ODD 13 : Mesures relatives à la lutte contre les changements climatiques

Le volontariat participe de la construction d'une citoyenneté active. Basés sur un enrichissement et une compréhension mutuels, les volontaires contribuent à l'apaisement des sociétés et au renforcement de la cohésion sociale. Focus sur l'ODD 13 et la lutte contre les changements climatiques.

LES CONSTATS

  • Entre 1880 et 2012, la température moyenne dans le monde a augmenté de 0,85 degré Celsius. Pour mettre cela en perspective, lorsque la température augmente d’un degré, la production de céréales diminue d’environ 5 %. Le maïs, le blé et les autres récoltes principales ont enregistré une diminution marquée de la production au niveau mondial s’élevant à 40 millions de tonnes par an entre 1981 et 2002 à cause du réchauffement climatique.
  • Les océans se sont réchauffés, les quantités de neige et de glace ont diminué et le niveau des mers s’est élevé. Entre 1901 et 2010, le niveau moyen global de la mer a augmenté de 19 cm car les océans se sont élargis à cause du réchauffement et la glace a fondu. La banquise arctique s’est rétractée durant chaque décennie depuis 1979, la perte de banquise atteignant 1,07 millions de km² par décennie.
  • Vu les concentrations actuelles et les émissions continuelles de gaz à effet de serre, tous les scénarios sauf un montrent qu’à la fin du siècle, l’augmentation de la température globale dépassera 1,5 degré Celsius par rapport à la période allant de 1850 à 1900. Le niveau moyen des mers devrait augmenter de 24 à 30 cm d’ici à 2065 et de 40 à 63 cm d’ici à 2100. La plupart des effets du changement climatique persisteront pendant de nombreux siècles même si l’on met fin aux émissions.
  • Les émissions globales de dioxyde de carbone (CO2) ont augmenté de près de 50 % depuis 1990.
  • Les émissions ont augmenté plus rapidement entre 2000 et 2010 que durant chacune des trois décennies précédentes.
  • Il est encore possible, en utilisant tout un arsenal de mesures technologiques et de changements de comportement, de limiter à deux degrés Celsius l’augmentation de la température moyenne globale comparée aux niveaux préindustriels.
  • Les principaux changements institutionnels et technologiques offriront de meilleures chances que jamais de limiter ainsi le réchauffement de la planète.

​LES OBJECTIFS D’ICI A 2030

  • 13.1 Renforcer, dans tous les pays, la résilience et les capacités d’adaptation face aux aléas climatiques et aux catastrophes naturelles liées au climat.
  • 13.2 Incorporer des mesures relatives aux changements climatiques dans les politiques, les stratégies et la planification nationales.
  • 13.3 Améliorer l’éducation, la sensibilisation et les capacités individuelles et institutionnelles en ce qui concerne l’adaptation aux changements climatiques, l’atténuation de leurs effets et la réduction de leur impact et les systèmes d’alerte rapide.
  • 13.a Mettre en œuvre l’engagement que les pays développés parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques ont pris de mobiliser ensemble auprès de multiples sources 100 milliards de dollars des États-Unis par an d’ici à 2020 pour répondre aux besoins des pays en développement en ce qui concerne les mesures concrètes d’atténuation et la transparence de leur mise en œuvre et rendre le Fonds vert pour le climat pleinement opérationnel en le dotant dans les plus brefs délais des moyens financiers nécessaires.
  • 13.b Promouvoir des mécanismes de renforcement des capacités afin que les pays les moins avancés et les petits États insulaires en développement se dotent de moyens efficaces de planification et de gestion pour faire face aux changements climatiques, l’accent étant mis notamment sur les femmes, les jeunes, la population locale et les groupes marginalisés.

Sources : www.un.org/sustainabledevelopment/fr/climate-change-2/

1 FRANÇAIS SUR 3 PRÊT À S’ENGAGER POUR UNE CAUSE SOLIDAIRE À L’INTERNATIONAL

76 %
des aspirants volontaires seraient intéressés par des missions à l’international portant sur les enjeux climatiques.

