Basile, du service civique au volontariat de solidarité internationale

Basile est un jeune burkinabè qui a effectué une mission de service civique en France en 2018-2019. Il revient sur son expérience et son parcours depuis.

09/03/2020

Peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Basile, je suis né et j’ai grandi au Burkina Faso, dans la belle ville de Koudougou. Après un parcours universitaire en sciences économiques et de gestion au Burkina Faso, j’ai été volontaire en service civique en France. Cela faisait quelques années que j’étais engagé auprès d’associations et d’ONG au Burkina Faso et à l’international comme volontaire ou bénévole.

Quelle était ta mission en service civique ?

J’ai effectué une mission au sein de l’antenne régionale de France Volontaires à Nantes, en tant qu’ambassadeur de la réciprocité dans les engagements citoyens à l’international. Ma mission était repartie en quatre grandes axes :

  • Mise en réseau et valorisation des missions en cours des volontaires internationaux dans la région Ouest (Pays de la Loire, Nouvelle Aquitaine et Bretagne) de la France,
  • Témoignages, sensibilisation et information sur le volontariat international, le principe de réciprocité et France Volontaires,
  • Promotion de l’engagement citoyen et de la solidarité internationale, notamment au travers de la découverte du Burkina Faso,
  • Appui au développement de nouveaux projets.

Pourquoi as-tu choisi de faire une mission de service civique ?

Un proverbe africain dit « Un jeune qui a beaucoup voyagé est plus âgé qu’un vieux qui est toujours resté au village ». Partir en expatriation dans le cadre d’un volontariat était une façon pour moi de voir ce qui se fait ailleurs avec d’autres yeux, d’avoir une vision plus large du monde, d’apprendre ce qui se fait ailleurs pour mieux faire chez moi. C’est aussi un engagement au service de l’intérêt général, pour me découvrir, acquérir des valeurs de vivre ensemble et exploiter tout mon potentiel pour relever de nouveaux défis.

Qu’est-ce qui t’a marqué pendant ton expérience de service civique ?

Dans le cadre de mes missions, j’ai participé activement à plusieurs événements, activités, rencontres et échanges… Ce qui m’a vraiment marqué, c’est que j’ai eu la chance de rencontrer le Président du Burkina Faso, mon président que je n’avais jamais rencontré chez moi au pays ! Alors lui adresser la parole en public, c‘était vraiment un moment plein d’émotions pour moi. J’ai aussi parlé à deux ministres français dans le cadre du grand débat national des jeunes engagés du service civique. Quelle chance pour un jeune Burkinabè !

Mais par-dessus tout, j’avais la chance d’être l’un des ambassadeurs de la réciprocité de France Volontaires et donc de partager chaque jour des valeurs de diversité culturelle, de citoyenneté mondiale… bref, de paix avec mon environnement.

Quel est ton parcours depuis la fin de ton service civique ?

Accomplir une mission de service civique m’a permis d’écrire une nouvelle page aujourd’hui et de vivre en partie mon rêve : celui de travailler dans une organisation internationale, Je suis actuellement en mission de volontaire de solidarité internationale (VSI) avec Solidarité Laïque en tant que chargé de mission « engagement citoyen » au Sénégal. Cette expérience sera enrichissante d’un point de vue professionnel mais aussi personnel.

Que retiendras-tu de ton expérience en France ?

Je ne retiens que de belles choses qui ont changé ma vie de façon positive ! J’ai eu la chance de côtoyer d’autres volontaires internationaux de diverses nationalités : j’ai découvert en chaque moment partagé avec eux une culture différente. À leur contact, chaque jour, j’ai pu librement voyager en en Palestine, et aller savourer un tajine en Tunisie ! Quelle belle énergie cette diversité culturelle !

Je retiens également que je n’aurai pas réussi cette mission sans l’accompagnement de ma structure d’accueil ; j’ai bénéficié d’un tutorat en or !

Si tu devais résumer ton expérience de service civique en une phrase, quelle serait-elle ?

Cette mission de service civique a été pour moi un levier de reconversion, j’ai acquis plein de valeurs que je n’aurais pas apprises ailleurs.

À lire aussi :

Lire le témoignage de Basile, 2 mois après son arrivée en France