaire général, M. Ndiaye, Directeur de Cabinet et le Commandant Sylla, Directeur du Service Civique.

Preuve que l’engagement citoyen se situe au cœur des enjeux d’échanges entre les pays, trois accords bilatéraux ont été signés, à l’occasion de ce sommet, entre la France et le Sénégal, dont un sur le volontariat.


[1] Source : Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères

Visitez la médiathèque du site du Partenariat Mondial pour l’Education