« Les aspirants à un engagement solidaire à l’international seraient prêts à s’engager avant tout dans des missions concernant l’accès à l’éducation (91%), les droits humains (87%), la lutte contre la pauvreté et les inégalités (87%), la paix (86%), l’environnement (83%), la santé (78%), le climat (76%) ou encore l’égalité hommes-femmes (73%). »

LES ENJEUX CLIMATIQUES DANS LES MISSIONS DES VOLONTAIRES

En 2016, 8 % des volontaires internationaux se sont engagés dans des missions de développement durable, d’écologie.

  • 4 % des Volontaires d’Échange et de Compétence se sont engagés dans des missions de développement durable, d’environnement, de lutte contre les changements climatiques.
  • 4 % des projets de Volontariats d’Initiation et d’Échange correspondent à des missions dans le développement durable, l’environnement, la lutte contre les changements climatiques .
  • 9 % des Volontaires de Solidarité Internationale se sont mobilisés dans le cadre de missions de développement durable, d’environnement, de lutte contre les changements climatiques.

Source : Etude Opinion Way pour France Volontaires et Courrier International : « Les Français et les engagements volontaires et solidaires à l’international » – Décembre 2017

Volontaires partis en : Volontariat de Solidarité International (VSI), Volontariat d’Échange et de Compétence (VEC) ou Volontariat International en Entreprise (VIE).

Source : Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères.
La famille « Volontariat d’Échange et de Compétence (VEC) » comprend : le dispositif Congé de Solidarité Internationale, le Congé Solidaire, le Congé de Solidarité, les missions pour les seniors.
La famille « Volontariat d’Initiation et d’Échange (VIEch) » comprend : le dispositif engagement de Service Civique, élargi à l’international, le dispositif JSI, Jeunesse Solidarité Internationale, le dispositif VVV-SI, Ville Vie Vacances-Solidarité Internationale, les chantiers.

« Les déchets produisent des gaz à effet de serre qui contribuent au réchauffement climatique. La non-gestion de ces déchets induit une pollution environnementale ainsi qu’une pollution visuelle et olfactive élevées. Ces pollutions sont d’autant plus importantes lorsque le contexte est insulaire et de petite taille. C’est pourquoi gérer les déchets de manière durable est une mesure relative à la lutte contre le réchauffement climatique.

Ma mission consiste à assister le directeur de la section des déchets dans l’ensemble de ses activités. Plus particulièrement, je contribue à la rédaction de documents techniques (appels d’offres, termes de références, compte rendu, stratégie…). Je réalise également des missions de prospection et de veille, j’assiste les consultants externes dans leurs travaux, j’organise et dirige certaines réunions. J’assiste aussi les acteurs des déchets aux Seychelles…

Ce que je préfère dans ma mission, ce sont les échanges avec des hauts responsables du gouvernement et d’entités internationales. Ce qui me plaît également c’est de savoir que mon travail et conseils auront des portées au niveau national.

J’ai choisi l’écologie car j’ai grandi dans un environnement exceptionnel et malheureusement j’ai vu ce que le développement urbain peut causer. Je ne voulais surtout pas rester à ne rien faire et entendre les futures générations nous blâmer de n’avoir rien fait alors qu’on savait pertinemment ce qui nous attendait. 

Oui, l’écologie et l’environnement en général sont des secteurs prometteurs et indispensables au futur de notre planète. Je suis même fier d’avoir choisi cette vocation et c’est avec plaisir que je continuerai dans ce domaine. »

