Alice, du bénévolat au Bénin au volontariat de solidarité internationale au Sénégal

Alice, sage-femme de formation, s'est engagée auprès de l'Ordre de Malte au Bénin puis au Sénégal. Partie avec la DCC, elle nous raconte son expérience de volontariat de solidarité internationale à Dakar.

14/11/2021

Peux-tu te présenter en quelques mots ? Quel est ton parcours ?

Sage-femme de formation initiale, j’ai décidé de m’engager dans la solidarité internationale après une expérience de 6 mois à l’Hôpital de zone de l’Ordre de Malte, au nord Bénin. J’ai intégré le Master Politiques Publiques mention Action Humanitaire Internationale à l’Université de Paris Est Créteil afin de mieux connaître les enjeux de la solidarité internationale et de me former en gestion de projet.

Une fois diplômée, j’ai postulé à l’Ordre de Malte France, qui m’a proposé une mission en tant qu’attachée de direction au Centre hospitalier de l’Ordre de Malte (CHOM) de Dakar.

Le CHOM, qu’est-ce que c’est ?

Le Centre Hospitalier de l’Ordre de Malte est un établissement hospitalier privé à but non lucratif et à vocation de santé publique. Ouvert en 2011, il est né du « Pavillon de Malte » et de l ’ « Institut de Léprologie Appliquée de Dakar », structures fondées en 1965 et 1967 et dédiées à la lutte contre la lèpre. Le CHOM possède toujours un service dédié aux patients atteints par la lèpre – il est d’ailleurs Centre National de référence dans la lutte contre la lèpre – mais s’est également engagé dans la chirurgie orthopédique. Aujourd’hui, le CHOM réalise environ 700 interventions par an, et prend en charge les adultes, adolescents et enfants.

Quelle est la raison de ce projet d’engagement ?

Pour travailler dans la solidarité internationale, car elle permet d’accompagner les populations dans la construction de leur pays.

Quelle est ta mission en tant que volontaire ?

Mes missions consistent à assister le directeur dans la gestion quotidienne de l’hôpital, à m’occuper de la gestion des projets mis en place dans l’établissement, en lien avec le pôle projet du siège.

Je travaille notamment sur la mise en place d’un projet nommé « Programme d’amélioration de l’offre de santé en chirurgie orthopédique pédiatrique dans le réseau hospitalier sénégalais et accès à la chirurgie orthopédique pour les enfants les plus vulnérables ».

Ce projet repose sur deux volets : la prise en charge médico-sociale de 150 enfants atteints de pathologies orthopédiques, et le renforcement de compétences de 25 chirurgiens et de 75 internes en chirurgie orthopédique pédiatrique.

Quelles ont été tes premières impressions à ton arrivée ?

J’ai été très vite intégrée dans la structure, grâce à l’accueil de l’attachée de direction partante et du personnel de l’hôpital.

Pour toi, qu’est-ce que l’Espace Volontariats ?

Un espace pour aider les volontaires et les soutenir dans leurs missions.

Que t’apportes ta mission sur le plan personnel et professionnel ?

Cette expérience comme attachée de direction est très enrichissante et exigeante. Déjà, cela me permet, en tant qu’ancienne sage-femme, de voir « l’envers du décor », tout le côté administratif qui nous échappe un peu en tant que soignant.

J’apprécie beaucoup de participer à la réflexion stratégique sur le devenir de la structure, c’est très stimulant intellectuellement. De plus, il est toujours très stimulant de pouvoir mettre en pratique les connaissances acquises durant le master.

Travailler en contexte international est également intéressant et exigeant.

Quels sont tes projets post-volontariat ?

Poursuivre dans le domaine de la solidarité internationale et travailler dans d’autres pays africains et du Moyen-Orient.

Un conseil aux futurs volontaires ?

Engagez-vous, mais soyez conscient que c’est une expérience difficile, exigeante, avec beaucoup de remise en question.