En savoir plus sur Arthur

Je suis Arthur, j’ai 25 ans. Réunionnais d’origine, je suis maintenant aux Seychelles dans le cadre d’un VSI. Je suis depuis octobre 2016 chargé de mission « gestion des déchets » au sein du Ministère de l’Environnement, de l’Énergie et du Changement Climatique. Après avoir obtenu mon Baccalauréat j’ai intégré une école d’ingénieur en agriculture : UniLaSalle, et une fois le Bachelor en poche, je suis parti un semestre en Erasmus à Berlin où j’ai effectué mon master 1 intitulé « Gestion des ressources naturelles ». À la suite de cela, j’ai intégré AgroPrisTech à travers le master « Ingénierie de l’environnement : Eaux, Sols, Déchets ». J’ai effectué mon stage de fin d’étude dans un bureau d’étude spécialisé dans la gestion des milieux pollués. J’ai écrit mon mémoire de fin d’étude sur une technique de remédiation des sols qui m’a permis d’obtenir mon diplôme d’Ingénieur en janvier 2016. Tout au long de mon parcours académique j’ai effectué plusieurs stages et j’ai ainsi pu voyager. En 1ère année, j’étais ouvrier agricole dans une exploitation située en Mayenne. En 2ème année, j’ai réalisé un stage de 4 mois au Canada avant de partir pour le Cameroun en 3ème année pour une mission de développement de 3 mois.

En savoir plus le MEECC

Le Ministère de l’Environnement, de l’Énergie et du Changement Climatique (MEECC) possède le troisième budget de l’ensemble des Seychelles après la santé et l’éducation. Le MEECC est composé de deux départements. Le département « Énergie et Changement Climatique » et le département « Environnement » auquel j’appartiens. Chacun des départements est divisé en plusieurs sections.

COMMUNIQUE DE PRESSE, LE 26 JUIN 2018

SOMMET CLIMATE CHANCE AFRIQUE :
LES VOLONTAIRES INTERNATIONAUX, ACTEURS DES LUTTES CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE

À l’occasion du sommet régional Climate Chance Afrique, organisé par l’Association Climate Chance et l’Assemblée des Régions et Districts de Côte d’Ivoire (ARDCI), France Volontaires, la plateforme française des engagements volontaires et solidaires à l’international, met en lumière les actions des volontaires qui se battent pour atteindre l’ODD 13.

Organisé les 28 et 29 juin prochain, le sommet Climate Chance Afrique rassemblera les acteurs non-étatiques de toute l’Afrique (collectivités, entreprises, ONG, syndicats, communauté scientifique, représentants des organisations de la jeunesse, des peuples autochtones et des femmes …), groupes majeurs de la CCNUCC (convention cadre des Nations unies sur les changements climatiques), engagés dans la lutte contre les changements climatiques ainsi que leurs réseaux. Ce sommet diffusera et renforcera l’action de lutte contre le changement climatique en Afrique.

L’Espace Volontariats de France Volontaires en Côte d’Ivoire y représentera les acteurs de la société civile qui de pars leur mission ou leur engagement personnel luttent contre la pollution, le réchauffement climatique, l’environnement, la préservation des OASIS, la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre, etc. Autant de projets qui œuvrent à la résolution de l’ODD 13.

« Les déchets produisent des gaz à effet de serre qui contribuent au réchauffement climatique. La non-gestion de ces déchets induit une pollution environnementale ainsi qu’une pollution visuelle et olfactive élevées. Ces pollutions sont d’autant plus importantes lorsque le contexte est insulaire et de petite taille. C’est pourquoi gérer les déchets de manière durable est une mesure relative à la lutte contre le réchauffement climatique ».
Arthur, Volontaire de Solidarité Internationale, chargé de mission gestion des déchets au sein du Ministères de l’Environnement, de l’Énergie et du Changement Climatique, des Seychelles.

Ce sujet répond à des préoccupations grandissantes au sein de toutes les sociétés. Selon l’étude réalisée par OpinionWay en décembre 2017 pour France Volontaires et Courrier International : « 76 % des aspirants à un engagement solidaire à l’international seraient intéressés par des missions à l’international portant sur les enjeux climatiques » .

À la croisée de la solidarité, du développement et de la citoyenneté, le volontariat est reconnu par les Nations unies dans le cadre de l’Agenda 2030 comme « un moyen puissant et transversal de la mise en œuvre des Objectifs de développement durable ». France Volontaires valorise aujourd’hui, les actions des volontaires, de leurs structures d’envoi et d’accueil qui œuvrent au quotidien pour atteindre l’ODD 13.

Voir le programme de Climate Chance 2018

Pour plus de renseignements, contactez l’Espace Volontariats de Côte d’Ivoire : par mail ev.ci@france-volontaires.org